CANADA
 
Dernière mise à jour: mars 2016
 
J'ai goûté quelques bons vins rouges canadiens. Mais le vin que je connais le mieux et qui semble le plus remarquable du pays est le fameux icewine de Inniskillin.
 
*************************************************
 
INNISKILLIN
 
Cette jeune maison née en 1975 est située en bordure du lac Ontario proche des chutes du Niagara. Le vin le plus remarquable est bien entendu le icewine. On cueille les raisins durant la nuit pour bénéficier de la température la plus basse (-10). Le cépage (blanc) habituel est le Vidal, mais Inniskillin produit aussi un icewine à partir de Riesling. Le vin est très régulier qualitativement. Il est très doux avec un aspect acidulé de bonbon anglais. L'équilibre entre le sucre et l'acidité est fantastique.
 
Mai 2009
ICEWINE VIDAL INNISKILLIN 2001 (****)
Nez tout en délicatesse, très fin. Arômes de fruits confits avec une petite minéralité de Riesling allemand. Le vin est très équilibré et agréable. Il n'a aucune lourdeur d'alcool ou de sucre. Un vin de plaisir pur.

Mars 2010
ICEWINE VIDAL INNISKILLIN 2006 (*****)
Le parfait liquoreux dans l'équilibre et la finesse. Les arômes font penser à de grands Riesling allemands avec des notes acidulées extraordinaires. La bouche est marquée par une grande sucrosité, mais la densité et l'acidité affolante donnent un équilibre magique à l'ensemble. La persistance est exceptionnelle.

Septembre 2010
ICEWINE VIDAL INNISKILLIN 1997 (*****)
Le cépage Vidal donne les mêmes caractéristiques que le fameux Riesling allemand. Ce vin est une pure merveille d'équilibre. L'extrême douceur "acidulée" est compensée par une acidité hors du commun.
(même commentaire sur une bouteille bue en octobre 2010)

Mars 2011
ICEWINE VIDAL INNISKILLIN 2002 (****)
Au nez, densité et exubérance des cépages aromatiques. Notes de fruits exotiques, de banane et de compote de pomme. Le vin est très doux et très acide. La fraîcheur finale est son meilleur atout.

Avril 2012
ICEWINE VIDAL INNISKILLIN ONTARIO 2007 (*****)
Pour moi, c'est le seul vin liquoreux qui peut être comparé aux grands Riesling allemands quant au rapport "acidité-sucre". Ce sucre est en effet compensé avec un maestria extraordinaire par une acidité phénoménale qui réveillerait n'importe quel palais. C'est violent et doux en même temps. La pureté du fruit est aussi un cas d'école.

Août 2015
ICEWINE VIDAL INNISKILLIN 2008
(*****)
Les arômes sont très denses et très purs. On est sur des confits mais avec une fraîcheur étonnante. On part sur la reine-claude et le fruit de la passion. La bouche est impressionnante de force et de vigueur. Au début, je n'ai pas senti que l'acidité était très élevée. Ou, en tous les cas, j'imaginai ce cru plus vif encore sur les autres millésimes dégustés. Mais avec l'ouverture, j'ai bien ressenti que l'énorme sucrosité était parfaitement équilibrée par son acidité "acidulée". La longueur indique la qualité du sujet. Je crois que je n'ai jamais été déçu par ce cru.

Octobre 2015
ICEWINE VIDAL INNISKILLIN 2007
(*****)
A chaque fois que je le goûte, ce Icewine est parfait. C'est à se demander si une comparaison de plusieurs millésimes révélerait des différences notoires. C'est ce que je vais donc organiser! Il y a toujours cette acidité "acidulée" qui affole les papilles et cette pureté de fruit.

Mars 2016
ICEWINE VIDAL INNISKILLIN 2008
(*****)
Arômes d'une grande pureté avec beaucoup de densité. Notes de confits de reine-claude. Petite touche minérale de style Riesling allemand. La bouche est très concentrée mais très équilibrée. Longueur interminable. Un tout grand liquoreux qui impressionne toujours par sa pureté et par sa consistance.
 
------------------------------------------------
 
PILLITTERI
 
Décembre 2007
RIESLING ICEWINE 2002 PILLITTERI (**)
Vin très doux dont l'acidité était insuffisante pour masquer une certaine lourdeur finale. Très agréable quand même.

Mars 2009
RIESLING ICEWINE SPARKLING 2002 PILLITTERI (***)
C'est le premier vin effervescent en icewine que je bois. On sent une superbe matière de base au nez, avec le célèbre aspect "pétrolé" du cépage mais en finesse. Le vin est concentré et très doux avec un acidulé agréable et une bulle qui a quand même de la peine à se frayer un chemin à travers une telle densité. La finale est aussi un peu lourde. Mais peut-il en être autrement?