14 MARS 2002
LAUSANNE PALACE
LES GRANDS BORDEAUX ROUGES 1982
 
   

CHATEAU LAFLEUR 1982 (****)
Couleur rouge-rubis, avec le disque légèrement tuilé. Nez intense de fruit mûr, aspect iodé et style classique, une touche orangée nous laisse deviner un vin bien prêt, si ce n'est déjà un peu fragile. En bouche, le vin est assez gras et tendre, avec un fruité très agréable. En finale, l'acidité et les tanins rehaussent le vin, sans toutefois le rendre tonique. Le vin est de grande qualité et remarquablement élégant, mais il lui manque la splendeur que l'on aurait voulu sur ce millésime que l'on sait exceptionnel. Cette bouteille semble en tous les cas ne plus pouvoir s'améliorer. Mais en l'instant, il faut aussi avouer que d'en boire relève d'un intense plaisir.

 

   

CHATEAU LE PIN 1982 (*****)
Couleur rouge-rubis intense et profond, avec le disque légèrement tuilé. Le caractère Merlot ressort bien au nez, beaucoup d'ampleur et de volume, touche cuir-animal, élégant et onctueux. Le vin est marqué par un énorme gras qui dure longtemps en finale, le fruit est extrêmement mûr jusqu'à donner une sensation quasi douce, une touche iodée le rend un peu plus "classique". Mais l'ensemble est particulièrement voluptueux, rappelant bien que 1982 fut une année de grande maturité. Le volume impressionnant ne gêne pas l'équilibre des composantes. Ce Le Pin est un très grand vin qui semble à son plus haut niveau actuellement.

   

CHATEAU PETRUS 1982 (*****)
Couleur rouge-rubis profond. Au nez, c'est le Merlot dans toute sa splendeur quand il est mûr à souhait. Epicé, racé et complexe, avec un boisé noble. Le vin est gras et concentré, doté d'une finale ronde, intense et vive. La densité est extraordinaire du début à la fin. Les tanins sont forts mais enrobés par le fruit. Quant on parle du fameux terroir de Pétrus, ce n'est pas en vain sur ce millésime. Ces qualités énormes sont cependant encore en gestation, car on remarque que le vin ne se donne pas pleinement. Il se différencie ainsi bien de ses deux compagnons, Le Pin et Lafleur, qui semblent ne plus être dans une phase ascendante.

   

CHATEAU CHEVAL BLANC 1982 (*****)
Couleur rouge-rubis. Au nez, le fruit est si mûr qu'il fait penser au pruneau noir, le boisé est vanillé et noble. Les composantes sont extrêmement complexes, amples et élégantes. Mettre le nez sur le verre, c'est déjà enivrant et sensuel! En bouche, la densité est superbe et le gras va jusqu'à la suavité. Etonnamment, la finale dispose d'une bonne acidité et de tanins bien présents. C'est un vin d'une nature extraordinaire, qui donne un plaisir immense lorsqu'on en boit. Son avenir est toujours un sujet de discussion, car il est vraiment rond et facile. Je base ma réponse sur les autres grands millésimes du cru, tous de même style, en disant qu'ils sont toujours bien vaillants des décennies après. Pourquoi pas le 1982 ?

   

CHATEAU HAUT- BRION 1982 (***)
Couleur rouge-rubis brillant. Typique Haut-Brion par son caractère un peu austère et fermé au départ. Touche cuir-animal, boisé pur et strict, iodé et minéral, de la race. Il faut attendre assez longtemps pour que l'ensemble se développe et signifie tout son potentiel. Le vin est suave à l'attaque, mais les tanins durcissent la finale marquée par l'alcool. L'ensemble n'est pas encore bien harmonieux, même si l'ouverture a permis de deviner le grand potentiel de ce cru sur ce millésime. Son caractère fort saura plaire aux habitués et aux amateurs de Haut-Brion.

