Le seigneur médocain
1990----1982----1970----1966
1964---1962---1952---1949
1943--1934--1920--1917
 
Four Seasons Hôtel des Bergues Genève
14 mai 2012
----------------------------------

CHATEAU LATOUR 1990 (*****)


Belle couleur rouge assez dense.

Arômes ouverts et élégants avec un fruit bien mûr mais resté jeune.

Notes de tomate séchée et d'orange.

Vin onctueux à l'attaque avec une texture charnue.

Il est resplendissant et donne un plaisir maximal à la consommation.

La structure est bien évidemment là, mais elle n'appesantit pas le palais.

La pureté de l'ensemble est frappante et la race habituelle du Latour ressort.

Sa nature de base lui octroie encore un grand potentiel.

   

CHATEAU LATOUR 1982 (*****)


Couleur rouge un peu moins dense que sur le 1990.

Arômes de fruits sur mûrs, très ensoleillés, avec une grande pureté.

Vin rond, charnu et velouté dont la chair chatouille agréablement le palais du début à la fin.

Les aspects de sur maturité sont compensés par une belle fraîcheur en finale.

Vin de plaisir d'une grande envergure.

Il semble au sommet à l'heure actuelle, mais son déclin est encore lointain.

   

CHATEAU LATOUR 1970 (*****)


Couleur encore très jeune.

Arômes racés avec de l'élégance. Forte personnalité aussi.

Les tertiaires fins de champignons et d'humus apparaissent.

Vin de trame très serrée, concentré, mais sans lourdeur.

Il est cristallin de par sa précision avec une note magnifiquement iodée.

Sa constitution est vraiment solide.

La finale est extrêmement longue.

Il est né pour surmonter les décennies.

   

CHATEAU LATOUR 1966 (*****)


Nez tout en fraîcheur et en fruit.

Les arômes tertiaires ne sont encore pas apparus.

Vin concentré, sans lourdeur, mais avec une belle chair consistante.

La finale est juvénile et tonique grâce à une remarquable acidité.

   
La dégustation s'est déroulée dans la superbe salle du Restaurant Il Lago
au Four Seasons Hôtel des Bergues à Genève
 

CHATEAU LATOUR 1964 (*****)


Au nez, c'est le grand classique de Bordeaux avec un tertiaire fin et élégant.

Il ne manque pas de caractère non plus.

Vin concentré et fort.

Un gras velouté lui procure beaucoup de volume en bouche.

Là encore, la finale est rehaussée par une magnifique acidité.

Un vin de classe.

   

CHATEAU LATOUR 1962 (*****)

Au nez, la personnalité du sujet est marquante.

Notes de cuir un peu fumé avec des épices.

Vin très concentré et racé avec les tannins typiques du Latour.

Finale vive et encore serrée.

Un sujet de haute expression qui doit encore évoluer pour s'exprimer au maximum.

   

CHATEAU LATOUR 1952 (?)


Le vin est très légèrement bouchonné.

On ressent quand même de la race et de la pureté de fruit.

Il n'a aucun vieillissement.

La bouche est riche avec des notes "caramel-nougat".

On ressent aussi un caractère fort.

   

CHATEAU LATOUR 1949 (****)


Magnifique couleur rouge encore jeune.

Arômes marqués par l'époque avec un caractère prononcé.

On y retrouve du caramel, du nougat, des épices et des notes de venaison.

Vin fort et corsé avec des composantes très "viriles".

Les tannins et l'acidité élevée sont heureusement enrobés par un glycérol dense.

L'ensemble est doté d'une personnalité "comme on n'en fait plus".

CHATEAU LATOUR 1943 (*****)


Belle couleur rouge dense.

Le nez exprime une nature généreuse de grande classe.

Le fruit très pur est accompagné par des notes de bois de santal.

Vin concentré et riche avec de l'onctuosité.

L'acidité rehausse l'ensemble et lui donne beaucoup de tonus et de fraîcheur.

Malgré sa forte constitution, il n'a aucune lourdeur.

   

CHATEAU LATOUR 1934 (*****)


Arômes d'une harmonie et d'une élégance exceptionnelles.

Le fruit parfait de récolte ressort bien.

Notes de chocolat, d'épices et de bois noble.

Vin rond et charnu avec une douceur sensuelle du plus bel effet.

Cet aspect voluptueux et souple est raffermi par une acidité géniale.

L'ensemble n'est que pur plaisir du début à la fin.

Vin saisissant de très grande envergure.

Pour moi, c'est mon préféré de la série.

   

CHATEAU LATOUR 1920 (*****)


Couleur rouge très foncé.

Arômes complexes avec beaucoup de classe: caramel, nougat, herbes fines, bois doux, tabac...

Vin très harmonieux.

Il s'exprime sur des fruits noirs bien charnus et veloutés mais fermes.

La tenue est impressionnante pour un vin de plus de 90 ans.

La longueur de la persistance est aussi un sujet d'émerveillement.

   

CHATEAU LATOUR 1917 (***)


Arômes assez délicats, sur des notes de fourrure et d'humus.

On est dans un registre plus "léger" que ce que l'on a l'habitude chez Latour.

Le vin est quasiment doux avec une chair onctueuse qu'une acidité élevée tente d'équilibrer.

Il jouit d'une forte personnalité, mais l'ensemble manque quelque peu de noblesse et d'harmonie.

Malgré cela, boire un tel vin procure de bien remarquables sensations.

   
 

CONCLUSIONS

- Château Latour traverse les siècles en présentant des vins qui ont toujours un style, une force, un caractère, une race, et une tenue qui le rendent unique en Bordelais.

- La série présentée comprend des millésimes exceptionnels, mais de production élevée: 1990, 1982 et 1970. Même sur ces années, on a la sensation que les vins ont un potentiel hors norme comparé à la plupart des autres grands crus de la région.

- Les millésimes 1966, 1964 et 1962 sont assez grandioses. On en parle moins car 1961 leur vole la vedette. Mais les vins produits par la Domaine sur cette décennie ont une moyenne qualitative peut-être inégalée.

- 1952, 1949 et 1943 sont incontestablement de grandes réussites, même si ces millésimes sont moins cotés que des vedettes comme 1945 ou 1947.

- 1934 est un millésime dont on parle peu, mais il a donné des crus fantastiques dans le Bordelais comme en Bourgogne. Pour moi Latour 1934 est merveilleux.

- Peu de gens le savent: 1920 est exceptionnel en Bordeaux rouge, plus encore que 1921. Latour 1920 le confirme avec brio.

- Latour 1917 est conforme à la qualité du millésime: plaisant mais sans grande envergure. Seuls quelques rares crus de cette année sont encore vraiment attrayants à l'heure actuelle, dont Latour bien entendu.