CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD
 
Dernière mise à jour: juin 2016
 
Le vin de Lafite est immortel sur les grands millésimes du 19ème siècle. Au 20ème siècle, un fléchissement assez durable fut redressé de manière magistrale dès 1975. Depuis 1981, les millésimes de légendes se succèdent. L'élégance et la race de Lafite sont légendaires. Epanouies par le temps, ses qualités le portent au pinacle des vins de ce monde. Lafite a toujours mis en avant la finesse et la noblesse de son terroir magique: il ne s'est pas aligné sur les moins favorisés qui doivent impérativement prendre de l'embonpoint pour s'imposer.
Mes Lafite préférés sont: 1959, 1821, 1844 1858, 1899, 1900, 1982, 1986, 1990
 
***********************************************
 
Juin 2014
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 2007 (*****)
Noblesse et élégance au nez. Le fruit très pur est accompagné par des notes de bois oriental noble. L'attaque de bouche est soyeuse et charnue. L'évolution révèle des tannins et une acidité qui rehaussent et raffermissent la finale. Belle touche iodée. Beaucoup de classe.
 
-----------------------------------------
 
Novembre 2008
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 2001 (***)
Couleur rouge sombre. Nez de fruits parfaitement mûrs, dans l'élégance. Le boisé perceptible est noble. La discrétion que l'on ressent est peut-être due à la jeunesse. Le vin est charnu et tendre, sans aspérité. La structure est moyenne, ainsi que la persistance. On ne peut lui reprocher aucun défaut, mais on aurait souhaité plus de force et plus de personnalité.
 
-----------------------------------------
 
Février 2013
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 2000 (****)
Arômes nobles et élégants avec de l'ampleur. Le fruit est très mûr mais pas compoté. Le vin est harmonieux mais il s'exprime avec une étonnante retenue. Je me demande si ce millésime n'est pas en train de se replier.
 
-----------------------------------------
 
Août 2001
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1990 (*****)
Nez racé et noble, avec le bois de cèdre si typique de Lafite. Le fruit est parfait. L'équilibre est exceptionnel. En bouche, la trame est très serrée. Le fruit est toujours aussi pur. La longueur interminable en rétro-olfaction prouve que la concentration est grande, mais tout reste dans la dentelle, sans aucune lourdeur: voilà le miracle d'un Grand Vin. Un merveilleux Lafite. (3 bouteilles bues entre 1993 et 2003)

Octobre 2009
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1990 (****)
Je fus moins impressionné par ce Lafite 1990 que par ceux que j'avais déjà dégustés. Peut-être à cause du merveilleux développement dont ont bénéficié les vins plus anciens dégustés juste avant. On devine un très grand millésime de Lafite, très corsé, fort et concentré. Il est droit et pur, mais il semble que ses grandioses qualités désirent rester pour le moment en gestation et se faire discrètes.

Avril 2012
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1990 (****)
Un Lafite classique avec une forte structure. J'aurais voulu ressentir un peu plus la finesse et la noblesse qui caractérisent habituellement ce cru.
 
-----------------------------------------
 
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1988 (****)
Il y a longtemps que je n'ai pas bu de Lafite 1988, mais je sais qu'il est parfait d'équilibre et d'élégance avec un fruit d'une grande pureté. Il semble juste être un peu moins resplensissant que le 1990. (3 bouteilles en 1994 et 1995)

Octobre 2009
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1988 (*****)
Le nez indique bien l'aristocrate qui attend longtemps avant de se dévoiler. Le style Lafite ressort avec ses notes de bois noble et une finesse exceptionnelle. Le vin est doté d'une trame très serrée. Le fruit dense est parfait. Les tannins sont très fortement constitués mais ils sont soyeux. C'est à coup sûr un grand Lafite, mais il est beaucoup trop jeune.
 
-----------------------------------------
 
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1987 (***)
Chez Lafite, on a su gérer la récolte 1987 et on n'a pas cherché à extraire de ce millésime la concentration qu'il ne possédait pas naturellement. On a produit un vin de dentelle et de fruit vraiment superbe.
(3 bouteilles bues en 2000, 2001 et 2003)

Mai 2016
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1987
(****)
Le vin a très bien tenu, mais il n'est pas issu d'un millésime structuré. Tout est agréable et bien fait. La classe du cru ressort de toute façon. Il ne pourra par contre plus s'améliorer.
 
