PETRUS
 
Dernière mise à jour: août 2015
 
Pétrus est un vin profond et charnu, dont les vertus s'harmonisent suprêmement avec le temps. Charme et puissance y font bon ménage. C'est un vrai vin de plaisir, moins complexe que certains Médoc ou Graves, qui n'a pas besoin de rites de dégustation sophistiqués. Sa chair opulente n'appartient qu'au Merlot. Sa générosité ravit et envoûte l'amateur dès la première gorgée.
Au 19ème siècle, ce vin était déjà reconnu pour ses qualités, mais c'est le négociant Jean-Pierre Moueix qui a façonné le Mythe Pétrus depuis 1947.
Mes plus grands Pétrus sont: 1947, 1961, 1890, 1964, 1975, 1950, 1949
 
*********************************************
 
Juin 2014
PETRUS 2007 (****)
Nez séduisant sur la truffe noire avec un fruité pur et beaucoup d'élégance. Le vin est harmonieux, tout en dentelle. Il semble déjà donner le grand plaisir. J'oserais lui demander d'avoir un peu plus de race.
 
-----------------------------------------
 
Juin 2009
PETRUS 2000 (**?)
Vin étonnamment strict et dur dans les tannins. La finale est même sécharde. Très certainement une bouteille pas parfaite.
 
-----------------------------------------
 
Février 2013
PETRUS 1999 (***)
Nez de Merlot bien mûr et élégant. Vin équilibré et agréable, mais la densité est moyenne et il manque de panache et de longueur.
 
-----------------------------------------
 
Mai 2003
PETRUS 1998 (****)
Couleur rouge-rubis brillant. Nez déjà ample, avec des fruits mûrs et ronds, parfaits de récolte. Au boisé magnifiquement vanillé se rajoute une touche de bois oriental (santal). La bouche, veloutée et élégante, présente une grande pureté de fruit. La très longue finale, un peu iodée, est soutenue par une belle fraîcheur. La jeunesse du vin laisse encore transparaître la vanille du chêne en rétro-olfaction. Voici un Pétrus élégant et délicieux. La dentelle et le fruit du Merlot marquent plus ce millésime que l'extraction à tout prix.
 
-----------------------------------------
 
Avril 2012
PETRUS 1995 (*****)
Ce 1995 de Pétrus est vraiment grand! Quelle structure! Tout est vraiment fort mais équilibré. Le fruit est concentré et s'accorde parfaitement avec les tannins. La finale est longue et fraîche.

Octobre 2014
PETRUS 1995
(*****)
Pétrus a réussi sur son 1995 un vin de structure et de caractère, apte à durer. C'est un grand classique qui dévoile ses énormes qualités avec une certaine discrétion. Il n'est pas opulent et charnu comme un 1989, mais sa densité et son corps lui procurent une grande dimension.
 
-----------------------------------------
 
Août 2001
PETRUS 1990 (*****)
Robe rouge-rubis d'une grande limpidité. Nez marqué par un fruit parfait, avec des notes iodées et fumées, dans l'élégance. Tout est en dentelle, sans manquer de volume: c'est déjà un vrai plaisir. En bouche, le fruit domine avec une fraîcheur exceptionnelle. La finale est très très longue, et reste fine et concentrée. C'est un très grand Pétrus fait pour durer, mais cependant différent de certains millésimes plus corpulents.
 
-----------------------------------------
 
Décembre 2007
MAGNUM PETRUS 1989 (*****)
Couleur très foncée. Au nez, c'est de l'essence de Pétrus. Développement extrême des arômes de fruits comme la cerise noire et la truffe. Cette générosité nous emplit littéralement de joie. Vin baroque et génialement extravagant.....tout en restant civilisé. Extraordinaire à tous les niveaux. Je ne pensais pas retrouver dans les vins modernes une si grande nature. Pour moi, il possède les fabuleuses qualité du 1964, mais son exubérance le rapproche du 1947.

Mai 2010
PETRUS 1989 (*****)
Dégusté à l'aveugle, on ressent automatiquement le vin de grande envergure. La puissance impressionne. C'est un monument à attendre, qui deviendra immense. Dégusté à l'aveugle à côté de Haut-Brion 1989, je n'ai pas pu préférer l'un à l'autre.
 
