GRANDS VINS & GRANDS MILLESIMES
 
 
24 juillet 2007
   
ARVINE BACULUS 1978 (***)

Nez de fruits bien mûrs.

Large développement des arômes.

Touche de massepain et de citron vert.

Vin velouté à l'attaque.

Note salée en finale avec une acidité mordante.

Belle longueur.
   
ERMITAGE DU PREVOT 1978 (***)

Nez de fruits surmûrs.

Bonne complexité sur la gelée et coing et l'olive noire.

Le vin est rond, très gras mais sec.

Grande personnalité.
   
AMIGNE LA THEBAINE 1978 (***)

Nez de fruits exotiques.

Encore très frais.

Vin étonnamment préservé.

Il est dominé par un fruit dense très jeune et tonique.

Grande harmonie.
   
JOHANNISBERG SAINT-THEODULE 1975 (*)

Nez agréable, dans l'élégance.

Le vin est de structure moyenne.

L'évolution se ressent bien.

La finale est assez courte.
   
ARVINE BACULUS 1975 (***)

Nez d'agrumes frais.

Petit aspect aromatique sur le pétrole.

Très agréable.

Vin rond à l'attaque.

Le minéral ressort sur une finale encore un peu stricte.

L'ouverture le rend plus épanoui.




AMIGNE LA THEBAINE 1975 (
***)

Race et élégance au nez, avec une superbe note de mandarine.

Vin velouté mais sec.

Acidité vivifiante en finale.

Il possède encore une grande jeunesse.

   
ARVINE BACULUS 1967 (****)

Nez racé et fort.

Touche orangée.

Vin de grande structure avec un soutien acide impressionnant.

Grande personnalité.

Très long.

   
JOHANNISBERG SAINT-THEODULE 1967 (*)

Vin très évolué.

Il est marqué par les champignons et les légumes comme la rave.
   
AMIGNE LA THEBAINE 1967 (****)

Nez très complexe et dynamique.

Vin de grande structure, fort et racé.

Le fruit est pur et charnu jusqu'à l'onctuosité.

La finale est sèche et vive.

Grand sujet.
   
ARVINE VIEUX PLANTS 1961 VASE 145 (****)

Nez très typé et jeune.

Vin bien structuré.

Extrêmement harmonieux.

Le fruit est resplendissant et vivant.
   
JOHHANNISBERG SAINT-THEODULE 1961 (*)

Vin trop évolué.

On y ressent les légumes comme la rave.
   
AMIGNE VIEUX PLANTS 1961 VASE 129 (****)

Grand vin complexe, harmonieux, de forte structure.

Toute la longueur de bouche est marquée par un fruit dense, vif et jeune.

Le type du cépage sur la mandarine est très présent.

Vraiment long.
   
JOHANNISBERG SAINT-THEODULE 1955 (****)

Nez typé et ouvert, d'une jeunesse étonnante.

Vin de dentelle avec une fraîcheur impressionnante vu son âge.

L'acidité fine et dense de la finale est une splendeur.
   
ERMITAGE VIEUX PLANTS 1955 (***)

Nez de récolte surmûrie avec un caractère marqué.

Vin complexe et athlétique.

Notes de crème brûlée qui confirme la maturité de récolte.
   
JOHANNISBERG RESERVE SPECIALE 1942 (****)

Vin équilibré, tout en dentelle.

Il s'exprime sur des aspects floraux et épicés du plus bel effet.

L'âge ne l'a pas du tout altéré.

Il n'est pas puissant mais son harmonie distinguée en fait un cadeau délicat pour notre palais.
   
 
ERMITAGE VIEUX PLANTS 1942 (**)

Vin de caractère, très spécial.

Il ne peut convenir qu'aux habitués des vieux crus.

Notes de caramel, de malt, de gentiane et de cognac.
   
AMIGNE VIEUX PLANTS 1941 (*)

Nez de récolte surmûre.

On y ressent le cidre avec une touche oxydative bien présente.

L'acidité est mordante.
 
CONCLUSIONS

Pratiquement tous les vins blancs valaisans traditionnels ont un potentiel de garde énorme qui étonne les non-initiés. Les meilleurs tiennent 50 ans et plus sans faillir. Comme les producteurs n'ont jamais pensé au vieillissement des vins, ils n'ont jamais recherché un bouchonnage de qualité: dans la plupart des cas, c'est le bouchon qui est responsable de la perte de qualité des vieux vins valaisans. Ceux qui n'ont pas subi l'outrage sont extraordinaires.

L'Arvine sèche est souvent celle qui a le plus de difficulté à bien vieillir. Par contre, lorsque c'est le cas, elle est merveilleuse.

Le Johannisberg (vin de basse acidité) prouve que ce n'est pas l'acidité qui est le facteur de la tenue d'un vin au vieillissement puisqu'il est pratiquement celui qui tient le mieux sur la longueur.

Les dégustations de vins valaisans anciens illustrent bien le changement des tendances: à l'époque, Arvine, Amigne, Ermitage,.... étaient des vins secs. A l'heure actuelle, une petite douceur marque la plupart de ces vins.

La Maison Orsat de Martigny possède des vins jusqu'au millésime 1941. Ce patrimoine extraordinaire est heureusement mis en valeur par les frères Rouvinez qui les présentent au compte goûte lors d'événements appropriés. Je les en remercie.