RHÔNE SUD
 
Dernière mise à jour: août 2016
 
Sont présentés ci-dessous des vins des appellations suivantes:
CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE - CHUSCLAN
 
*********************************************
 
CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE
 
----------------------------------------
 
Janvier 2016
CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE
(producteur inconnu) 1930 (*****)
Un miracle, certainement! L'année est partout reconnue comme catastrophique. Peu de récolte, peu de vins, et en plus considérés comme faibles et sans avenir. En trouver est un cauchemar. Je n'en avais jamais bu... faute d'en trouver.
Le niveau n'est pas parfait, mais je le trouve tout à fait correct pour un sujet de 86 ans. Le bouchon (d'origine assurément) est sorti, noir, en une pièce qui sentait déjà bon. La couleur est incroyable de densité. On est sur le rouge quasiment noir, presque opaque. On ne peut même pas distinguer si le disque est tuilé. Les arômes sont extraordinaires de puissance et de complexité: tomate séchée, herbes aromatiques, fer mouillé (et oui), chocolat noir, vieux cuir, suie, terre noire mouillée... De plus, sur une bonne heure, à chaque instant de nouvelles sensations viennent interpeller mes souvenirs olfactifs. Tout est propre et net, mais la personnalité qui s'en dégage n'a rien à voir avec la standardisation actuelle. On sent une présence forte, vraiment marquante. En bouche, l'attaque est d'une grande onctuosité. Mais, dès l'évolution, la rondeur est raffermie par des tannins très denses, aucunement rustiques. On est sur les fruits noirs accompagnés par toutes les sensations détectées à l'olfaction. La chair ronde, mais ferme, perdure jusqu'en finale. La présence d'acidité volatile, non détectée à l'olfaction, ne fait que de rehausser la densité des composantes. La longueur n'est pas vraiment impressionnante, mais la persistance ne révèle aucune faiblesse ou aucun défaut.
Je ne m'explique pas comment un vin issu d'un aussi mauvais millésime puisse être aussi grand. On annonce qu'en 1930 une gelée a provoqué au final une faible récolte. Peut-être que ce vin est issu de raisins sains très concentrés par la coulure de l'année. Il y a aussi la possibilité que ce vin ait pu bénéficier des "apports extérieurs" dont on usait à l'époque. Quoi qu'il en soit, je suis trop heureux d'avoir goûté un si grand et si rare sujet.
 
----------------------------------------
 
Octobre 2014
CHÂTEAU DE BEAUCASTEL CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE BLANC 1999 (*****)
Roussanne à 80%, ce vin est pourvu d'une grande personnalité. La structure est marquante. La chair est veloutée sans manquer de dynamisme. Très long.
 
----------------------------------------
 
Décembre 2006
CHÂTEAU DE BEAUCASTEL
CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE HOMMAGE A JACQUES PERRIN 2001
(***)
Vin très construit et complexe. Superbe race. A attendre.
Beaucastel est le seul Châteauneuf-du-Pape dans lequel le Grenache n'est pas dominant.

Avril 2012
CHÂTEAU DE BEAUCASTEL
CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE HOMMAGE A JACQUES PERRIN 1995
(****)
Vin impressionnant de par sa force et sa structure. Tout est bien construit du début à la fin. L'amateur de ce style y trouvera son compte (vu les notes qui lui sont attribuées). J'aurais voulu y déceler un peu plus de folie et un peu moins de monotonie.
 
----------------------------------------
 
Mars 1993
CHATEAU RAYAS BLANC 1989 (***) solide et riche.
 
----------------------------------------
 
Octobre 1993
CHATEAU RAYAS 1976 (***) vraiment très mûr.

Mai 1997
CHATEAU RAYAS 1989 (****)

Novembre 2004

CHATEAU RAYAS 1995 (****)
Quel caractère! A ne pas mettre dans tous les palais! Il faut y être préparé et ne pas être déformé par la standardisation qui remplit les revues de vins parfaitement travaillés, ciselés, bichonnés, concentrés, guidés... par des oenologues-vedettes. On doit aimer des produits qui expriment un terroir et la volonté du producteur de s'effacer devant la matière première parce qu'elle est justement de première qualité.