   

CHATEAU LA MISSION HAUT-BRION 1982 (*****)
Couleur rouge-rubis très profond et intense, tirant sur le noir. Le nez est très puissant, beaucoup de fruits rouges jeunes et frais, la race est extraordinaire. Quel sujet, quelle majesté! Le vin est concentré et riche, de puissance inouïe. La trame est serrée et l'équilibre entre le fruit, l'acidité, les tanins et le gras est fantastique. La vanille et les épices s'accordent merveilleusement avec le fruit. L'alcool se ressent encore sur cet énorme vin, car il est dans une phase d'extrême jeunesse. C'est un des seigneurs du millésime, à n'en pas douter.

   

CHATEAU MARGAUX 1982 (**)
Couleur rouge-rubis profond. Nez de grande harmonie sur le fruit jeune et le terroir, avec une touche iodée. On y ressent un suivi à tous les niveaux. Le vin est très corsé et riche, le fruit est concentré, les tanins et l'alcool raffermissent la finale de manière encore un peu stricte à l'heure actuelle. C'est un magnifique Margaux assuré d'un bel avenir, mais deviendra-t-il vraiment resplendissant ?

   
 
   

CHATEAU LEOVILLE-LASCASES 1982 (****)
Couleur la plus profonde, tirant sur le noir. Perfection du fruit au nez, dominé par le cassis, côté fumé, réglissé, notes florales. Aspect étonnamment jeune et frais au niveau de la récolte. Le vin est fin et racé, au fruit concentré, avec des tanins et une acidité hors du commun, très long. Il est déroutant, car il ne ressemble en rien à ce que l'on attend de ce millésime en ce qui concerne la maturité du fruit conférant volume et rondeur. Là, le fruit est frais et vif, sans aucune impression de haute maturité, comme si l'année climatique avait été moins chaude. Il a encore un bon potentiel.

   

CHAT. PICHON-LONGUEVILLE COMTESSE DE LALANDE 1982 (*****)
Couleur rouge-rubis intense. Concentré d'arômes en tous genres: fruit mûrs, pruneau, cerise, boisé élégant, humus et sous-bois, très flatteur et volumineux. Vin d'une onctuosité envoûtante, avec le glycérol qui dure de l'attaque à la fin de l'énorme rétro-olfaction, la concentration est inouïe. C'est un vin d'anthologie, très agréable à boire maintenant, et qui va durer longtemps de par sa structure. La nature de base semble heureusement avoir dominé tout autre aspect extérieur.

   

CHATEAU MOUTON-ROTHSCHILD 1982 (****)
Couleur rouge-rubis profond. Nez puissant et "droit", beaucoup de force, le fruit est intense et de maturité optimale, un peu "uniforme" cependant. Le vin est riche et concentré, le Cabernet Sauvignon ressort de par la fraîcheur de son acidité, le poivron rouge et les tanins très présents. 20 ans après sa récolte, ce vin devient prêt à boire et semble moins massif qu'à ses débuts, ce qui est heureux. C'est un Mouton monumental, caractérisé, comme d'habitude, plus par son style viril que par la noblesse du terroir.

   

CHATEAU LATOUR 1982 (*****)
Couleur rouge-rubis profond. Impressionnant de puissance et de race, caractère marqué et fruit parfait, mûr et jeune à la fois. Une classe à nulle autre pareille. Vin intense à tous les niveaux, avec une rondeur extraordinaire et un fruit jeune qui persistent en bouche interminablement. Les tanins sont parmi les plus nobles et soyeux qui soient, ils ne durcissent pas, mais confèrent au vin une tenue incroyable, et pour très longtemps à n'en pas douter. C'est un vin géant, digne des plus beaux Latour. Et quand Latour est comme ça, on sait qu'il est presque "insurclassable".

   

CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1982 (*****)
Couleur rouge-rubis, avec le disque légèrement tuilé. Au nez, la noblesse est exactement celle que l'on attend de ce cru dans les plus grands millésimes. Le fameux bois de cèdre s'y ressent, avec un fruit parfait et dense dans ses arômes, sans lourdeur bien que d'une concentration extraordinaire. La bouche est aussi très concentrée et riche, plus que d'habitude chez Lafite. Les tanins fabuleux sont là pour donner la noblesse et la structure à l'ensemble d'une grande perfection. Le gras accompagne le fruit et les tanins à tout moment. Malgré des qualités bien développées, ce merveilleux Lafite est encore loin de son apogée.