-----------------------------------------
 
Avril 2004
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1986 (*****)
Couleur rouge-rubis éclatant. Complexité et race. Le fruit très mûr et élégant reste jeune. Le bois de cèdre est typique. La chair du fruit et le gras sont exceptionnels: ils enrobent les somptueux tannins de manière soyeuse et dense. Quelle classe et quelle perfection! Ce 1986 est un représentant exact de ce que peut donner Lafite dans les grands millésimes: il met un certain temps à se développer, mais devient seigneurial par la suite. Un bonheur en pleine ascendance, et pour longtemps.
Lafite me semblait nettement dépassé dans les premiers temps par le Mouton du même millésime. Il a bien renversé les données par la suite. (11 bouteilles bues entre 1993 et 2005, le vin n'a fait que de s'améliorer)

Décembre 2007
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1986 (*****)
Ce nez aristocratique est typiquement celui des Lafite dans les grands millésimes. La complexité est alliée à la densité: fruits noirs, iode, bois de sental.... Le vin est subtil tout autant que concentré, c'est merveilleux. Le fruit est resté très tonique et les tannins sont d'une noblesse exceptionnelle. Un Lafite parfait qui tiendra encore longtemps.
 
-----------------------------------------
 
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1985 (***)
Lafite 1985 est assez peu convainquant par rapport à l'extraordinaire 1986. Il est bien typé et bien équilibré. Mais on le voudrait plus dense.

Avril 2007
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1985 (***)
Magnifique couleur rouge dense. Nez élégant et racé, avec une bonne densité. On devine le Cabernet levé au moment opportun. Vin d'équilibre avec un fruité tonique assez dense. La finale vive et fraîche laisse entrevoir des tannins encore un peu jeunes. Un bon Lafite équilibré mais de structure moyenne.
(6 bouteilles bues entre 1989 et avril 2007)
 
-----------------------------------------
 
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1984
Je ne l'ai goûté qu'une fois en 1994. C'était un vin moyen.
 
-----------------------------------------
 
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1983 (****)
Je ne l'ai goûté malheureusement qu'une fois, en 1994, et il était racé et pur, avec une structure digne du Lafite dans ses excellents millésimes. Il avait le volume de fruit suffisant pour équilibrer des tannins assez présents (à ce moment-là).
 
-----------------------------------------
 
Mars 2002
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1982 (*****)
Couleur rouge-rubis, avec le disque légèrement tuilé. Au nez, la noblesse est exactement celle que l'on attend de ce cru dans les plus grands millésimes. Le fameux bois de cèdre s'y ressent, avec un fruit parfait et dense dans ses arômes, sans lourdeur bien que d'une concentration extraordinaire. La bouche est aussi très concentrée et riche, plus que d'habitude chez Lafite. Les tanins fabuleux sont là pour donner la noblesse et la structure à l'ensemble d'une grande perfection. Le gras accompagne le fruit et les tanins à tout moment. Malgré des qualités bien développées, ce merveilleux Lafite est encore loin de son apogée.

Décembre 2003
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1982 (*****)
Couleur rouge sombre très dense. Le nez est une perfection avec des composantes denses et harmonieuses, le bois de cèdre typique et un fruit d'une pureté cristalline. Vin de trame serrée avec une grande fraîcheur. L'acidité est enrobée par la chair veloutée du fruit et rehaussée par des tannins aristocratiques. L'équilibre est exceptionnel. L'âge permet à l'énorme structure de s'exprimer avec harmonie. La persistance est un plaisir sensuel qui dure fort longtemps. Ce 1982 prouve que, lorsque tout réussit chez Lafite, ce cru devient quasi insurpassable après quelques années de vieillissement.

Lafite 1982 fut à plusieurs reprises mon préféré dans des horizontales du millésime.

