Les Vins du
"DOTTOR BRUNO GIACOSA"
Al Gatto Nero / Torino
29 septembre 2012
----------------------
BARBARESCO ASILI RISERVA
BRUNO GIACOSA
1996 (
*****)


Arômes élégants de petits fruits rouges très purs (fraise) comme en Bourgogne.

On sent une belle maturité de récolte mais tout reste frais.

Le vin a une trame serrée. Il est très équilibré et dynamique.

La finale révèle de magnifiques tannins structurés et une acidité vivifiante typique du cépage.

Une touche de réglisse renforce son caractère.

Grand sujet encore en phase ascendante.
   
BARBARESCO SANTO STEFANO RISERVA
BRUNO GIACOSA 1998
(
****)


Arômes assez élégants et complexes.

Les fruits bien mûrs sont accompagnés par de la menthe et du cuir.

Son caractère marqué compense le soupçon de pureté qui lui manque.

Le vin est rond à l'attaque, mais il est aussi très dense et pourvu d'une structure remarquable.

La conjugaison de l'alcool, des tannins forts et de l'acidité élevée rend la finale stricte.

On devine que le futur lui apportera l'harmonie voulue.
   
BARBARESCO SANTO STEFANO RISERVA
BRUNO GIACOSA 1990
(
*****)


Arômes nobles et complexes, sur des fruits rouges bien mûrs, de la réglisse et de l'humus.

L'âge l'a rendu "sage".

L'attaque est douce et sensuelle.

La rondeur due au glycérol perdure très longtemps: que c'est agréable!

La finale est rehaussée par une superbe acidité.

On devine l'alcool bien plus qu'on ne le ressent.
   
BARBARESCO SANTO STEFANO RISERVA
BRUNO GIACOSA 1988
(
*****)


Le bouquet, très complexe, est celui des vins mûrs mais pas vieillis.

Les arômes tertiaires sont accompagnés par un fruit qui tire sur le pruneau.

L'ensemble est si ouvert que l'on se rapproche du baroque: j'aime.

Toute la longueur de bouche est marquée par une rondeur sensuelle.

C'est la finale qui révèle la personnalité de ce grand sujet avec de la réglisse, des tannins solides et une acidité vivifiante.
Le village de Barbaresco
 
BARBARESCO SANTO STEFANO RISERVA
BRUNO GIACOSA 1982
(
*****)


Au nez, c'est la classe à l'état pur! Quelle élégance aussi!

Le fruit est pur et fin.

Le vin est tout simplement parfait.

Sa concentration énorme ne dévie jamais sur de la lourdeur.

Notes de réglisse avec un fruit dense et frais.

La longueur est interminable.

Vin de grande envergure, encore pas atteint par l'âge.
   
BAROLO FALLETTO DI SERRALUNGA D'ALBA
RISERVA BRUNO GIACOSA 1996
(
****)


Arômes de petits fruits rouges cueillis au moment idéal, "comme en Bourgogne".

Belle droiture et remarquable personnalité.

Vin très harmonieux où tout est bien à sa place.

La concentration se ressent en finale grâce à des tanins somptueux.

L'acidité relève aussi la persistance de ce cru encore sur la réserve.
   
BAROLO FALLETTO DI SERRALUNGA D'ALBA
RISERVA BRUNO GIACOSA 1986
(
*****)


Grande perfection d'arômes avec un caractère noble.

Le fruit est mûr et dense.

Le vin est concentré et droit, sans défaut.

Le terroir ressort avec des notes de "terre noire juste remuée".

La finale est une queue de paon resplendissante.

Les années se casseront longtemps les dents sur ce bienheureux sujet.
   
BAROLO FALLETTO SI SERRALUNGA D'ALBA
RISERVA BRUNO GIACOSA 1985
(
****)


Nez de fruits rouges bien mûrs.

Les arômes sont aussi exubérants que délicats!

Vin de plaisir avec des rondeurs aguichantes, pour les hédonistes.

La chair est accompagnée par de la réglisse.

La finale est marquée par la très plaisante amertume du "chinotto" italien.