Septembre 2007

CHÂTEAU RAYAS 1995 (****)
Une grande nature au nez. Tout est développé à l'extrême, en puissance mais avec beaucoup de sensualité. Arômes sur les fruits noirs et la terre: on se croirait le nez juste au-dessus du sol de la vigne! Le vin est charnu et riche au point de donner une sensation quasi sucrée. Grand vin monumental avec beaucoup d'avenir, pour les vrais épicuriens.

Octobre 2007
CHÂTEAU RAYAS 1995 (****)
Arômes denses. Fruits rouges très ensoleillés, touche orangée, fourrure, terre noire. Grandes personnalité et terroir. Vin corsé, racé, puissant. Le fruit est très mûr et rond, mais la finale est vive. La longueur est fantastique. Très grand vin avec un bel avenir.
CHATEAU RAYAS 1985 (****)
Couleur rouge-rubis encore très jeune.
Nez élégant, très ample. Superbe touche de bois noble et de cuir avec des fruits rouges denses. Le vieillissement est positif. Le vin est volumineux et complexe. On y retrouve un fruit concentré mêlé à des épices avec une grande acidité finale. Vin très long et puissant: l'alcool est à la limite avant de trop s'imposer.

Novembre 2007
CHÂTEAU RAYAS 1989 (*****)
Une nature exubérante au nez. Très ample et volumineux avec des fruits très mûrs sur le pruneau et le nougat. En bouche, vin baroque avec une douceur qui procure un plaisir sensuel. Superbe acicité finale. La richesse est compensée par la structure des composantes. Longueur exceptionnelle.
Cette pure Grenache a déjà donné beaucoup de millésime qui ont fait couler de l'encre!
Le domaine ultra-traditionnel est une des plus chères étoiles du firmament des Châteauneuf-du-Pape.

Juin 2010
CHÂTEAU RAYAS 2000 (****)
Les arômes de fruits surmûrs et joyeux jaillissent sans retenue du verre pour notre plus grand plaisir. Ce n'est peut-être pas très orthodoxe, mais que c'est vivant. Le vin est une pure rondeur sensuelle. Etonnamment, l'acidité très élevée donne tout le tonus qui pourrait manquer à une si voluptueuse chair. Un vin d'hédonisme pur.

Juillet 2010
CHÂTEAU RAYAS 1996 (****)
Une grande nature généreuse et vivante. Grande structure et élégance. A attendre.

Décembre 2014
CHÂTEAU RAYAS 1929 (*****)
Incroyable couleur foncée, dense et jeune. Arômes de fruits noirs très purs. Noblesse et élégance sont de la partie. On sent une haute maturité de réclolte. Notes de tabac frais et d'herbes de la garrigue. Aucun vieillissement. Bouche ronde, suave, dense et sensuelle. Ce n'est qu'une vague fruitée concentrée et pure. Longueur exceptionnelle.

Août 2016
CHATEAU RAYAS 1983
(
*****)
Les arômes ont une ampleur impressionnante. On est sur les fruits rouges avec beaucoup d'élégance. Vin grandiose, riche, onctueux, doux... La matière marque longtemps le palais. Encore un sujet marquant.
 
----------------------------------------
 
Avril 2008
CLOS DE L'ORATOIRE DES PAPES CHATEAUNEUF-DU-PAPE 2000 (***)
Nez de fruits gorgés de soleil, avec une touche de cuir. Vin très corpulent quasi doux à l'attaque. La finale est marquée par la chaleur de l'alcool.
 
----------------------------------------
 
Mars 2013
CLOS SAINT JEAN CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE DEUS EX MACHINA 2010 (*****)
Arômes amples et élégants de fruits très mûrs sur le coulis de sureau ou de cassis. Le vin a une chair savoureuse et charmante. Il est vraiment séduisant du début à la fin. L'élevage disparaît au profit du fruit: voilà ce que l'on demande d'un grand vin!
 