(16 bouteilles bues de 1986 à fin 2006, toutes parfaites)

Novembre 2009
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1982 (****)
Les arômes sont d'une finesse exceptionnelle, tout sur les fruits rouges et noirs gorgés de soleil. Aucun développement de notes tertiaires. Le vin est très structuré avec une trame serrée. La jeunesse de ce vin est incroyable. La finale présente des petits fruits rouges avec une haute acidité. Grand vin un peu fermé, certainement dans une phase de repli.
 
-----------------------------------------
 
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1981 (***)
Lafite 1981 possède des tannins assez présents et malgré une extraction assez marquée il ne manque pas de fruit. Il est simplement moins charnu et dense que les deux millésimes qui lui ont succédé. (4 bouteilles entre 1989 et 2000)
 
-----------------------------------------
 
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1979 (**)
La dernière fois que j'en ai bu à la fin 2006, il était un peu fatigué. Il possédait beaucoup de caractéristiques habituelles à Lafite, mais son fruit était un peu trop mûr. Il manquait un peu de chair pour envelopper ses tannins assez stricts.
Les autres bouteilles bues auparavant étaient mieux tenues mais j'aurais aussi voulu y trouver un peu plus de consistance. (6 bouteilles bues entre 1984 et 2006)
 
-----------------------------------------
 
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1978 (**)
Le Lafite 1978 est un peu de la même trempe que le 1979 dans son ensemble. Il me paraît simplement un peu plus souple. (1 bouteille bue en 1994)

Mai 2014
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1978 (****)
On sait Lafite assez délicat sur cette période des années 1970. Il l'est en effet, mais la noblesse de sa naissance et son équilibre lui procurent une certaine dimension. L'ensemble est vraiment agréable et sa "buvabilité" particulièrement remarquable. Attention à ne pas y rechercer la puissance et le corps des "modèles" actuels.
 
-----------------------------------------
 
Juin 2002
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1976 (****)
Couleur rouge-rubis moyennement dense, avec le disque un peu tuilé. Nez dans la dentelle et la noblesse, avec le bois de cèdre très typique de ce cru, cuir, pruneau d'Hagen, un peu orangé. Le vin, au fruit bien mûr, est délicat et tendre. La finale reste cependant assez vive. L'ensemble est marqué par la race du terroir de Lafite. Quelle classe, quelle subtilité et quel plaisir!
Ce vin peut prêter à controverse, car il n'a pas la puissance, ni la couleur des vins actuels. Certains peuvent le trouver vieillissant et peu dense. Pour ma part, le terroir inimitable de Lafite se ressent même dans ce millésime. Le style de ce vin reflète, et la particularité du millésime 1976, et la manière de vinifier de l'époque. Il est évident que les amateurs qui ne connaissent que les "surextractions" des vins "modernes", n'auront pas l'heur d'apprécier ce bel aristocrate. (3 bouteilles bues entre 1982 et 2002)

Novembre 2008

CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1976 (****)
Couleur rouge un peu tuilé. Nez expansif, sur les fruits très mûrs, avec une remarquable complexité: pruneau d'Agen, tabac, bois de cèdre, réglisse. Le vin est voluptueux avec beaucoup de glycérol et un fruit tendrement charnu. Les tannins sont présents mais fondus. La densité est moyenne, mais tout est équilibré. La persistance est rehaussée par une bonne acidité. C'est un vin "gourmand" pour épicuriens plutôt que pour techniciens.

Mai 2009
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1976 (****)
Lafite a vraiment bien réussi son 1976. Il est assez concentré, tout en restant fin et noble, comme à son habitude. En ce moment de son évolution, il semble avoir encore un beau potentiel.

Juillet 2009
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1976 (***)
Une bouteille très agréable. On y ressentait la classe habituelle du cru, mais avec une petite fatigue et un petit manque de tonus.

Mai 2010
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1976 (*****)
Un Lafite issu d'un grand millésime en plénitude dégage une noblesse et une finesse absolument fantastiques! Notes d'humus et de bois de cèdre mêlées au fruit bien mûr. La bouche est une véritable dentelle. Ce vin n'a pas une grande densité, mais il présente un très grand équilibre. Une perfection pour un hédoniste.

Mars 2015
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1976
(****)
Vin délicat et harmonieux qui dévoile avec pudeur la grandeur de son terroir. Rien de lourd ou d'imposant: on se prendrait à parler à voix basse pour le laisser nous dévoiler son raffinement discret.
 