Une touche d'agrumes apporte de la fraîcheur à cet ensemble original et un peu fou.

Le village de Barolo
   
BAROLO FALLETTO DI SERRALUNGA D'ALBA
RISERVA BRUNO GIACOSA 1989
(
*****)


Arômes fins, nobles, aristocratiques et complexes avec des notes saisissantes de fenouil et d'anis.

Vin concentré d'une harmonie parfaite.

La ligne est pure et droite du début à la fin.

La longueur est infinie.

Cru de dimension supérieure dont les composantes sont bénies dès le départ.
   
BAROLO COLLINA RIONDA RISERVA
BRUNO GIACOSA 1989
(
*****)


Arômes somptueux d'une générosité et d'une opulence hors norme.

La finesse est là malgré l'avalanche de sensations grisantes.

En bouche, le palais est caressé à l'infini par un déferlement de vagues fruitées et onctueuses.

Les composantes sont démesurées mais d'une précision absolue.

La luxuriance, la générosité et la folie de ce vin sont celles d'un "Cheval Blanc 1947 moderne".

Une immensité bienheureuse.
   
BARBARESCO SANTO STEFANO RISERVA
BRUNO GIACOSA 1989
(
*****)


Arômes fins et purs avec un caractère classique et noble qui fait penser à du Bourgogne.

Notes de graphite et de fourrure.

Vin dense et droit, parfait de style.

C'est un parangon du vin équilibré auquel rien ne peut être reproché.

Mais son génie consiste à être d'une extrême buvabilité (comme s'il était léger et cristallin) alors que ses composantes sont fortement constituées: fruit concentré, tannins athlétiques, alcool élevé.
   
BARBARESCO SANTO STEFANO
RISERVA SPECIALE
BRUNO GIACOSA 1978 (*****)


Arômes purs, fins, élégants et denses de fruits idéalement mûrs.

La subtilité du terroir s'exprime magistralement.

Le vin est un exemple d'équilibre et de race.

Tout est concentré et pourtant si cristallin.

Tout semble délicat, mais tout est formidablement construit.

La finale mentholée est d'une jeunesse insolente.
   
BAROLO COLLINA RIONDA
RISERVA SPECIALE
BRUNO GIACOSA 1978
(
*****)


Couleur étonnamment sombre.

Au nez, on se croirait devant le raisin en cuve: on sent un jus extraordinaire dès l'origine.

Il semble que l'on entre dans un autre monde.

Le vin est puissant et concentré à l'extrême.

Il est encore frais avec un fruit rouge d'une finesse extraordinaire.

La longueur est infinie.

Une anthologie à considérer comme un cadeau rare et bienfaisant.
   
BAROLO ROCCHE DI CASTIGLIONE
FALLETTO RISERVA SPECIALE
BRUNO GIACOSA 1971
(
*****)


La couleur est encore plus foncée que sur les 1978!

On a de la peine à croire, mais il semble que l'on monte encore dans la concentration et la qualité miraculeuse de la récolte par rapport aux deux 1978!

Et l'on semble descendre plutôt que de monter en âge!

On est en présence d'un jus fantastique.

La base est merveilleusement constituée.

Le vin est une anthologie en soi.

Merci Bruno Giacosa.
CONCLUSIONS

- Le niveau de cette dégustation des vins de Bruno Giacosa a atteint des sommets inégalés. Toutes les bouteilles présentées étaient parfaites.

- La force dégagée par tous les crus dégustés n'a rien à voir avec la lourde masse concentrée de beaucoup de crus internationaux. C'est tout simplement dû à la fantastique base naturelle du raisin au jour de la récolte... Le cadeau est fait au départ... si vous voyez où je veux en venir...

- Le Barbaresco Asili Riserva 1996, encore trop jeune, indique la ligne du cru Asili: finesse, élégance et fraîcheur.

- Les Barbaresco Santo Stefano Riserva 1998, 1990, 1988, et 1982 sont marqués par la complexité et le velouté de texture. Le Barbaresco Santo Stefano Riserva 1982 est l'apothéose de la série. On se demande si c'est l'âge qui lui est favorable ou le millésime encore plus "exceptionnel". On sait que 1982 a la particularité d'avoir une acidité supérieure à la moyenne, ce qui lui confère une fraîcheur plus marquée en même temps que l'âge le complexifie.

