GRANDS BORDEAUX
10 DECEMBRE 2005
 
CHATEAU BEYCHEVELLE 1982 (*)


Nez assez fermé.

Beaucoup de caractère.

Tabac frais, bois doux, fruits noirs.

Vin fort et corsé.

L'attaque s'avère veloutée, mais l'évolution révèle des tannins
massifs et stricts.

Touche "terreuse".

La finale est austère.

Un Beychevelle dont la forte personnalité domine le type expansif du millésime.
     
 
CHATEAU CERTAN DE MAY 1982 (***)


Nez juvénile, tout dans les fruits rouges très purs.

Magnifique dentelle.

Vin de grande tenue, très équilibré.
Le fruit est concentré.

L'acidité finale apporte fraîcheur et tonus.

La persistance gustative est moins soutenue que prévu et les tannins se révèlent un peu austères.

Grand vin.
     
 

CHATEAU CLINET 1989 (****)


Le nez annonce d'emblée un vin de grande classe, net et droit, avec une forte personnalité.

Fruits noirs, boisé fin vraiment magnifique.

On devine une vinification à la hauteur de la récolte.

Vin concentré et puissant...une masse étonnante, car elle n'alourdit pas le palais.

Fantastique présence en bouche.

Le splendide fruit est accompagné par le glycérol durant toute l'évolution et bénéficie d'un beau soutien acide.

Tout grand vin avec un potentiel remarquable.

     
 
CHATEAU LA MISSION HAUT BRION 1989 (*****)


Nez très développé, une vraie nature rayonnante qui réunit finesse et personnalité.

Fruits très mûrs, un peu "phénolé", tabac.

Vin de velours débordant de vie.

La chair est pleine et suave.

La finale dévoile des tannins magnifiques mais "féroces" que l'âge assagira avec bonheur.

L'acidité est étonnante, compte tenu de la maturité du fruit.

Un très grand cru pour l'avenir.

     
 
CHATEAU HAUT-BRION 1989 (*****)


Nez d'une pureté hallucinante.

Le Haut-Brion dans sa plus grande expression.

On ressent bien une qualité de récolte parfaite.

La bouche confirme le nez...c'est un vrai bonheur.

Les composantes ne se rajoutent pas les unes aux autres comme une simple addition: elles sont des notes qui construisent une symphonie magistrale.

Il n'y a aucun fléchissement du début à la fin du chef d'oeuvre.

Un des plus grands millésimes de tous les temps chez Haut-Brion.

Encore pas au sommet de sa glorieuse et très longue carrière.
     
 
CHATEAU LAFLEUR 1975 (*****)


Au nez, une plantureuse extravagance.

Fruit surmûr, caramel au lait, chocolat fin, nougat, crème fouettée.

Le glycérol est si marqué à l'attaque que le vin semble pratiquement doux.

L'évolution dévoile des tannins somptueux et une acidité citronnée élevée qui rend la finale tonique et nerveuse.

Cette acidité et ces tannins sont si présents qu'ils marquent fortement le palais lors de la très longue et resplendissante persistance gustative.

Le style hors norme de ce 1975 rappelle de grands millésimes beaucoup plus anciens. Un tout grand Lafleur.

     
 
CHATEAU LATOUR 1959 (*****)


Nez d'une étonnante jeunesse, car aucun arôme tertiaire n'apparaît.

Fruits rouges accompagnés d'un boisé vanillé très fin.

C'est un vin représentatif du millésime: forte constitution, tannins virils, acidité élevée...au point que le gras du fruit est un peu dominé.

Bordeaux classique dont la grande structure ne surcharge pas le palais.

Une toute grande personnalité, bien typique de Latour.

Son sommet est atteint, mais il y restera encore de nombreuses années.
     
 
CHATEAU LA MISSION HAUT BRION 1959 (*****)


Le nez dévoile immédiatement la personnalité de ce fameux terroir.

Race et caractère.

Nougat, cuir, "écurie", fruits noirs.

En bouche, on est frappé par l'incroyable densité de ce vin géant.

Le fruit déborde de partout en de grandes vagues onctueuses.

Les tannins sont à la hauteur du fruit. L'acidité aussi.

La persistance est époustouflante de force et de jeunesse.

Une anthologie à attendre encore, et à passer en carafe avant le service pour lui permettre de déployer ses qualités.
     
 

CHATEAU CHEVAL BLANC 1929 (*****)


Couleur assez claire avec le disque bien "tuilé".
C'est typique du Cheval Blanc 1929.

Le nez de fruits rouges tirant sur la framboise fait penser à un grand Bourgogne bien mûr de récolte. Il en a aussi la finesse et la race.
La petite dose d'acidité volatile ne gênerait que le technicien peu habitué aux grands millésimes anciens: elle ne fait que de souligner les arômes.
Le vieillissement se ressent de manière agréable et positive.
Une touche de bois oriental et de chocolat au lait élargit la palette aromatique: c'est génial.
Le vin est doux à l'attaque: la perceptible dose de sucre en suspens est habituelle sur de très grands millésimes extrêmement mûrs et structurés tels 1929 ou 1947.
Grâce à sa remarquable concentration, le fruit reste onctueux en finale, mais il est soutenu par une acidité peu commune: c'est le style de l'époque.
Toujours représentatif de l'époque: un aspect "rafleux" rajoute positivement de la complexité à cet ensemble monumental.
La persistance est longue à l'extrême.

1929 est un des plus grands millésimes de Cheval Blanc, avec l'éternel 1947.

     
 
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1900 (*****)


Couleur magnifique d'un vieux Pinot Noir, assez claire.

Les fruits rouges vous sautent au nez immédiatement.

Les arômes sont très denses et d'une pureté angélique.

Le bois de cèdre typique des grands Lafite est là, parfait, tout en finesse.

Une petite dose d'acidité volatile accentue les composantes.
Le vin est d'une densité extrême.

Le fruit est heureusement suffisamment concentré pour soutenir une acidité à vous affoler les papilles gustatives.

On devine une récolte très mûre avec un fruit d'une qualité extraordinaire.

C'est le type même d'un vin qui semble indestructible.

Je pense qu'il faut remonter jusqu'au fameux 1959 pour retrouver un Lafite aussi resplendissant que ce 1900.

S'il n'atteint pas les sommets du mythique Margaux du même millésime, on doit avouer qu'il nous impressionne par sa superbe.
 
***** CHEVAL BLANC 1929, MISSION 1959, LATOUR 1959, LAFITE-ROTHSCHILD 1900, HAUT-BRION 1989, LAFLEUR 1975, MISSION 1989

**** CHATEAU CLINET 1989

*** CHATEAU CERTAN DE MAY 1982

* CHATEAU BEYCHEVELLE 1982