-----------------------------------------
 
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1975 (*****)
J'ai toujours aimé le Lafite 1975. Il possède la grande concentration et la fraîcheur de fruit du millésime. Il est très complexe et racé. Son caractère est même l'un des plus affirmés que l'on puisse trouver chez Lafite. On ressent bien aussi sur ce 1975 le style de l'époque: il est très dense mais il n'est pas aussi volumineux que des millésimes plus récents comme 1986 ou 1990.
J'en ai bu 20 bouteilles de 1982 à 2000. Il faut avouer que j'ai eu beaucoup de surprises car il y avait souvent des différences notoires d'une bouteille à l'autre. Les meilleurs reflétaient vraiment pour moi ce que pouvait donner Lafite dans les meilleurs millésimes d'une époque plus ancienne.

Décembre 2007

CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1975 (***)
Ce Lafite 1975 fut toujours superbe à tous les niveaux. Je ne l'avais plus bu depuis depuis de nombreuses années. Cette bouteille était agréable. On y ressentait la classe des grands Lafite, mais tout était un peu atténué, comme fatigué. J'espère que d'autres bouteilles ont mieux tenu.

Décembre 2010
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1975 (*****)
Une bouteille parfaite. Ce Lafite 1975 est concentré et riche, mais sans puissance excessive. Les arômes sont nobles et un peu "retenus". Le vin est très complexe. La texture de bouche est fantastique, avec une densité vraiment remarquable.

Août 2015
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1975
(****)
Exellente bouteille avec toute la noblesse du cru. Il semblait cependant très légèrement fatigué.
 
-----------------------------------------
 
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1974, 1973, 1972
Lest quelques rares bouteilles que j'ai goûtées de ces trois millésimes entre 1980 et 1983 m'ont convaincu qu'il était mieux de boire du 1975!
 
-----------------------------------------
 
Novembre 2008
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1971 (***)
Couleur rouge un peu tuilé. Le nez indique un vin un peu vieillissant. A l'attaque, les fruits rouges bien mûrs et très ronds font penser à un Bourgogne d'ancienne époque. La finale est vivifiée par une acidité assez élevée. Vin spécial, tout en dentelle, moyennement constitué mais agréable du début à la fin. Il m'a paru meilleur que les autres bouteilles fanées que j'avais dégustées auparavant.

Juillet 2012
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1971 (**)
Assez bon vin qui a perdu passablement de ses qualités. J'espère que d'autres bouteilles ont mieux tenu.

Juin 2016
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1971
(****)
Arômes délicats avec un fruit pur soutenu par des notes de tabac, de cuir, d'iode et de bois oriental. Le vin est équilibré et soyeux, sans lourdeur. Il a gardé une belle fraîcheur grâce à son acidité et à sa minéralité. Il paraît comme fragile mais il est toujours bien présent.
 
-----------------------------------------
 
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1970 (*)
Lafite 1970 n'a rien à voir avec son proche de chez Latour! Il est peu strucuré par rapport à ce qu'il devrait être sur ce millésime athlétique. Il a aussi évolué rapidement.
(2 bouteilles bues en 1986 et en 1994)
 
-----------------------------------------
 
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1961 (****)
Le seul flacon (c'était un magnum) dégusté en 2004 était vraiment excellent. Il est évident que l'on est en droit d'attendre plus pour un 1961. Lafite ne possède pas, et de loin, la densité de pratiquement tous ses grands rivaux sur ce millésime. Mais il est racé et complexe. Je crois que de lui donner simplement le qualificatif de "très bon vin" est quand même en-dessous de la réalité.
 