- Les Barolo Falletto di Serralunga d'Alba Riserva 1996, 1986 et 1985 sont marqués par une forte personnalité et par une grande densité de fruit. Avec le temps, 1986 s'impose comme un millésime de grande envergure.

- Le millésime 1989 nous fait entrer dans l'exceptionnel. Les deux Barolo se présentent tout en force et en opulence (sans manquer de finesse), alors que le Barbaresco affiche sa pureté et son élégance. Les niveaux sont enthousiasmants. Je dois avouer que le Barolo Collina Rionda Riserva 1989 me fait le plus vibrer. Ce fut aussi l'avis général.

- On continue l'ascension avec le mythique millésime 1978. Là encore le Barolo est plus généreux que le Barbaresco, plus "subtil". A nouveau, le Barolo Collina Rionda Riserva Speciale me transporte plus joyeusement vers le bonheur que le Barbaresco. Ces deux vins introuvables sont considérés par les connaisseurs et par l'Azienda comme des sommets qualitatifs.

- Mais la "Sainte Messe" n'est pas encore dite! Arrive un miracle: le Barolo Rocche di Castiglione Falletto Riserva Speciale 1971! Avant de le "boire" (car ce serait un crime que de ne pas le boire) je n'osais pas imaginer que ce 1971 me ferait entrer encore plus avant dans le paradis du vin.

- Selon la discussion qui s'est engagée avec l'oenologue de l'Azienda Dante Scaglione à propos des millésimes dégustés, il appert que 1971, 1978 et 1989 ressortent du lot pour l'ensemble des vins de Bruno Giacosa. La qualité des raisins de base est considérée comme quasi inégalable. Les millésimes exceptionnels "récents", de par la conduite différente des vignes, ont une base "différente". Le résultat sera confirmé quand ils atteindront leur développement optimal. On peut se permettre d'être optimiste.

- La différence réelle de style entre le Barolo et le Barbaresco est plus théorique que pratique. Il faut en effet la présence des deux vins en dégustation comparative pour vraiment confirmer la règle qui veut que Barbaresco est plus "subtil" et élégant que Barolo. Je suis incapable de reconnaître de manière péremptoire à l'aveugle et sans comparaison si je bois un Barolo ou un Barbaresco. Ce dont je suis sûr, c'est que le goût personnel entre plus en jeu qu'une supériorité hypothétique de l'un sur l'autre.

- Pour moi, cette dégustation est la plus grande que j'aie faite de vins italiens, et l'une des plus grandes toutes origines confondues. J'ai une préférence "naturelle" depuis toujours pour les vins de Bruno Giacosa: cette merveilleuse expérience renforce encore cette propension.

- La chance et la persévérance de plusieurs années m'ont permis de réunir une grande partie de ce que je considère comme la crème des crèmes de la production de Bruno Giacosa. Le résultat fut à la hauteur de mes espérances: tous les participants m'ont dit avoir apprécié le moment à sa juste valeur. Je crains seulement qu'il ne sera plus possible de renouveler cette formidable expérience: où retrouver toutes ces bouteilles?

- Je salue ici la présence à cet événement de Dante Scaglione (oenologue à l'Azienda depuis 1990, devenu oenologue conseil) et du jeune successeur Francesco Versio. Ils ont élevé la dimension de cette dégustation par leurs connaissances "in situ" de la production vineuse de Bruno Giacosa.

- Je remercie aussi l'aide apportée par Gianni Fabrizio, journaliste et critique au guide Vini d'Italia du Gambero Rosso.

- Je rends évidemment aussi hommage à mon ami sommelier de longue date Andrea Vanelli, patron du fameux Restautant Al Gatto Nero de Torino. Sa vraie cuisine, fondée à l'instar de Bruno Giacosa sur la qualité de base des produits, a accompagné à merveille d'autres crus du Maître.