----------------------------------------
 
Septembre 2006
DOMAINE DE LA MORDOREE "LA PLUME DU PEINTRE" 2003 (****)
1/3 pour chaque cépage: Grenache, Syrah, Mourvèdre d'un rendement extrêmement faible pour obtenir ce vin extraordinairement concentré et riche.
 
----------------------------------------
 
Septembre 2011
DUQUAY FLORY CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE 1953 (****)
Vin riche et puissant qui a tenu sans aucune défaillance. Les arômes partent sur les fruits noirs, le cuir et la terre juste remuée. Le caractère est fort. La bouche est veloutée, bien que les tannins soient encore athlétiques et forts comme "à l'époque".
 
----------------------------------------
 
Juin 2008
NESME PIERRE CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE 1949 (****)
Nez de fruits rouges gorgés de soleil lors de la récolte. Beaucoup d'ampleur et d'élégance. Note de bois de sental. Vin charnu et corsé. Les tannins sont forts mais bien enrobés. La finale est toujours fruitée et marquée par une acidité citronnée. Pas encore sur la pente descendante.
 
----------------------------------------
 
Juillet 2008
ROYE-LABAUME CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE 1949 (****)
Un vin fort et corsé, avec une base solide. Fruits noirs, cuir, réglisse,... Pas charmeur, mais très attachant quand même.

Novembre 2008
ROYE-LABAUME CHATEAUNEUF-DU-PAPE 1945 (***)
Vin qui a tenu grâce à la constitution inébranlable du millésime. Il a son charme, même avec son caractère "musclé".

Octobre 2009
ROYE-LABAUME CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE 1949 (****)
Les arômes expriment une récolte extrêmement mûrs, mais pas compotée. Belle complexité: fruits noirs, tabac, cuir, épices...On n'est pas loin du Porto. La bouche est très onctueuse, même si les tannins sont corsés. Cet ensemble imposant n'a pas subi trop l'outrage du temps. (bouteille fort différente de celle bue il y a une année)
 
----------------------------------------
 
Mars 2013
SABON RENE CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE "LE SECRET DES SABON" 2010 (****)
Arômes de fruits très mûrs mais pas compotés. Vin harmonieux pourvu d'une texture soyeuse. Très long. Il lui manque peut-être de complexité.
 
----------------------------------------
 
Juin 2009
STRÜBIN ERNEST CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE 1949
(****)
Beaucoup de complexité d'arômes: fruits purs, épices fines, bois noble... On sent race et noblesse. Le vin est concentré, sans lourdeur. Il a beaucoup d'équilibre. La longue persistance est marquée par une chair voluptueuse accompagnée par une fine acidité.
STRÜBIN ERNEST CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE 1947 (*****)
Le nez s'exprime tout en élégance, avec des fruits très mûrs. Notes de pruneau, de vanille et d'orange. Le vin est doux à l'attaque: c'est la volupté-même. L'acidité finale rehausse cet ensemble monumental. Un vin vivant et opulent pour les vrais hédonistes. On ressent au travers de ce vin l'année climatique 1947 très chaude, ensoleillée et très sèche.
STRÜBIN ERNEST CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE 1945 (*****)
La grande classe au nez, avec un fruit très pur et dense (cassis). L'âge est occulté. Le vin est velouté et concentré avec un équilibre exceptionnel. Le fruit reste charnu jusque dans la très longue persistance. Sa constitution impressionnante lui assure encore un bel avenir. Là aussi, le style incroyablement concentré du millésime 1945 ressort.
 
*********************************************
 
CHUSCLAN
 
----------------------------------------
 
Mars 2014
CHUSCLAN, CHÂTEAU SIGNAC COMBE D'ENFER 2010
(****)
Arômes purs, marqués par les fruits noirs (bigarreau). Notes terreuses agréables. Vin très équilibré avec du glycérol. Le fruit est toujours présent avec un peu de bois doux. Finale vive et longue. Déjà fort bon, mais tiendra.