-----------------------------------------
 
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1959 (*****)
Un rêve que ce Lafite 1959! Une bouteille parfaite de Lafite 1959, c'est la quintessence de ce qu'étaient les grands Bordeaux classiques entre 1945 et 1982. Il est délicat et très structuré en même temps. Sa race est exceptionnelle. L'équilibre entre le fruit et la noblesse de terroir est fabuleux. De l'attaque à la persistance gustative, la texture de bouche est soyeuse.
C'est l'un des rares vins dont je boirais tout seul une bouteille sans m'en apercevoir.
(5 bouteilles bues entre 1984 et 2004, trois étaient parfaites)

Juin 2009
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1959 (*****)
Niveau milieu du goulot. Couleur rouge rubis magnifique. Arômes complexes et racés typiques des grands Lafite avec le bois de cèdre et les fruits rouges mûrs mais toniques. Pureté exceptionnelle. Le vin est encore impressionnant de jeunesse. La persistance est marquée par un fruit très dense et vif. L'harmonie parfaite du grand vin noble: un rêve! 1959 est peut-être le plus grand millésime du 20ème siècle chez Lafite.
 
-----------------------------------------
 
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1955 (****)
Lafite 1955 est excellent. C'est aussi un classique velouté et tendre. Il n'est pas sans rappeler le 1959 (je les ai bus l'un à côté de l'autre) mais il n'atteint pas sa magnificence. (7 bouteilles bues entre 1983 et 1995)

Décembre 2007
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1955 (***)
Vin agréable, mais racé. On devine un grand millésime. Cette bouteille est excellente, mais on la sent aussi un peu fatiguée.

Juillet 2012
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1955 (?)
A l'ouverture, il était grandiose avec l'élégance habituelle du cru dans un grand millésime. Le volume était remarquable. Il méritait 5 étoiles. Il a malheureusement décliné assez rapidement pour devenir beaucoup plus "simple" et perdre de sa force.
 
-----------------------------------------
 
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1953 (*****)
Le Lafite 1953 n'a pas la pureté ou la perfection du 1959, mais il est quand même somptueux. Il s'exprime dans l'opulence et la richesse. Sa structure est excellente. (2 bouteilles bues en 2000 et en 2002)
 
-----------------------------------------
 
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1950
1950 n'est pas très réussi dans le Médoc. Lafite n'échappe pas à la règle. (bu 1 fois en 1983)

Décembre 2007
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHIL 1950 (***)
Etonnamment, ce vin semble être issu d'une récolte très mûre, car il est onctueux sur toute la longueur de bouche. La finale est cependant marquée par une belle acidité. On devine une bouteille peut-être déjà un peu fatiguée.
 
-----------------------------------------
 
Décembre 2008
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1947 (**)
Couleur rouge rubis de densité moyenne, un peu tuilé. Arômes très délicats. On y ressent des fruits très mûrs et du bois précieux. Une touche fumée s'y rajoute. Le vin est marqué par l'âge et par une acidité élevée. Le style Lafite s'y retrouve mais il est assez fatigué. On aurait voulu plus de chair. Vin bien plus agréable au nez qu'en bouche.

Juillet 2012
MAGNUM CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1947 (*****)
Elégance et sensualité au nez. Le fruit est un peu confit avec des notes de nougat, d'épices fines et de bois de sental. Vin sensuel avec une douceur charmante qui est compensée par une acidité élevée. L'ensemble paraît un peu "baroque" de par l'exubérance de ses composantes: c'est le style du millésime. Mais on atteint quand même pas les extravagances du Cheval Blanc de cette année exceptionnelle.
 
-----------------------------------------
 
Novembre 2000
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1945 (*****)
Si Lafite n'est pas considéré comme un grand dans ce mythique millésime, c'est certainement dû au fait qu'il est moins puissant que le Latour ou Mouton par exemple. Mais il ne faut pas se tromper, la concentration est là. Pour le reste, il suffit de dire que c'est du Lafite dans tout ce qu'il peut donner. Quand il est grand, il est sublime: noblesse des tannins, race du terroir, harmonie des composantes, texture soyeuse. Les arômes typiques de bois de cèdre et d'épices orientales sont fondus. Le fruit est encore frais et dense, sans lourdeur. On ressent quand même un vin d'une autre époque, avec un aspect un peu plus "nature" dans la vinification. Une certaine âpreté pourrait faire penser que le vin a macéré avec la râfle. La nature du vin se présente sans aucun artifice. Cette bouteille était parfaite, elle avait encore son bouchon d'origine et le niveau était au bas du goulot. Pour les amateurs de vrais vins qui ne sont pas obnubilés par la puissance.
(4 bouteilles bues de 1982 à 2004. Celle bue en 2000 était la seule parfaite.)