-----------------------------------------
 
Décembre 1996
PETRUS 1987 (***)
Bouteille surprenante de concentration pour le millésime. Le vin était assez tendre et fruité.

Juin 2014
PETRUS 1987 (*)
Arômes végétaux. On sent une certaine fatigue. Le vin manque singulièrement de base et s'évanouit assez rapidement en bouche. Il est agréable, sans plus.
 
-----------------------------------------
 
Juin 2005
PETRUS 1986 (***)
Vin massif et puissant. Son fruit est très développé et ses forts tannins bien enrobés par le gras. Par contre, il manque de race et de caractère, à mon avis.
 
-----------------------------------------
 
Juin 1995
PETRUS 1985 (****)
Vin marqué par l'élégance habituelle du millésime, sans lourdeur. Magnifique Pétrus dans la dentelle plutôt que dans la puissance.

Juin 2014
PETRUS 1985 (**)
Le nez est de densité moyenne, mais on sent une belle personnalité. En bouche, on devine une base peu structurée, mais supérieure au 1987. Vin équilibré mais simple.
 
-----------------------------------------
 
PETRUS 1983 (****)
Ce Pétrus est aussi bon que le 1985, mais il est plus fort de caractère. Ses tannins se font plus remarquer.
(1 bouteille bue en 1995)

Mai 2009

PETRUS 1983 (****)
Parlant de Pétrus, cela est assez paradoxal de dire que ce 1983 est à considérer comme d'un excellent rapport qualité-prix! La structure est très bonne. L'équilibre des composantes est remarquable. Il est encore sur le fruit et ne manque pas de caractère. Vraiment agréable et bien fait.

Avril 2011
PETRUS 1983 (****)
Un Petrus prêt à boire. Il est tendre et velouté, très élégant. C'est une dentelle faite pour le plaisir. Bu à l'aveugle, il a plu énormément de par son équilibre et une certaine noblesse. Sa structure est moyenne cependant.
 
-----------------------------------------
 
Mars 2002
PETRUS 1982 (*****)
Couleur rouge-rubis profond. Au nez, c'est le Merlot dans toute sa splendeur quand il est mûr à souhait. Epicé, racé et complexe, avec un boisé noble. Le vin est gras et concentré, doté d'une finale ronde, intense et vive. La densité est extraordinaire du début à la fin. Les tanins sont forts mais enrobés par le fruit. Quand on parle du fameux terroir de Pétrus, ce n'est pas en vain sur ce millésime. Ces qualités énormes sont cependant encore en gestation, car on remarque que le vin ne se donne pas pleinement.
(6 bouteilles bues de 1986 à 2003)

Octobre 2006
PETRUS 1982 (*****)
Couleur rouge légèrement "tuilé". Nez complexe et racé, avec des fruits très mûrs de récolte. Très élégant et noble. Les composantes se sont à l'heure actuelle superbement harmonisées. Le vin est voluptueux, avec une chair dense et une bonne fraîcheur finale. Les tannins sont fondus, mais ils ne sont de loin pas sur le déclin. Les notes d'humus et de truffe noires qui se dégagent avec bonheur lui octroient la complexité et la noblesse qui pouvaient lui manquer lorsqu'il était plus jeune. La finale est très longue. C'est le plus beau Pétrus 1982 que j'aie bu.
 
-----------------------------------------
 
PETRUS 1981 (**)
3 bouteilles bues en 1992 et en 1993 présentaient un vin assez souple et facile pour un Pétrus.
 
 
 
Août 1998
PETRUS 1980 (**)
Bon Pétrus de structure assez moyenne.
 
