HERMITAGE LA CHAPELLE
PAUL JABOULET AÎNE

22 novembre 2012 & 5 avril 2014

Château de Villa / Sierre & Restaurant Nobilis / Sion

HERMITAGE LA CHAPELLE JABOULET 1995 (****)
Arômes élégants, dans le classicisme.
C'est une corbeille de fruits avec des notes de fourrure.
Vin racé et fort avec une texture soyeuse à l'attaque.
L'ensemble est jeune et frais.
La finale est marquée par des tannins serrés qui démontrent la trop grande jeunesse de ce cru.

HERMITAGE LA CHAPELLE JABOULET 1991 (*****)
Arômes ouverts et élégants sur les fruits rouges (fraise, framboise).
Vin charnu à l'attaque.
Le fruité soyeux est très séduisant.
Longueur et équilibre: un grand sujet.
Superbe maintenant mais tiendra longtemps.

HERMITAGE LA CHAPELLE JABOULET 1990
(*****)
Première bouteille déficiente: une deuxième est bue le 5 avril 2014 avec 1985, 1978 et 1961.
Nez élégant et racé, d'une très grande complexité: fruits noirs, olive, tapenade, tabac, terre noire juste remuée...
Vin pur, dense, droit, athlétique.
Les tannins somptueux impressionnent de par leur qualité.
La longueur de bouche et sa force indiquent le millésime exceptionnel.
Cette bouteille n'a pas encore développé toutes ses fantastiques capacités.

HERMITAGE LA CHAPELLE JABOULET 1989 (****)
Nez élégant avec un fruit bien mûr et ouvert.
Note de girofle.
On devine un sujet très "nature", sans retenue.
Vin quasi doux à l'attaque avec un gras onctueux qui perdure sur toute la longueur de bouche.
La finale présente des tannins forts et une belle acidité.
L'ensemble est plus marqué par son côté baroque que par l'équilibre, mais c'est très plaisant.

HERMITAGE LA CHAPELLE JABOULET 1988 (*****)
Arômes très complexes: fruits rouges, fourrure, menthe, cuir, herbes de la garrigue, cendre froide...
Vin riche doté d'une forte personnalité.
La finale est somptueuse.
Elle est d'une grande densité, avec des notes minérales et mentholées très fraîches.

HERMITAGE LA CHAPELLE JABOULET 1985 (*****)
Arômes nobles et racés, c'est un seigneur.
Le côté cuir-animal est là pour lui donner un caractère fort.
Le fruit bien mûr, sur le pruneau, a gardé une grande jeunesse.
Tout semble magnifiquement fondu au niveau des composantes.
Le vin est riche et concentré, il enrobe voluptueusement le palais.
On y ressent des notes de café et de fumé avec beaucoup de fraîcheur en finale.
Les tannins sont soyeux et bien construits.
Un millésime parmi les grands pour La Chapelle.

HERMITAGE LA CHAPELLE JABOULET 1983 (***)

Arômes un peu rustiques avec un fruit sur mûr.
Le vin est rond et tendre à l'attaque.
Le boisé n'est pas des plus purs.
La matière semble plus légère que sur les autres millésimes.
La finale est marquée par les champignons.
Malgré son côté "nature désobéissante", ce vin est plaisant.
Une dégustation technique le pénaliserait à cause de son manque de netteté.


HERMITAGE LA CHAPELLE JABOULET 1978 (*****)
Première bouteille déficiente: une deuxième est bue le 5 avril 2014 avec 1985, 1990 et 1961.
Arômes nobles et fins, sur l'humus, le pruneau et le bois oriental.

La grande classe.
Vin équilibré de haut vol.
Tout y est: trame serrée, pureté, structure, tannins somptueux...
Malgré sa puissance, ce vin ne présente aucune lourdeur.
Il donne une impression majestueuse.
Ses énormes qualités vont encore se développer sur des décennies.

HERMITAGE LA CHAPELLE JABOULET 1964 (*****)

Nez très sensuel, tout en finesse et élégance.
Notes de fruits rouges sur mûrs (fraise), c'est presque confit.
Touche de bois de cèdre.
Pureté exceptionnelle.
Vin littéralement doux dans son ensemble.
Mais l'âge a transformé cette douceur en une vague voluptueuse et charnue à souhait.
La finale est rehaussée par une acidité d'orange sanguine.
L'alcool est là, c'est évident, mais il renforce les sensations.
Grand sujet de pur plaisir.

HERMITAGE LA CHAPELLE JABOULET 1962 (**)

Les arômes partent sur les fruits sur mûrs, voire compotés.
On y ressent de l'écorce d'orange, comme sur certains vieux vins toscans.
Ce 1962 semble être né d'une base moyenne.
L'âge ne lui est malheureusement pas favorable et il a perdu de sa substance.

HERMITAGE LA CHAPELLE JABOULET 1961 (*****)
Première bouteille fausse: une deuxième, vraie, est bue le 5 avril 2014 avec 1985, 1990 et 1978.
Arômes monumentaux avec de l'élégance et de la race.
On devine instantanément la grandeur de la récolte.
On part sur la myrtille et la mûre.
A l'ouverture, le terroir prend le dessus avec ses notes de "terre noire remuée"
et les composantes atteignent une complexité exceptionnelle.
La bouche est un déferlement de sensations fortes mais élégantes et harmonieuses.
Malgré toute cette puissance, il n'y a rien de lourd.
La longueur et la magnificence sont celles des vins d'anthologie.

HERMITAGE LA CHAPELLE JABOULET 1959 (****)
Arômes fins et purs de fruit mûr en gelée avec des notes de bois oriental.
Vin harmonieux, suave et rond.
On ressent une certaine concentration et de l'alcool en finale.
Le sujet est excellent et procure grande satisfaction,
mais il commence (je dis bien: il commence) à sentir le poids des ans.

CONCLUSIONS

- La Chapelle fait partie des crus de ce monde dont l'évocation forceimmédiatement le respect des vrais amateurs.
Les grands millésimes sont marquants.

- Parmi les révélations, je compte le 1964 qui a tout pour exciter les vrais épicuriens.

C'est un instant de bonheur que de se plonger dans cet univers de volupté.
Le 1988, lui, sort du lot par sa forte présence.

- On savait le
1991 grand: il l'a tout simplement confirmé.

- La deuxième dégustation organisée le 5 avril 2014 a réuni quatre

parmi les meilleurs millésimes de La Chapelle: 1990, 1985, 1978, 1961.
Le but était de "revoir" des vins déficients lors de la première séance.
Cette fois-ci, toutes les bouteilles étaient parfaites.

- Les verres, les uns à côtés des autres, ont révélé des sujets de qualité extrême.
Et, il faut bien l'avouer, ce fut un plaisir de voir que le fantastique
1961 n'écrasait
en aucune manière ses trois compagnons.

- Le
1985 est juste un peu en-dessous au niveau de la matière, je dois l'admettre.
Mais je suis persuadé que la littérature le place en-dessous de son réel niveau
.


- Le
1990 et surtout le 1978
ont des capacités extrêmes qui ne se sont pas
encore pleinement révélées.
Lorsqu'ils seront totalement ouverts, ils n'auront peut-être rien à envier au mythique
1961.

- Le
1961
est un monument qui continuera longtemps à faire rêver!
Et quand on a la rare chance de réaliser ce rêve, on n'est pas déçu, le bonheur est là.