MONTRACHET
 
Dernière mise à jour: juin 2016
 
*************************************************
 
Décembre 2010
MAGNUM LE MONTRACHET DOMAINE AMIOT GUY & FILS 1992 (*****)
Ce Montrachet rejoint la courte liste des plus grands vins blancs que j'aie bus. La structure est aussi grande que la complexité. La finesse est aussi grande que la noblesse. Le terroir minéral ressort magistralement. Le développement est au maximum, même si son avenir est grand.

Septembre 2011
LE MONTRACHET DOMAINE AMIOT GUY & FILS 1995 (***)
Je n'ai pas pu de rechercher dans ce 1995 la magnificence que j'avais trouvée il y a quelques temps sur un 1992. La structure et la force sont là. Le caractère aussi. Mais la noblesse, l'onctuosité et le volume n'étaient pas au rendez-vous. J'espère que cette bouteille ne représente pas la production du millésime.

Octobre 2011
MAGNUM LE MONTRACHET DOMAINE AMIOT GUY & FILS 1992 (*****)
Ce Montrachet est l'un des plus grands de toute cette période et de tous producteurs confondus.
 
--------------------------------------
 
Février 2012
MONTRACHET HENRI BOILLOT 2001 (****)
Vin pur et fin, étonnamment délicat pour un Montrachet.

Mai 2013
MONTRACHET HENRI BOILLOT 2002 (*****)
Arômes très amples avec un fruit bien mûr. La noblesse est là et la complexité aussi. On est sur le pain grillé, la vanille, le chaume... Vin très puissant qui semble encore sur la retenue, mais qui impressionne par la force des ses composantes.
 
--------------------------------------
 
1983 à 2003
MONTRACHET BOUCHARD PERE & FILS
1983 (***)
vin assez classique et riche
MONTRACHET BOUCHARD PERE & FILS 1976 (***)
vin assez classique et riche

Février 2006
MONTRACHET BOUCHARD PERE & FILS 1998 (****)
Quelle structure! Grand à tous les niveaux. L'ouverture lui permet de déployer toutes les qualités de ce terroir d'exception. (je lui préfère le Chevalier-Montrachet du même millésime)
 
--------------------------------------
 
Août 1991
MONTRACHET MARC COLIN 1988 (****)

Juillet 1993
MONTRACHET MARC COLIN 1990 (*****)

Mai 1997
MONTRACHET MARC COLIN 1989 (****)

Novembre 2000
MONTRACHET MARC COLIN 1983 (***)
Le vin, un peu fermé au début, s'ouvrit en affirmant un caractère très marqué et de la race. Il avait des notes d'amande et de noisette typiques des grands Bourgogne. On ressentait aussi du miel, car la récolte semblait être très mûre. La bouche était d'une grande consistance, avec un gras proche de la suavité. La finale était dans les fruits exotiques d'une belle fraîcheur. La rétro-olfaction était extrêment longue avec une acidité citronnée enrobée par le gras du vin. Le miracle des grands Bourgogne est donc toujours le même: un grand volume de bouche avec une finale vive et tonifiante. Cependant, malgré des qualités énormes, il ne réussit pas à nous enthousiasmer. On aurait peut-être voulu un peu plus de chair, ou alors un peu plus d'exubérance.

Juin 2010
MONTRACHET MARC COLIN 1993 (****)
Remarquable vin avec une grande structure. Le fruit est très mûr et velouté. Le gras perdure longtemps en finale. Une pointe d'acidité en plus aurait procuré un peu plus de vitalité à l'ensemble.
 
--------------------------------------
 
Mai 2000
MONTRACHET COMTES LAFON 1988 (****)
 
--------------------------------------
 
Juin 1984
LE MONTRACHET DELAGRANGE-BACHELET 1978 (*****)

Novembre 1996
LE MONTRACHET DELAGRANGE-BACHELET 1985 (*****)
Je crois savoir que cette maison n'est pas très cotée à l'heure actuelle. Lorsque j'ai bu cette bouteille, je fus émerveillé de trouver un vin aussi voluptueux tout en restant sec. Le fruit était fabuleusement développé et pur. La structure se ressentait, mais elle était dépassée par l'harmonie générale des composantes. Ce Montrachet demeure mon Bourgogne blanc préféré avec le Montrachet 1983 de Ramonet.
 