-----------------------------------------
 
PETRUS 1979 (***)
Pétrus 1979 est fruité, vif et fin. Il n'a pas une grande structure mais il joue sur l'élégance et la qualité de son terroir.
(3 bouteilles bues entre 1987 et 1997)
 
-----------------------------------------
 
Avril 2008
PETRUS 1978 (***)
Nez tout en dentelle, avec un fruit très mûr mais pas compoté. Un peu de nougat et de cuir. Le vin est rond et élégant, très délicat. Certainement au maximum de ce qu'il peut donner à l'heure actuelle.
(même commentaire sur une autre bouteille bue en juillet 2008)
 
-----------------------------------------
 
Mars 2003
PETRUS 1976 (***)
Vin au sommet de ce qu'il peut donner en ce moment, tout dans la dentelle et le plaisir. Le fruit est très développé et onctueux. Sa structure moyenne le rend facile à boire. (6 bouteilles bues entre 1981 et 2003)
 
-----------------------------------------
 
Mai 2003
PETRUS 1975 (*****)
Couleur rouge un peu "tuilé". Nez de fruits rouges vifs et frais. Touche exotique (mandarine), avec de la truffe noire et de l'humus. On sent bien le style de l'époque, ainsi que le millésime concentré et tannique. Le vin est très dense, avec une trame serrée et une acidité soutenue. Sa structure est robuste. Ses tannins, et son acidité citronnée en finale, lui procurent une jeunesse remarquable. L'ensemble donne l'impression d'une force contenue. Un tout grand millésime, très concentré, sans être volumineux, doté d'une haute personnalité. Son potentiel est encore grand.
(4 bouteilles bues entre 1984 et 2003)

9 mai 2013
PETRUS 1975 (*****)
Un très grand vin pourtant normalement défavorisé par un niveau un peu bas. Mais c'est peut-être ce qui lui a permis de se présenter à l'heure actuelle avec une grande ouverture. Il est vraiment resplendissant. La chair, voluptueuse au possible, est dense sans être lourde. Un plaisir rare.

17 mai 2013
MAGNUM PETRUS 1975
(*****)
Arômes très ouverts, complexes et fins. Notes de fruits noirs, de cuir, de champignons, d'olive... Vin droit et pur. Le caractère est bien celui d'une époque moins "dirigiste". En bouche, on est frappé par la race et la classe du sujet. C'est un vrai plaisir d'y ressentir une belle concentration sans qu'il s'y mêle la moindre lourdeur. Un tout beau Petrus qui n'est de loin pas en bout de carrière.
 
-----------------------------------------
 
Octobre 2002
PETRUS 1973 (***)
C'est un Pétrus tout à fait intéressant car il présente une certaine race malgré la qualité du millésime. Sa tenue est aussi remarquable.

Juin 2009
PETRUS 1973 (**)
Nez de Bordeaux classique un peu évolué. Notes végétales de lierre. Vin agréable, de structure moyenne.
 
-----------------------------------------
 
Décembre 2007
PETRUS 1972 (***)
Vin étonnant, car encore fruité, équilibré et très plaisant à boire. La densité est moyenne, mais les composantes sont bien équilibrées. Vu la qualité avérée du millésime, je ne m'attendais pas à cette bonne surprise. J'ai dégusté très peu de Bordeaux de 1972: ce Pétrus est celui que je retiendrais.
 
-----------------------------------------
 
Février 2005
PETRUS 1971 (****)
Nez typé Merlot, très agréable. Notes de vanille, d'humus, de champignons avec un magnifique fruit. Le vin est velouté et délicat, tout en finesse. La finale est encore marquée par une belle acidité et reste sur le fruit. C'est un vin de plaisir au sommet en ce moment. Un Pétrus plutôt délicat que puissant.
(5 bouteilles bues entre 1987 et 2005, toutes du même style parfaitement agréable)

Novembre 2010
PETRUS 1971 (*****)
La dégustation de ce grandiose Pétrus 1971 donne une leçon. Dégusté à l'aveugle, il a impressionné par sa force et sa jeunesse, alors que chacun voit dans ce millésime un vin beaucoup plus velouté et tendre. Son onctuosité est, au contraire, accompagnée par des tannins forts et athlétiques. La plus belle bouteille de Pétrus 1971 que j'aie bu.
On se demande comment un vin qui a toujours paru tendre et "facile" peut devenir aussi costaud 30 après.

Octobre 2011
PETRUS 1971 (*****)
Une bouteille absolument enthousiasmante et étonnante. D'habitude, Petrus 1971 est assez enjôleur avec un fruit rond, tout en délicatesse. Celui-ci est marqué par des arômes d'une jeunesse confondante sur des fruits noirs (mûre et cerise) accompagnés par des notes de truffe et de cuir. Le vin est concentré et fort avec des tannins somptueux et une acidité qui donne une grande vitalité à l'ensemble. Grandiose.