Mai 2008
MAGNUM CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1945 (***)
Le style noble et élégant du célèbre Lafite est présent, tout en délicatesse. Le fruit est toujours très agréable et le vin équilibré. L'ensemble est tout de même un peu fatigué. Je pense que d'autres flacons doivent avoir beaucoup mieux tenu.
 
-----------------------------------------
 
Décembre 2004
CHATEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1900 (*****)
Couleur magnifique d'un vieux Pinot Noir, assez claire. Les fruits rouges vous sautent au nez immédiatement. Les arômes sont très denses et d'une pureté angélique. Le bois de cèdre typique des grands Lafite est là, parfait, tout en finesse. Une petite dose d'acidité volatile accentue les composantes. Le vin est d'une densité extrême. Le fruit est heureusement suffisamment concentré pour soutenir une acidité à vous affoler les papilles gustatives. On devine une récolte très mûre avec un fruit d'une qualité extraordinaire. C'est le type même d'un vin qui semble indestructible. Je pense qu'il faut remonter jusqu'au fameux 1959 pour retrouver un Lafite aussi resplendissant que ce 1900. S'il n'atteint pas les sommets du mythique Margaux du même millésime, on doit avouer qu'il nous impressionne par sa superbe.
 
-----------------------------------------
 
Juillet 2008
CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD 1899 (*****)
A l'aveugle, plusieurs convives lui ont donné 60 ans de moins! Cette période a fourni des vins immortels, intemporels. Le fruit est pur et fin. L'équilibre est exceptionnel. La force est là sans puissance ou richesse. On en boirait une bouteille seul, comme remède....
 
-----------------------------------------
 
Avril 2006
MAGNUM CHATEAU LAFITE-ROTSCHILD 1887 (*****)
Couleur rouge limpide avec très peu de vieillissement. Arômes nobles et complexes sur les fruits noirs. Notes de fougère, de bois oriental et d'épices fines. Vin concentré sans lourdeur, sans embonpoint. La texture est soyeuse mais ferme. Les composantes pures et nettes sont d'une grande harmonie. C'est un vin hautement aristocratique, sans artifice. Il démontre bien la particularité des vins préphylloxériques: on n'a aucun repaire pour trouver l'âge du sujet.
 
-----------------------------------------
 
Avril 2006
MAGNUM CHATEAU LAFITE-ROTSCHILD 1874 (*****)
Couleur rouge limpide avec très peu de vieillissement. Arômes de fruits rouges bien mûrs, mais d'une jeunesse extraordinaire. J'y ai ressenti de la tomate séchée. Le vin est très ample à l'attaque. Il donne une impression de sucrosité sur toute la longueur de bouche. Mais il n'y a rien de collant ou de pesant. Le fruit est très pur et fin. Les arômes et goûts tertiaires sont quasi inexistants. C'est bien là une particularité des vins préphylloxériques.
 
-----------------------------------------
 
Avril 2006
CHATEAU LAFITE 1864 (**)
Un des grands millésimes du 19ème siècle. Belle couleur. Le vin est remarquable dans l'ensemble, mais il s'est un peu affaibli et la chair du vin a de la peine à s'imposer face à l'acidité volatile. Le style de Lafite se ressent cependant bien. Très agréable.
 
-----------------------------------------
 
Juin 2010
CHÂTEAU LAFITE 1858 (*****) (rebouché en 1983)
Couleur rouge dense presque sans vieillissement. Le nez paraît un peu austère, mais c'est plutôt une haute aristocratie qui veut se faire discrète. Les arômes sont d'une distinction extrême. On y retrouve des fruits rouges, du bois de cèdre et de l'humus. Toutes les composantes forment un ensemble d'une totale harmonie. J'y retrouve le vrai Bordeaux classique très pur. Le vin est concentré sans aucune lourdeur. Le fruit est très vif: c'est l'acidité habituelle des vins de cette époque qui ressort. Une note "rafleuse" rajoute au caractère du vin: elle n'a rien de gênant car le temps l'a assouplie. La texture de bouche est délicate mais intense. Le fruit n'est pas spécialement charnu mais il est suffisamment dense pour maintenir les tannins et l'acidité en parfait équilibre. La longue et harmonieuse persistance prouve la toute grande classe de ce vin. Ce Lafite 1858 est d'un style élégant et noble, plus équilibré que puissant.
 
