VERTICALE
 
2004 - 2003 - 2002 - 2001 - 1999 - 1998 - 1997 - 1994
Château de Villa / Sierre
20 mai 2011
------------------------------------------
HARLAN ESTATE 2004 (*****)


Arômes d'une amplitude extrême.

La complexité est là: confiture de cerise noire, prune, kirsch (Porto), bois de cèdre...

Le vin est très corsé et puissant.

La rondeur du fruit et le glycérol marqué donnent une sensation de viscosité.

Miraculeusement, même si on entre dans la démesure, la fraîcheur finale atténue le débordement de richesse et de puissance.

C'est une belle chair onctueuse qui durera longtemps.
   
HARLAN ESTATE 2003 (***)


Arômes compotés, sur le pruneau avec une note de cuir.

Le vin est riche, même trop.

L'alcool final alourdit le palais.

Sa structure lui permettra certainement de s'améliorer avec le temps.
   
HARLAN ESTATE 2002 (*****)


Nez de fruits quasi confits sur la mûre ou le cassis.

Un boisé noble lui confère une certaine classe.

On sent qu'il ne se livre pas encore totalement.

Le vin est sirupeux à l'attaque.

L'onctuosité extrême, la force tannique et l'alcool élevé devraient le rendre écrasant. Mais sa fraîcheur finale, ainsi que sa forte personnalité, transmuent cette masse impressionnante en un breuvage exquis.
HARLAN ESTATE 2001 (*****)


Arômes de fruits très mûrs avec beaucoup d'élégance.

Note de bois de cèdre.

Grand vin racé et corsé, mais équilibré.

Structure impressionnante et trame très serrée.

Longueur de bouche interminable.
   
HARLAN ESTATE 1999 (*****)


Arômes très ouverts et vivants de fruits bien mûrs. C'est même très sensuel.

Une certaine race s'en dégage.

On se rapproche du style des grands crus de la rive droite de Bordeaux.

Le vin déborde de rondeur avec un fruité exotique.

L'évolution est positive, même si on ressent encore des tannins assez serrés en finale.

L'alcool est présent.

L'acidité relève la finale.
   
HARLAN ESTATE 1998 (* ?)


Bouteille prématurément vieillie.

Le vin se boit, mais on sent que ce flacon ne représente en rien du Harlan Estate 1998.
 
HARLAN ESTATE 1997 (*****)


Nez très ouvert sur la cerise noire.

C'est le plus frais au niveau de l'olfaction.

Sa finesse d'arômes est étonnante quand on connaît le style de la maison.

Le vin est rond et velouté.

La finale est rehaussée par une superbe fraîcheur mentholée.

L'élégance est de la partie, même si les composantes sont surdimensionnées.

Un vrai vin de plaisir.
   
HARLAN ESTATE 1994 (*****)


Arômes exotiques et baroques.

On devine un sujet désobéissant mais charmeur.

La note de "cuir-animal" fait penser aux Bordeaux classiques de grands millésimes chauds.

Le vin est doux à l'attaque, mais sa fraîcheur finale lui donne une belle vigueur.

C'est un monument un peu "surchargé" ou rococo, mais que c'est plaisant!

   
CONCLUSIONS

- Les nombreuses et indéniables qualités de ce vin lui attirent de nombreux adeptes, et c'est mérité. Les défenseurs de la finesse et du terroir peuvent ne pas aimer et blâmer. C'est une réaction simpliste et primaire qui les éloigne d'expériences gustatives fantastiques...et un peu chères...!

- Harlan Estate est un vin somptueux pourvu d'une race incontestable.

- Cette dégustation a montré qu'à ses débuts, une sorte de mimétisme avec Bordeaux prévalait. La réussite était au rendez-vous. Avec les millésimes plus jeunes, Harlan Estate trouve son propre chemin et donc sa propre personnalité. C'est toujours autant réussi.

- Comme sur beaucoup d'autres grands crus internationaux, on est heureux de constater combien l'année climatique modèle chaque millésime.

- De par son volume et sa chair onctueuse, Harlan Estate peut être agréable à boire jeune. Mais sa constitution hors norme lui permet de traverser des décennies sans faiblir.

- Harlan Estate 2004 et 2002 s'imposent par leur style "herculéen".

- Harlan Estate 1999 et surtout 2001 sont plus "droits" et fins, de style classique. Ils plairont plus aux puristes.

- Harlan Estate 1997 et surtout 1994 représentent ce qu'est l'opéra et son spectacle fastueux face à la musique de chambre.