Juillet 2012
PETRUS 1971 (*****)
Arômes de fruits parfaits de récolte. La finesse est impressionnante. Il donne plus une sensation de "plénitude sereine" que de "maturité", malgré ses 41 ans. Le vin est dense et fin. Son équilibre est sans faille. C'est une pure dentelle faite pour le plaisir. Cette bouteille était plus marquante par son harmonie et sa délicatesse que par la forte consistance remarquée sur d'autres flacons.

Mai 2014
PETRUS 1971 (*****)
Une nouvelle fois, Pétrus 1971 démontre le potentiel qu'il avait au départ. Il est concentré, noble et fin. La texture est soyeuse mais ferme. L'équilibre est remarquable et sa personnalité ressort avec beaucoup de relief.
 
-----------------------------------------
 
Mai 2003
PETRUS 1970 (*****)
Couleur rouge dense un peu "tuilé". Nez fondu, extrêmement élégant, subtil et harmonieux, racé cependant. Etonnamment fin pour le millésime. Le vin est charnu, riche, crémeux, et velouté jusqu'en finale. Le glycérol est si marqué qu'on voisine le sucre. Il est très long et procure un intense plaisir. Une splendeur en ce moment. Malgré sa belle structure, il paraît plus tendre et prêt que prévu pour un 1970.
Un autre Pétrus 1970 fut bu un mois après. Il avait les mêmes qualités mais il semblait un peu plus frais: c'était un magnum. (11 bouteilles et 1 magnum bus entre 1982 et 2003)

Septembre 2011
PETRUS 1970 (*****)
Une bouteille parfaite. Les senteurs de fruits rouges et noirs bien mûrs jaillissent sans retenue du verre. Les arômes de maturité, sur le cacao, la vanille et le cuir apparaissent tranquillement. Le vin est particulièrement onctueux et riche. Il dévoile ses charmes sans compter et c'est plaisir infini que de le laisser amadouer notre palais.
 
-----------------------------------------
 
PETRUS 1969 (*)
Une bouteille bue en 1985 ne pouvait convaincre personne.

Septembre 2008
PETRUS 1969 (**)
Vin dont le fruit est toujours présent. L'ensemble est plaisant, mais de structure moyenne.
 
-----------------------------------------
 
Septembre 2004
PETRUS 1967 (***)
Millésime moyen à faible dans le bordelais, 1967 a produit un Pétrus remarquable. Aucune note végétale ni déséquilibre. C'est un vin d'une structure certaine pourvu d'un beau velours. Vin très agréable qui n'a pas encore décliné.
Une autre bouteille bue en 2002 était exactement du même style.

Septembre 2007
PETRUS 1967 (****)
Nez sur les fruits rouges avec des notes exotiques assez étonnantes, mais superbement agréables. Vin de constitution moyenne mais équilibré et plaisant naturellement. Le fruit est mûrs et frais en finale. Vin encore jeune. Tout amateur de Pétrus sait que ce cru a magnifiquement réussi sur ce millésime peu considéré.
 
-----------------------------------------
 
Décembre 2012
PETRUS 1966 (****)
Les Petrus de cette époque ont une nature resplendissante, sans artifice. Le vin exhale joyeusement ses notes de truffe et d'humus, tout en dentelle et en élégance. Il me fait penser au grandiose 1964 en plus "léger". Un pur plaisir.
 
-----------------------------------------
 
Mai 2003
PETRUS 1964 (*****)
Couleur rouge sombre et profond. Nez plein et sensuel, marqué par une grande complexité: fruit très mûr de récolte, moka, café, bois doux, chocolat au lait, humus, pruneau d'Agen... Le vin est moelleux, sans aucune aspérité. Quel velours! Les tannins sont extraordinairement fins tout en étant puissants. Si puissants qu'on les ressent malgré la volumineuse et onctueuse chair qui les enrobe. La finale est très très longue, avec un fruit charnu qui s'accroche longtemps au palais. C'est un vin baroque et exubérant, fait pour enthousiasmer les épicuriens. Un tout grand millésime chez Pétrus, et qui a encore de la réserve.
Une bouteille bue en 2005 était semble-t-il encore plus grandiose!
Pétrus 1961 possède peut-être des qualités supérieures, mais je peux dire que le 1964 me donne autant de plaisir.
(3 bouteilles bues entre 1993 et 2005)
 
-----------------------------------------
 
Décembre 1993
MAGNUM PETRUS 1962 (****)
Au nez, la truffe se ressent fortement avec des notes élégantes de sous-bois et un fruit bien développé. La puissance est là mais rien n'alourdit le palais. Grand vin de caractère.
 