--------------------------------------
 
Décembre 2014
MONTRACHET DOMAINE LEFLAIVE 1996
(*****)
Grande perfection d'arômes. On sent une récolte bien mûre, mais sans excès. Le fruité fin part sur les agrumes (pamplemousse) avec de la noisette et une minéralité noble. Cela ne manque pas de densité, mais c'est plus "discret" que ce que l'on attend d'un Montrachet. Le vin est d'une parfaite harmonie. On sent encore un peu l'élevage. Ce grandiose sujet est encore beaucoup trop jeune.
 
--------------------------------------
 
Avril 2002
MONTRACHET OLIVIER LEFLAIVE 1998
(*****)
Comme d'habitude, le plus fameux terroir à vin blanc du monde, a su mettre en valeur ses qualités inégalables. La complexité, l'ampleur et le volume incroyables du vin sont compensés par une acidité fraiche et citronnée, se "terminant interminablement".
(bu ensuite à 3 reprises: mai 2002, mars 2004 et mai 2006, toujours avec le même commentaire)

Juillet 2015
MONTRACHET OLIVIER LEFLAIVE 1997
(****)
Vin corsé avec un caractère fort. La substance est celle qu'on peut attendre d'un Montrachet. Mai il lui manque un peu de classe et de finesse.
 
--------------------------------------
 
Mars 2006
MONTRACHET DOMAINE ROMANEE-CONTI 1973 (****)
Plusieurs bues en quelques temps ont montré beaucoup de différences de l'une à l'autre. Les meilleures présentaient un vin fort et racé qu'il n'est pas nécessaire d'attendre plus longtemps.

Mai 2006
MONTRACHET DOMAINE ROMANEE-CONTI 1990 (*****) (magnum no 69)
Vin exceptionnel au niveau de la structure et de la qualité des composantes. Le fruit est pur et concentré. Le gras enveloppe majestueusement l'acidité. La finale est interminable. Grand futur.
(2 autres bouteilles bues en 2000 et 2002, parfaites aussi)

Décembre 2008
MONTRACHET DOMAINE ROMANEE-CONTI 2005 (*****)
Les arômes sont très ouverts. La qualité du terroir n'a que "positivé" les fortes chaleurs du millésime. Le fruit dense et très pur est accompagné par les plus belles notes minérales qui soient. Ce vin se caractérise par un remarquable équilibre des composantes et par une carrure imposante qui laisse augurer d'un avenir seigneurial sur plusieurs décennies.

Avril 2012
MONTRACHET DOMAINE ROMANEE-CONTI 1988 (*****)
Arômes d'une fantastique densité, avec de la force, du caractère et de la complexité: noisette, amande, fruits exotiques de toutes sortes, pain grillé... tout cela rehaussé par une fabuleuse minéralité. Le vin est magistral et s'impose à notre palais avec force mais avec toutes les civilités dues à son rang. L'acidité élevée est enrobée par un fruit concentré et par le gras du glycérol. La finale est soutenue au plus haut point par la minéralité de son terroir. Sujet hors du commun, doté d'un très long avenir.

Décembre 2014
MONTRACHET DOMAINE ROMANEE-CONTI 1973
(*****)
Beaucoup de race et de caractère au nez. Notes d'épices et de cendre avec une minéralité fine. Vin de grande harmonie: la ligne est parfaite du début à la fin. Le gras est dense et enrobe la magnifique acidité. Belle salinité (iode) en finale. L'ensemble est très tonique. Le soutient d'alcool est présent mais il procure de la puissance sans rajouter de lourdeur.

Janvier 2015
MONTRACHET DOMAINE ROMANEE-CONTI 2006
(***)
Les arômes sont encore peu développés. Etonnamment, on ressent un style légèrement oxydatif. On devine la noblesse et la grandeur plus qu'on ne la ressent. Le vin est concentré et marqué encore par le bois. Il ne démontre cependant pas la noblesse et l'harmonie que l'on est en droit d'attendre de ce cru.

Juin 2016
MONTRACHET DRC 2000
(*****)
Arômes tout en pureté et en délicatesse. On est étonné de ne pas y retrouver la consistance habituelle du cru, mais la finesse compense. Vin harmonieux et délicat qui prend beaucoup de densité en finale. Le terroir ressort aussi dans la très longue persistance.
 
