PLAISIRS DES FÊTES
LA VACHE QUI VOLE
MARTIGNY
4 décembre 2003

CHAMPAGNE DOM PERIGNON 1961 (***)


Moët et Chandon est la plus importante maison de Champagne. C'est elle qui a lancé la première cuvée spéciale ou "cuvée de prestige" en lançant le fameux Dom Pérignon en 1936.


Couleur jaune très ambré.

Nez de pain grillé, de paille chaude et de noisette.

Le léger côté oxydatif fait penser à du vin jaune ou à un Jerez avec beaucoup de caractère.

En bouche, on sent un vin de base d'une remarquable structure.

La trame est serrée et l'acidité soutient bien les composantes.

Les bulles se font plus rares à cause de son âge, mais elles sont d'une grande finesse et rendent le vin aérien.

   
CH. LATOUR 1982 (*****)


Couleur rouge sombre et dense, un peu tuilé.

Nez en dentelle avec de l'élégance et de la noblesse.

On sent le grand terroir avec des fruits parfaits de récolte.

Il semble puissant mais fin en même temps.

A l'attaque, vin de velours grâce à des tannins nobles et à un fruit charnu.

En finale, on ressent une belle acidité citronnée avec une touche iodée.

La charpente est très solide et la persistance vraiment impressionnante.

Un très grand Latour du 20ème siècle, avec un remarquable potentiel de garde.
   
CH. MOUTON-ROTHSCHILD 1982 (*****)


Couleur rouge-rubis extraordinairement jeune.

Nez d'une grande droiture, en pleine adolescence.

Notes de fruits noirs et de poivrons bien mûrs.

Vin concentré et droit, très bien "suivi".

Les tannins sont d'une constitution monumentale.

La qualité exceptionnelle du millésime atténue agréablement l'aspect massif et viril de ce cru typiquement médocain.

S'il est moins dur qu'à ses débuts, il est encore loin d'atteindre son apogée.
   
CH. LAFITE-ROTHSCHILD 1982 (*****)


Couleur rouge sombre très dense.

Le nez est une perfection avec des composantes denses et harmonieuses, le bois de cèdre typique et un fruit d'une pureté cristalline.

Vin de trame serrée avec une grande fraîcheur.

L'acidité est enrobée par la chair veloutée du fruit et rehaussée par des tannins aristocratiques.

L'équilibre est exceptionnel. L'âge permet à l'énorme structure de s'exprimer avec harmonie.

La persistance est un plaisir sensuel qui dure fort longtemps.

Ce 1982 prouve que, lorsque tout réussit chez Lafite, ce cru devient quasi insurpassable après quelques années de vieillissement.
   

CH. LA MISSION HAUT BRION 1978 (*****)


Couleur rouge-rubis jeune et dense.

Nez de fruits sur mûrs, de pruneau, de nougat, d'humus et de caramel mou.

La race et la noblesse se réunissent pour donner un vin de haute expression.

Sa chair extraordinairement veloutée (on voisine le sucre) garde beaucoup de tonicité et de vivacité.

La persistance reste longtemps charnue et pleine.

Mission est certainement le seul cru à avoir produit un 1978 exceptionnel dont le volume et la rondeur font penser à un 1947.

La Tour Haut Brion 1978, peu connu, s'en rapproche.

   
CH. PETRUS 1948 (****) (bouchon d'origine)


Couleur rouge-rubis brillant, très jeune.

Au nez, on ressent bien le caractère de l'époque: un peu de rafle, de cassis, de réglisse, de caramel au lait...

C'est un aristocrate de forte personnalité.

Le vin est solidement constitué avec des tannins forts accompagnés par une acidité élevée que l'on ne retrouve plus dans les vins actuels.

Le gras est quand même là et la structure permet à l'ensemble de tenir le coup sans fléchir.

Très long.

C'est bien un grand Pétrus.
   
CH. CHEVAL BLANC 1947 (*****) (bouchon d'origine)


Couleur rouge sombre.

La complexité olfactive est infinie: raisins secs, liqueur de pruneau, genièvre, café, kirsch,...

L'alcool qui semble élevé ne gêne absolument pas tant les composantes sont structurées.

Le vin possède un caractère hors norme.

C'est une force absolue.

L'acidité étonnamment élevée et le style du vin font penser à un Jerez Oloroso.

C'est une folie extraordinaire en tout.

Cette bouteille était différente des autres: elle s'exprimait avec un aspect encore plus "baroque" et plus "extravagant".
   
HERMITAGE LA CHAPELLE 1961 (*****)


Couleur rouge-rubis limpide.

Nez encore un peu fermé. Cendre froide, chocolat noir, fruits très mûrs....

Tout est puissant en restant élégant.

Le vin est extrêmement concentré et velouté.

Issue d'un millésime vraiment exceptionnel, la syrah de ce cru et de cette époque s'exprime sur des notes si civilisées et si fines que l'on ne reconnaît pas le cépage.

Ce vin d'anthologie n'a pas encore atteint sa plénitude.

Il confirme tout le bien qu'en disent les rares bienheureux qui ont pu en déguster.
   
CH. D'YQUEM 1899 (****) (bouchon d'origine)


Couleur ambrée.

Nez de raisin de Corinthe, aspect fumé, cire de parquet, bois humide, sucre candi le plus délicat, un peu de térébenthine...

Tout est dense mais fin.

Vin très concentré avec une acidité élevée qui se termine sur la menthe fraîche.

La sucrosité est moyenne, mais elle accompagne le fruit durant toute l'interminable finale.

L'âge n'est pas un facteur qui semble intervenir sur ce vin.

Un grand millésime d'Yquem, dans le style moelleux, vif et frais, alors que le 1900 est plutôt liquoreux et riche.