-----------------------------------------
 
Octobre 2006
MAGNUM PETRUS 1961
(*****)
Magnifique couleur rouge rubis. Le nez envoûtant et sensuel du Pétrus parfait. Aucun arôme tertiaire n'apparaît encore: on reste sur des fruits rouges denses et frais. Le Merlot se donne dans toute sa splendeur. Le vin est étonnant de jeunesse et de perfection avec un fruit charnu et des tannins superbes. La concentration du millésime en fait de l'essence de Pétrus. Les composantes remarquablement équilibrées donnent un vin agréable actuellement, mais le temps doit encore accomplir son oeuvre pour les magnifier.
(1 bouteille bue en 2003, 2 magnums bus en 2004 et en 2006)
 
-----------------------------------------
 
Mai 2003
PETRUS 1959 (****)
Couleur rouge-rubis. Nez fort et racé de l'époque, très nature, un peu fumé et rustique, sur la réglisse. A l'ouverture, il s'affine sur des notes de nougat, et prend beaucoup d'ampleur. C'est une personnalité aristocratique. Le vin est pourvu d'une grande concentration, avec un glycérol suave jusqu'à la douceur. Les tannins virils surgissent de cette masse au moment de la rétro-olfaction. En finale, un aspect "rafleux" renforce son caractère déjà bien trempé. A nouveau un grand millésime, marqué par une forte nature qui l'éloigne du style Pomerol. Encore du potentiel.

Janvier 2015
PETRUS 1959
(*****)
Au nez, c'est une vraie dentelle. Les arômes partent sur les fruits noirs et le cuir noble. L'attaque est suave. La finale est marquée par une belle acidité qui donne du tonus à l'ensemble. Ce vin est basé plus sur l'harmonie que sur la puissance. Un vrai plaisir d'hédoniste. Cette bouteille me semble bien différente d'une autre bue il y a longtemps.
 
-----------------------------------------
 
Juillet 2008
PETRUS 1955 (****)
Un magnifique Pétrus en dentelle. Le Merlot au fruit bien mûr et développé, avec un grand équilibre de toutes les composantes. Il semble délicat, mais il n'est absolument pas faible.

Juillet 2012
PETRUS 1955 (*****)
Une bouteille parfaite. Les arômes sont très développés avec une élégance toute flatteuse. Le fruit noir bien mûr semble parfait de récolte. Le vin est encore très jeune avec du tonus. La structure est plus grande que ce que l'on pense généralement sur ce millésime de Petrus. Beaucoup d'autres premiers crus n'ont pas cette tenue.
 
-----------------------------------------
 
Octobre 2004
MAGNUM PETRUS 1950 (*****)
Au nez, on ressent le style parfait du Pétrus tout dans les fruits rouges et la dentelle. Le boisé est d'une grande finesse. Les fruits encore jeunes donnent une sensation de plaisir désinvolte et joyeux. Le vin est tonique et vif, accompagné d'un superbe fruit dense sans lourdeur. Les tannins sont fondus et se noyent dans la chair avec volupté. C'est le vin parfait dans le "bien-être" immédiat qu'il procure. On n'a pas besoin de réfléchir: ça plaît naturellement. La jeunesse de son fruit nous laisse imaginer qu'il va durer encore longtemps même s'il est au sommet de ses capacités à l'heure actuelle. (3 bouteilles bues entre 2000 et 2003, et 1 magnum bu en 2004, tous parfaits)

Novembre 2014
PETRUS 1950
(mise belge inconnue) (*****)
Le niveau est parfait. L'étiquette ne permet pas de deviner le négociant. On devine de toute façon une mise belge. Contre toute attente, le vin est extraordinaire de concentration et de volume. Fruit noir, truffe, sous-bois... Tout est élégant et fin, mais avec beaucoup d'ampleur. Le vin est grandiose. Sa densité est incroyable. Cette "mise belge" est du même niveau que celle d'origine. Quel bonheur!