--------------------------------------
 
MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE JOSEPH DROUHIN 1992 (*****)
Bu à 8 reprises de 1996 à 2006, ce vin s'est toujours montré parfait. Il est moins puissant que d'autres, mais il compense largement par une harmonie exceptionnelle.

Juillet 2007
MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE JOSEPH DROUHIN 1993 (***)
Grande base avec de la richesse. Le terroir est accompagné par un minéral un peu rustique.

Juillet 2007
MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE JOSEPH DROUHIN 1997 (****)
Superbe équilibre et type. Beau velours avec une grande fraîcheur. Grande élégance.

26 octobre 2007
MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE JOSEPH DROUHIN 1990 (*****)
Ce cru est toujours impressionnant. Le 1990 est concentré et riche avec toutes les qualités de ce fameux terroir: onctuosité, structure, caractère, élégance, aucune lourdeur, gras mais sec. Le fruit est encore bien jeune. La persistance est énorme.

Avril 2008
MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE JOSEPH DROUHIN 2003 (*****)
Nez d'une pureté cristalline: quelle finesse! Notes de fruits exotiques et de pain grillé. Vin équilibré et structuré. En finale, la chair est dense, mais le vin reste très tonique. La longueur indique la qualité du terroir et du cru. Vin exceptionnel.

Décembre 2008
MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE
JOSEPH DROUHIN 2003 (*****)
Déjà un grand vin à l'heure actuelle! Les chaleurs du millésimes ont fourni un cru gras et velouté, très sensuel. Le volume est énorme.
MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE JOSEPH DROUHIN 2002 (*****)
Un style tout différent du 2003. Grande complexité. Fruits purs, vifs et frais d'une grande densité. La minéralité du terroir est grandiose. Sa structure lui octroie un grand potentiel de vieillissement.

Avril 2009
MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE JOSEPH DROUHIN 2000 (*****)
Vin parfait à tous les niveaux. Les arômes typiques de pain grillé et de noisette sont d'une grande pureté avec beaucoup d'ampleur. Le vin est très concentré mais pas lourd. Le gras impressionnant est parfaitement équilibré par l'acidité et les fruits exotiques durant toute la longueur de bouche. La persistance est tout simplement celle des grands Montrachet.

Mai 2009
MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE JOSEPH DROUHIN 2000 (*****)
Même commentaire que celui bu en avril 2009.

Juin 2010
MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE JOSEPH DROUHIN 1992 (*****)
Très grand vin qui commence à déployer ses immenses faveurs. L'ampleur impressionnante ne dévie pas sur la lourdeur. Le fruit mûr mais frais (agrumes) est accompagné par des notes de pain taosté et de vanille. La bouche est somptueuse. Le volume de fruit et du gras est compensé par la fraîcheur de l'acidité. Le minéral noble du terroir lui octroie une réelle grandeur. Grandiose: c'est ma plus belle bouteille de ce vin et donc aussi dans les grands Montrachet que j'aie bus.

Octobre 2010
MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE JOSEPH DROUHIN 2003 (*****)
2 bouteilles qui méritent aussi la note maximale.

Octobre 2010
MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE JOSEPH DROUHIN 1966 (*****)
Nez très dense, marqué par un caractère fort et par beaucoup de noblesse. La grandiose minéralité indique la haute naissance du cru. On devine aussi un fruit très mûr de récolte, mais il est resté dynamique. Notes de fruits exotiques et d'agrumes. Le vin est concentré sans lourdeur. Il est équilibré malgré la richesse. L'acidité lui donne une grande fraîcheur en finale. La longueur est autant exceptionnelle que la pureté du fruit.

Mars 2011
MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE JOSEPH DROUHIN 2003 (*****)
Ce 2003 est chaque fois parfait. Il possède ce tout que l'on désire du fameux cru "Montrachet". La chaleur du millésime n'est pas un handicap: le vin est équilibré malgré une petite "rondeur".

Août 2011
MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE JOSEPH DROUHIN 1992 (*****)
Bouteille parfaite. Ce cru dans un très grand millésime ne peut que donner un des plus grands vins du monde. Deux heures après l'ouverture, il continuait à déployer toujours plus largement ses merveilleux avantages... la bouteille aurait dû alors se transformer en magnum...

Avril 2012
MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE JOSEPH DROUHIN 1985(****)
Grand vin corsé et fort avec de la chair et de la densité. J'aurais voulu un peu plus de précision et de fraîcheur.