-----------------------------------------
 
Juin 2010
CHÂTEAU LAFITE 1844 (*****) (rebouché en 1983)
Couleur rouge-noir assez sombre. L'amplitude des arômes est impressionnante. On ressent des fruits noirs bien mûrs comme la cerise, la myrtille et la mûre. Des notes de réglisse et de bois doux s'y rajoutent. Il reste parfaitement élégant même s'il est plus expansif et monumental que le 1858. Le vin, d'une structure énorme, est très volumineux avec un gras qui arrondit toutes les fantastiques composantes. Acidité et tannins sont bien présents, mais ils sont noyés dans la chair du fruit. La tenue est extraordinaire: il semble n'avoir encore subi aucun effet négatif du vieillissement. Ce Lafite 1844 est charpenté et opulent, tout en restant harmonieux.
 
-----------------------------------------
 
Mai 2004
CHATEAU LAFITE 1821 (*****)
(étiquette du Café Voisin à Paris)
Couleur rouge-rubis légèrement tuilé. Au nez, on ressent instantanément la finesse et l'élégance du grand Lafite avec son fameux bois de cèdre. Une noblesse naturelle. Fruit rouge (fraise) tout en dentelle. Un rêve, une merveille! En bouche: l'excellente structure nous a fait don d'un vin dense, sans trop d'alcool ni de puissance, mais d'un équilibre fabuleux et d'une grande délicatesse. A l'ouverture, il déploie encore plus ses qualités. Le gras se renforce et enrobe la chair et l'acidité de manière sensuelle. Un vin de 183 ans encore sur le fruit que l'on sent parfait de récolte, c'est extraordinaire! Un événement fabuleux, exceptionnel!
 
-----------------------------------------
 
Mai 2004
CHATEAU LAFITE 1815 (****)
(bouteille rebouchée)
Couleur rouge-rubis pratiquement sans vieillissement! Arômes tertiaires d'humus et de champignons. On sent une récolte de très haut niveau. Vin très gras et suave, d'une grande structure. Une nature exubérante et généreuse. Malheureusement, le bouchon semble avoir détérioré le fruit et rendu le vin strict et sec en finale. Dommage, car il n'avait rien perdu de ses qualités.
A l'évidence, il aurait mérité 5 étoiles sans ce malheureux bouchon déficient. Il semblait plus puissant que le 1821, mais en aurait-t-il eu la finesse?
 
-----------------------------------------
 
Décembre 2009
CHÂTEAU LAFITE 1789 (****) (rebouché en 1982 ou 1983)
Couleur rouge clair d'une grande brillance, pratiquement sans brunissement. Nez de pure dentelle, un peu "fourrure fine" avec de la fraise des bois juste écrasée. Une touche fumée avec du bois doux s'y mêle. On s'imaginerait facilement être devant un Bourgogne délicat.
L'attaque, sur les fruits rouges, est voluptueuse avec beaucoup de glycérol.
Curieusement, le vin ne semble pas aussi léger en alcool que ce que l'année (ou la période) aurait pu le faire penser, mais il n'est pas puissant ou consistant comme les vins actuels.
L'ensemble est très cohérent et équilibré. La finale est marquée par une belle acidité mêlée à des notes de racines, comme s'il y avait eu un peu de macération.
Ce vin possède ainsi l'étonnante aptitude à retransmettre en même temps des aspects de finesse et de rusticité!

L'année 1789 fut désastreuse climatiquement parlant (ce qui conduisit à la Révolution). Il est donc extraordinaire de pouvoir boire un vin de cette année-là aussi bon et bien tenu. Certains pensent qu'à cette époque on procédait à des "bonifications" qui ne sont plus usitées de nos jours.

J'avais laissé du vin dans mon verre durant environ trois heures en vue de faire des photos. Il n'avait absolument rien perdu de ses qualités lorsque je l'ai terminé.