Grand Repas-dégustation

Schwarzer Adler / Oberbergen
17 mai 2013

CHAMPAGNE CRISTAL ROEDERER 2002 (*****)
Champagne harmonieux avec une bulle parfaite.
Il est encore très jeune et marqué par un fruité pur et une acidité citronnée en finale.
Il donne déjà un énorme plaisir de par son équilibre et sa vivacité.
La complexité et l'élégance prendront le dessus avec le temps.

CHAMPAGNE CRISTAL ROEDERER 1999 (*****)
Arômes complexes et amples avec un fruité bien mûr.
Champagne corsé, très structuré et long.
Une belle personnalité.

CHEVALIER-MONTRACHET DOMAINE LEFLAIVE 2001 (*****)
Arômes très amples et racés, sur les agrumes frais accompagnés par une minéralité noble.
Vin concentré, pur, cristallin avec une superbe "tension".
Encore très jeune.

MONTRACHET HENRI BOILLOT 2002 (*****)
Arômes très amples avec un fruit bien mûr.
La noblesse est là et la complexité aussi.
On est sur le pain grillé, la vanille, le chaume...
Vin très puissant qui semble encore sur la retenue, mais qui impressionne par la force des ses composantes.

ROMANEE-ST-VIVANT DRC 1999 (*****)
Couleur limpide et brillante, parfaite.
Arômes d'une finesse exceptionnelle.
Le fruit (fraise) est très mûr mais semble aussi très frais.
C'est un exemple de la noblesse du Pinot.
Le vin est extrêmement harmonieux.
Une perfection à tous les niveaux, en ce moment et certainement pour longtemps.

ROMANEE-CONTI 1999 (****)
La couleur est un peu plus "brunie" que sur le Romanée-St-Vivant 1999.
Les arômes présentent un fruit bien mûr avec des notes de fourrure.
Le caractère est fort.
En bouche, le vin semble encore peu ouvert.
On devine le monument plus qu'on ne le ressent.
Il est riche et concentré, mais il y a comme un manque de pureté.
On a osé penser que la bouteille n'était pas parfaite, surtout quand on connaît la réputation du cru sur ce millésime.

PETRUS 1975 (*****)
Arômes très ouverts, complexes et fins.
Notes de fruits noirs, de cuir, de champignons, d'olive...
Vin droit et pur.
Le caractère est bien celui d'une époque moins "dirigiste".
En bouche, on est frappé par la race et la classe du sujet.
C'est un vrai plaisir d'y ressentir une belle concentration sans qu'il s'y mêle la moindre lourdeur.
Un tout beau Petrus qui n'est de loin pas en bout de carrière.

CHÂTEAU CANON 1947 (***)
Au nez, on sent le style classique ancien un peu rustique, mais charmant: c'est une belle nature sans maquillage.
Le vin est assez baroque.
L'attaque est marquée par une certaine sucrosité qui a l'heur, en finale, d'atténuer les tannins stricts et l'acidité élevée.
Je pense que d'autres bouteilles sont plus "équilibrées".

CHÂTEAU FIGEAC 1990 (****)
Un vin de classe avec une belle pureté de fruit.
Un beau sujet dont l'équilibre est le principal atout.

CHÂTEAU HAUT-BRION 1990 (*****)
Haut-Brion 1990 continue sa carrière impressionnante.
C'est toujours une vedette du millésime.

CHÂTEAU MARGAUX 1990 (****)
Une belle bouteille qui semble moins dense de matière que le Haut-Brion 1990 dégusté en parallèle.
J'ai bu de plus grandes bouteilles.

CHÂTEAU MOUTON-ROTHSCHILD 1982 (*****)
Une bouteille parfaite, donc on est sur un sommet de complexité et de structure.

CHÂTEAU CANON 1959 (*****)
Vin élégant et fin avec une texture très serrée.
Le fruit est encore très jeune.
Une toute grande bouteille.

CHÂTEAU AUSONE 1961 (*****)
Ce 1961 est considéré comme un "petit" frère des mythiques Latour, Cheval Blanc et autre Lafleur.
Mais il ne manque cependant pas d'arguments.
Ce qu'il n'a pas en concentration et en force par rapport à ces vedettes, il le compense avec sa noblesse, sa finesse et son harmonie.
C'est une merveille de plaisir.

CHÂTEAU D'YQUEM 1967 (*****)
A chaque dégustation, je me renforce dans l'idée que 1967 est un millésime qui fera date chez Yquem pour de nombreuses décennies.