Février 2015
PETRUS 1950
(mise belge inconnue) (*****)
Bu déjà une fois il y a trois mois, ce Petrus 1950 est exactement du même niveau. On n'est pas en-dessous de la mise d'origine. C'est exceptionnel à tous les niveaux.
 
-----------------------------------------
 
Mai 2003
PETRUS 1949 (*****)
Couleur rouge sombre. Nez de vrai seigneur, très racé. On y décèle des notes terreuses et minérales, des fruits noirs (cerise), du pruneau, de l'iode... Le vin est concentré, avec le glycérol qui enrobe des tannins impressionnants. Le fruit est rond, mais très serré. Le vin déploie une grande harmonie finale, avec une incroyable rétro-olfaction dense et virile. Un vin géant.

Mai 2007
PETRUS 1949 (*****)
Couleur rouge superbe. Nez marqué par le Merlot avec la truffe bien présente, comme sur beaucoup d'autres grands Pétrus. Le fruit est d'une pureté exceptionnelle. Quelle élégance et quelle finesse! Le vin est équilibré et sensuel grâce à un fruit plantureux encore très jeune. Les tannins sont noyés dans la chair du fruit et dans le glycérol marqué qui confine le sucre. La finale est rehaussée par une superbe acidité. L'ensemble reste extrêmement juvénile: on n'y ressent pas encore d'arômes tertiaires. Vin de plaisir pur qui semble pouvoir exprimer encore longtemps ses géniales qualités.
 
-----------------------------------------
 
Mai 2003
PETRUS 1948 (****)
Couleur rouge-noir sombre. Nez "phénolé", "alcooleux", marqué par l'époque ancienne. Beaucoup d'arômes tertiaires: fumée, champignon, cuir... Le vin est puissant en tout, avec un alcool bien présent. Aspect "rafleux". Les tannins forts, l'acidité soutenue et l'alcool contribuent à une finale stricte et sèche. Sa forte constitution lui permet de tenir le coup, et de plaire aux amateurs de vins de haute personnalité.

Décembre 2003
PETRUS 1948 (****) (bouchon d'origine)
Couleur rouge-rubis brillant, très jeune. Au nez, on ressent bien le caractère de l'époque: un peu de rafle, de cassis, de réglisse, de caramel au lait... C'est un aristocrate de forte personnalité. Le vin est solidement constitué avec des tannins forts accompagnés par une acidité élevée que l'on ne retrouve plus dans les vins actuels. Le gras est quand même là et la structure permet à l'ensemble de tenir le coup sans fléchir. Très long. C'est bien un grand Pétrus.

Mai 2012

PETRUS 1948 mise belge (****)
Remarquable couleur sombre. Les arômes sont "authentiques" avec des notes de champignons et de fruits noirs. L'ensemble a beaucoup de caractère. Le vin est très structuré et s'impose longuement au palais. L'âge ne l'a pas encore affaibli. La qualité est très proche des deux bouteilles mises d'origine que j'avais dégustées et auxquelles j'avais, certainement un peu sévèrement, aussi accordé 4 étoiles.
 
-----------------------------------------
 
Mai 2003
PETRUS 1947 (*****)
Couleur rouge-rubis dense sur laquelle il est impossible d'avancer un âge. Au nez, c'est le miracle olfactif. On y ressent du Porto sans l'alcool, avec un fruit d'une densité extraordinaire et d'une pureté incomparable. Notes de nougat, de crème fouettée, de pruneau et de myrtille. C'est un vin hors norme, car il réussit l'impossible gageure de réunir la concentration et la puissance sans qu'il n'y ait de lourdeur. Le fruit est à croquer, les tannins tapissent le palais car ils y sont collés par le glycérol. Le plaisir du début à la fin. Un rêve que l'on se doit de comparer à une autre immensité: le Cheval Blanc 1947. Les deux vins sont à compter parmi les géants du siècle. Procurant les mêmes sensations, le Pétrus est un peu plus civilisé que le Cheval Blanc affichant une folie baroque extravagante.
Un magnum bu en septembre de la même année était tout autant sensationnel, mais il semblait un peu plus "jeune".