Novembre 2014
MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE JOSEPH DROUHIN 1997
(*****)
Au sommet de son art à l'heure actuelle, ce Montrachet est absolument délicieux. Il ne manque de rien pour procurer le grand plaisir.

Décembre 2014
MONTRACHET MARQUIS DE LAGUICHE JOSEPH DROUHIN 1962
(****)
Arômes volumineux un peu rustiques et marqués par l'âge. On est sur les tertiaires: champignons, sotolon, noix... Vin riche et corpulent avec beaucoup de gras. Heureusement, l'acidité élevée rehausse le tout. Vin attachant avec un caractère marqué qui peut déplaire à certains.
 
--------------------------------------
 
Juin 2000
LE MONTRACHET GAGNARD-DELAGRANGE 1991 (****)
Vin géant mais trop jeune, il dégageait des arômes de fruits mûrs, de noisette, ou d'amande douce, tout en laissant apparaître un caractère de seigneur. La consistance de bouche était ce que l'on peut attendre du seul Montrachet. Malheureusement, nous avons remarqué un peu tardivement son potentiel et ses qualités. Le plaisir de se retrouver et de boire un grand vin nous a emporté, et la merveille s'est dévoilée plus largement alors qu'il n'en restait que quelques gouttes.
 
--------------------------------------
 
Janvier 1998
MONTRACHET JACQUES PRIEUR 1985 (****)

Novembre 2006
MONTRACHET JACQUES PRIEUR 1999 (****)
Un Montrachet parfait maintenant. Son terroir donne, comme d'habitude, un vin gras et dense avec une finale superbe de fraîcheur. Je pense qu'il s'agit là d'un très grand Montrachet dont il faut profiter dès aujourd'hui.
 
--------------------------------------
 
Octobre 2003
MONTRACHET DOMAINE RAMONET 1990 (*****)
Vin hors norme! C'est une masse impressionnante avec beaucoup d'alcool. Les puristes ne doivent pas trop apprécier. Je pense que l'âge lui apportera un peu de sagesse.

Août 2006

MONTRACHET DOMAINE RAMONET 1983(*****)
Le terroir le plus fabuleux de la Bourgogne dans un millésime exceptionnel... produit en plus par Ramonet. Que peut-on espérer de mieux? La structure, la personnalité et l'équilibre sont tels que chaque gorgée est un plaisir hors du commun. Parfait maintenant et pour longtemps. Certainement un des plus grands Montrachet que l'on puisse boire. C'est en tous les cas le Bourgogne blanc que j'ai préféré avec le Montrachet Delagrange-Bachelet 1985.

Août 2011
MONTRACHET DOMAINE RAMONET 1990
(*****)
La couleur est déjà merveilleusement dorée, limpide et dense. Au nez, la fabuleuse minéralité est accompagnée par des notes de fruits secs (amande, noisette) et une touche de brou de noix rappelant le meilleur des vins jaunes du Jura. Caractère et noblesse sont réunis. Le vin est magistral à tout point de vue. Sa trame est d'une consistance exceptionnelle. Il n'a fait que de s'améliorer durant les trois heures où il nous a enchantés. Son seul défaut du jour est en fait une qualité: sa trop grande jeunesse. Je dis cela car j'ai encore en mémoire un Bâtard-Montrachet Ramonet 1979 bu il y a peu et qui bénéficiait d'un plus large développement.
 
--------------------------------------
 

Février 2004
MONTRACHET ETIENNE SAUZET 1997 (****)

Juin 2012
MONTRACHET ETIENNE SAUZET 2001 (****)
Vin de belle envergure. On sent un très bon suivi de l'élevage mais sans ostentation. La structure habituelle du cru se ressent bien. L'ouverture sur plusieurs heures lui est favorable. Il lui manque un tout petit peu de noblesse.

Novembre 2015
MONTRACHET ETIENNE SAUZET 2008
(*****)
Arômes encore un peu discrets à cause de son extrême jeunesse. On y sent la noblesse et la finesse de son origine. La pureté est extrême. La bouche est d'une harmonie parfaite du début à la fin. Sans paraître puissant ou lourd, sa densité est impressionnante. La finale est interminable et indique bien le sujet exceptionnel. Il donne étonnamment un grand plaisir à l'heure actuelle, mais il traversera certainement sans encombre encore 2 ou 3 décennies.