 

CONSIDERATIONS GENERALES

* Cette dégustation fut dans son ensemble enthousiasmante, grâce au très haut niveau des vins. Le choix s'était porté pratiquement sur tout ce qui est considéré comme le meilleur du millésime 1982.

* On a pu distinguer les différences de provenances:

- Les Pomerol ont confirmé leur style élégant, riche et velouté, se montrant déjà fort prêts à boire. Le Pin est un exemple du genre en ce moment. Le Pétrus pourrait, par contre, s'afficher comme l'exception en sa commune, pour ce millésime en tout cas: il démontre un beau potentiel de vieillissement, mais cela est connu et habituel.

- Le Cheval Blanc, dans ses grands millésimes, est marqué par des fruits extrêmement mûrs à la récolte, donnant un vin velouté et rond, parfois jusqu'au sucre. Il est toujours sensuel et exubérant. Il peut paraître tendre et faire douter de son aptitude à vieillir. Hors, 1947 ou 1949 sont toujours fabuleux...

- Les Graves ont un aspect plus austère et un terroir subtil, difficile d'approche. Le temps est leur meilleur avocat. Haut-Brion et Mission démontrent tour à tour des qualités immenses et des potentiels énormes selon les millésimes: pour 1982, Mission est un monument.

- Le Médoc présente des vins de terroir, s'exprimant de manière magistrale sur ce millésime. On entre dans un intense moment d'émotion lorsqu'on boit Latour ou Lafite. C'est le rêve! La classe des ces deux vins est pratiquement incomparable. De plus, le potentiel de vieillissement est là. Pichon Lalande, tout aussi impressionnant, est du style de Cheval Blanc par son onctuosité et sa richesse. Léoville-Lascases, tout grand sujet, semble en-dehors de la famille "1982" par son aspect jeune et vif.

* Nous basant sur ces 12 vins, on peut dire que 1982 confirme tout le bien que l'on en a dit dès le début. La récolte extrêmement mûre et de fameuse qualité, se ressent à la dégustation. Beaucoup ont toujours été agréables à boire. Les meilleurs sont des merveilles, et pour des années, je le crois. Auront-ils la même tenue que les 1961, 1945...? Il ne m'apparaît pas nécessaire d'en débattre maintenant. Attendons.

* Dans la littérature, il est indiqué que l'oenologie dite "moderne" est amorcée vers 1955. Pour moi, 1961 est l'exemple le plus parfait du début de cette période, et 1982 l'exemple le plus parfait de la fin de cette période. Par après, l'oenologie a passé à un stade "technologique" permettant à l'éleveur de "diriger" selon son envie (ou l'envie des grands dégustateurs mondiaux), le parcours du vin. La différence se remarque de manière concrète sur les points suivants:

- Les couleurs des vins dégustés étaient toutes d'un magnifique rouge-rubis très nature, et marquées par leurs 20 ans. La couleur des millésimes plus récents tire résolument sur le noir.

- La nature de base et le terroir s'expriment naturellement sur chaque vin, créant une vraie émotion gustative. Les nouveaux millésimes sont dominés par la vinification.

* Cette soirée a renforcé ma propension à considérer 1982 comme le meilleur millésime depuis le célèbre 1961.

   
un Yquem 1982 fut aussi dégusté pour conclure ce tour d'horizon génial

 
***** CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD, CHATEAU LATOUR, CHATEAU LA MISSION HAUT BRION, CHATEAU CHEVAL BLANC, CHATEAU PETRUS, CHATEAU LE PIN, CHATEAU PICHON LALANDE

**** CHATEAU MOUTON-ROTHSCHILD, CHATEAU LAFLEUR, CHATEAU LEOVILLE-LASCASES

*** CHATEAU HAUT-BRION

** CHATEAU MARGAUX