Novembre 2008
PETRUS 1947 (**) MISE SANDERS
Couleur rouge sombre. Nez fruité très expansif et exubérant. L'acidité volatile est presque intempestive. Le vin est puissant, concentré et riche en alcool, avec une longue persistance. On ressent un boisé d'élevage pour le moins "rustique". Le vin se boit bien, mais on doit reconnaître qu'il manque quelque peu de raffinement. De loin pas, du moins pour cette bouteille, au niveau de la mise d'origine.

Avril 2011
PETRUS 1947 (**) MISE VAN DER MEULEN
La bouteille, d'un très bon niveau, semblait vraie. Le vin est très corpulent et riche. Il a bien tenu, mais il a une petite acidité volatile qui le déséquilibre. L'ouverture ne l'a pas amélioré. Dommage, car la mise Van Der Meulen s'est parfois comportée aussi bien que la mise d'origine lors de comparaisons directes.
 
-----------------------------------------
 
Mai 2003
PETRUS 1945
Couleur rouge sombre. Le nez est malheureusement très légèrement bouchonné. On devine quand même la race et le style du millésime. Des notes cuir-animal renforcent sa forte personnalité. On découvre aussi des fruits noirs comme le cassis. Une grande jeunesse se dégage de l'ensemble. Le vin est concentré à l'extrême, comme le 1961. Le fruit est dense, et la trame tannique est très serrée, avec une haute acidité citronnée en finale. Je pense que ce vin n'a pas terminé son évolution positive, et que sa structure phénoménale lui assure un potentiel de plusieurs décennies encore. Il durera peut-être même plus longtemps que le 1947.
Le petit problème de bouchon ressenti n'empêche pas de deviner qu'à l'évidence ce vin vaut (*****).
 
-----------------------------------------
 
Avril 2010
PETRUS 1943 (***)
Robe un peu brunie, mais belle et dense. Arômes de grande ampleur, très élégants. On y retrouve du caramel mou et du nougat mélangés à des fruits noirs surmûrs (confiture de myrtille). Vin rond, quasi sucré, doté d'une belle acidité finale. Il est plus délicat que structuré. Absolument délicieux du début à la fin.
 
-----------------------------------------
 
Décembre 2003
PETRUS 1934 (mise belge) (****)
Couleur rouge peu dense mais superbe. Au nez: grand volume de fruit et élégance. Le vin est onctueux et plein. Les fruits rouges sont accompagnés d'une superbe acidité en finale. La truffe noire est aussi présente. Le vin agréable par excellence. Structure remarquable. Un grand Pétrus charnu ressemblant fortement au 1964.
 
-----------------------------------------
 
Décembre 2003
PETRUS 1926 (*)
Couleur rouge peu dense. Au nez: arômes tertiaires marqués. Le vin est un peu décharné par le vieillissement. L'acidité domine les autres composantes légèrement affadies. Bouteille malheureusement pas au sommet, mais parfaitement buvable.
 
-----------------------------------------
 
Décembre 2003
PETRUS 1890 (*****)

Un événement en soit puisqu'il s'agissait de la plus vieille bouteille de Pétrus recensée au monde à ce moment-là.


Le niveau, bien visible, laissait raisonnablement présager des problèmes qualitatifs: les doutes furent rapidement écartés. La couleur était incroyablement belle, jeune, limpide et éclatante, différente de celle de tous les autres Pétrus: rouge très foncé tirant sur le noir. Au nez: race et noblesse, énorme caractère. Fruits noirs, nougat, chocolat noir, café, réglisse, sureau bien mûr. Phénoménal car sans âge. Vin d'une concentration grandiose et d'un équilibre exceptionnel. Fruit parfait, comme à la récolte. Aucune lourdeur malgré le grand volume et la matière première très concentrée. Personnalité marquante. Un moment d'émotion. Un Pétrus fantastique totalement en-dehors du type habituel. La récolte issue de vignes pré-phylloxériques explique certainement ce fait.