CHUSCLAN, CHÂTEAU SIGNAC COMBE D'ENFER 2007 (****)
Nez de fruits noirs bien mûrs, plus dans l'élégance que dans la densité. Note de bois de santal. Vin rond et velouté, sur le pruneau et le nougat. Finale soutenue en alcool, mais l'acidité rehausse l'ensemble.

CHUSCLAN, CHÂTEAU SIGNAC COMBE D'ENFER 2006 (****)
Arômes d'épices et d'herbes aromatiques avec de la réglisse. C'est un peu rustique. Vin équilibré mais assez strict avec un fruité vif et frais. La finale est marquée par de l'acidité et par une agréable amertume.

CHUSCLAN, CHÂTEAU SIGNAC COMBE D'ENFER 2003 (*****)
Arômes exubérants de fruits sur mûrs avec de la vanille et du cuir. C'est très élégant et séduisant. Vin charnu, riche et opulent. On sent l'année chaude. L'alcool est donc aussi présent. Ce qui magnifie le vin en finale, c'est une acidité d'une fraîcheur fantastique. Sujet plus fait pour le plaisir des épicuriens que pour le palais des techniciens.


CHUSCLAN, CHÂTEAU SIGNAC TERRA AMATA 2009 (*****)
Elégance, finesse et pureté au nez. C'est naturellement séduisant. Fruit bien mûr, sur le coulis de sureau ou de myrtille. Vin riche mais équilibré avec un fruité parfait. La chair est ronde mais ferme. Les tannins sont athlétiques mais bien enrobés. Grande longueur et bel avenir.

CHUSCLAN, CHÂTEAU SIGNAC TERRA AMATA 2006 (*****)
Les arômes sont bien différents du 2009. C'est un peu rustique. Notes d'épices, de cuir, d'humus, de champignons, de kirsch... Vin de forte personnalité, très construit au niveau des tannins. L'acidité est présente, mais elle donne du dynamisme. L'ouverture le voit prendre un peu plus de rondeur. Vin de caractère, pas fait pour tous les palais.

CHUSCLAN, CHÂTEAU SIGNAC TERRA AMATA 2005 (****)
Arômes purs et droits, sans vieillissement. L'élevage est encore un peu marqué. Notes d'herbes de Provence. Vin corsé et serré qui a de la peine à s'ouvrir. Mais on sent une base faite pour durer.

CHUSCLAN, CHÂTEAU SIGNAC TERRA AMATA 2001 (**)
Arômes ouverts, sur les fruits rouges. C'est un peu plus standard et simple que les millésimes plus jeunes. Vin riche et fort, marqué par la chaleur de l'alcool en finale. Tannins un peu végétaux.


CHUSCLAN, CHÂTEAU SIGNAC LE SECRET 2007 (*****)
Nez racé et noble. Le fruit est pur et fin avec des notes de réglisse. Vin équilibré, ample et charnu. Il est même flatteur. La chair est une séduisante masse veloutée. Les tannins sont très forts, mais ils sont parfaitement enrobés par le glycérol. L'ensemble démontre une forte présence du début à la fin.

CHUSCLAN, CHÂTEAU SIGNAC LE SECRET 2006 (*****)
Nez racé et complexe: bois de cèdre, épices orientales, fenouil, malt... Vin harmonieux, concentré mais pas lourd. La finale est encore marquée par l'élevage. La structure et la qualité des composantes lui assurent un bel avenir.

CHUSCLAN, CHÂTEAU SIGNAC LE SECRET 2003 (*****)
Les arômes indiquent l'année chaude avec de l'exubérance et de l'exotisme (noix de coco). Le boisé est très bien intégré et fin. Vin flatteur et sensuel. Il est aussi fortement constitué à tous les niveaux. La longueur indique le grand sujet apte à défier les années.

CHUSCLAN, CHÂTEAU SIGNAC LE SECRET 2001 (*****)
Arômes très mûrs sur le caramel et le marron. C'est inhabituel, mais tellement agréable. Vin rond et velouté jusqu'à la fin de la très longue persistance. Donne le plaisir maximum à l'heure actuelle.