VERTICALE

Restaurant le Cardinal / Sion
1 octobre 2011

---------------------------------------
ASTRALIS CLARENDONS HILLS 2004 (*****)


Arômes de fruits noirs très purs, sur la gelée de cassis.

Le vin est gras et onctueux.

Il est puissant tout en étant parfaitement équilibré.

La longue finale est marquée par de la vanille et des herbes aromatiques.

Un touche de feuille de menthe lui donne de la fraîcheur.

Sa structure lui promet un grand futur.
   
ASTRALIS CLARENDONS HILLS 2003 (*****)


Arômes assez élégants avec un fruit très mûr.

Une touche "cuir-animal" lui donne du caractère.

Le vin est doux et sensuel à l'attaque.

L'acidité élevée est enrobée sur toute la longueur de bouche par la chair du fruit (gelée de cassis).

C'est un vin un peu moins précis que le 2004, mais plus voluptueux et plus caressant.
   
ASTRALIS CLARENDONS HILLS 2002 (****)


Nez très propre et droit.

Le fruit est parfait (fruits noirs).

On sent encore l'élevage: vanille et purée de marron.Le vin est corsé et dense.

Les tannins athlétiques et l'alcool élevé durcissent un peu la finale.

Le futur le rendra plus ouvert et harmonieux.
ASTRALIS CLARENDONS HILLS 2001 (*****)


Arômes ouverts, amples et élégants de petits fruits noirs et rouges.

On se rapproche du style Amarone.

Le vin est élégant et racé.

La trame est serrée mais sa chair fantastique lui apporte une texture soyeuse.

L'acidité finale est superbe.

Un sujet de haut vol avec un caractère marqué.
   
ASTRALIS CLARENDONS HILLS 1999 (****)


Le nez rappelle le style bordelais.

L'élevage se ressent encore avec un boisé qui manque de précision.

Le vin est un peu rustique et très riche.

Il est marqué par une forte personnalité qui ne peut pas plaire à tous.
   
ASTRALIS CLARENDONS HILLS 1998 (*****)


Les arômes font penser à un Bordeaux classique d'année chaude.

Le vin est harmonieux et très séduisant.

L'acidité élevée rehausse joyeusement sa chair veloutée.

L'ensemble est baroque sans être écrasant.

Un vin de plaisir pur, au somment en ce moment.
   
ASTRALIS CLARENDONS HILLS 1997 (*****)


Nez ample et élégant avec de la complexité: kirsch comme du Porto, pruneau, tabac, moka...

Les arômes annoncent déjà une chair voluptueuse.

Vin sensuel au possible avec un fruit rond et dense (confiture de cassis).

La finale est vivifiée par une acidité mordante qui renforce encore son caractère enjôleur.

L'harmonie est parfaite.
ASTRALIS CLARENDONS HILLS 1996 (***)


Nez de pleine maturité de fruit.

Une petite acidité volatile intensifie l'olfaction.

Le vin est très corsé, mais il est un peu déséquilibré par l'alcool.

L'acidité volatile (perçue au nez) est moins positive au niveau gustatif: elle durcit la finale en dominant le fruit.

   
ASTRALIS CLARENDONS HILLS 1995 (**)


Arômes de vieux Barolo rustique trop mûr.

Le vin semble avoir nettement dépassé son apogée.

Les composantes sont déséquilibrées.
   
ASTRALIS CLARENDONS HILLS 1994 (*****)


Arômes amples, nobles et complexes: fruits noirs, kirsch, tabac, nougat, pruneau...

Le vin est riche et corsé.

La douceur est marquée à l'attaque.

Mais cette chair voluptueuse est raffermie par une acidité persistante du plus bel effet.

Un vin autant baroque et extravagant que séducteur!
   

CONCLUSIONS

- Clarendon Hills prend certainement des risques en travaillant de manière très traditionnelle cette vieille Syrah de rendement ridiculement faible: certains millésimes sont grandioses et offrent des vins non standardisés de classe mondiale; et certains présentent des petits défauts que l'on pardonne volontiers pour récompenser justement cette prise de risque.

- Dans les grandes années, le fruité très mûr et riche, pourvu d'une rondeur quasi sucrée, est une constante encore plus marquée que chez son frère, le célèbre Grange de Penfolds. Astralis est donc souvent plus séducteur.

- Astralis 2004, 2003, 2001 et 1998 représentent bien ce style opulent. Ils sont amples et charnus, mais soutenus par une belle acidité.

- Astralis 2002 et 1999 sont plus stricts et n'offrent pas le même étalage de richesse.

- Astralis 1996 et 1995 me semblent peu réussis. Peut-être à cause d'un manque de mainmise oenologique. Ces deux millésimes, dégustés en verticale en 2005 avaient aussi paru difficiles.

- Astralis 1997 et 1994 sont des millésimes qui ne pourront certainement plus se réaliser tant ils sont hors normes et fantastiquement excessifs. Ce sont des "Astralis astronomiques"!