BORDEAUX
 
Dernière mise à jour: août 2015
 
Les Bordeaux sont les premiers vins non valaisans avec lesquels je me suis familiarisés. J'ai rapidement eu l'extrême chance de ne déguster pratiquement que les plus grands crus. D'abord parce que la Vinothèque Nobilis que j'ai ouverte en 1983 me permettait d'en boire à très bon marché, et ensuite parce que j'ai eu d'excellents contacts avec des collectionneurs qui m'ont fait partagé leurs plus grands vins.
Dès mon premier intérêt pour le vin, je fus fasciné par les vieux millésimes. Ils me font réellement remonter le temps. Et, avec l'expérience, je me suis rendu compte que les grands vins bien nés développent avec les décennies des qualités fabuleuses que l'on ne peut pas prétendre retrouver dans un vin jeune.
Je crois sincèrement que les meilleurs vins sont ceux qui furent mis en avant dès 1855 pour la rive gauche, et les crus les plus cotés de la rive droite.
Voici la liste que j'en fais par ordre alphabétique: Château Ausone, Château Cheval Blanc, Château Haut-Brion, Château La Mission Haut Brion, Château Lafite-Rotshchild, Château Latour, Château Margaux, Château Pétrus, Château d'Yquem. Je rajoute à cette liste Château Lafleur et Château Latour à Pomerol pour leurs réussites fabuleuses dans les anciens millésimes. J'y rajoute aussi, sans conviction, Château Mouton-Rothschild,.....pour son 1945.
Parmi les autres vins qui ont parfois des réussites égales aux premiers, il y a: Château Palmer, Château Gruaud-Larose, Château Montrose, Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande...
Concernant les vieux vins, Bordeaux et Bourgogne ont connu des problèmes qualitatifs dûs à de trop grandes productions et en ont subi les mêmes conséquences dans les années 1960 à 1980 (pour essayer de donner une fourchette). Mais les vins d'avant 1960, mieux 1950, avaient des potentiels de garde incroyablement longs. Quant aux années préphylloxériques, on sait qu'elles sont immortelles dans les deux régions. Mais elles ont ceci de plus que les notions de millésime et de vieillissement sont totalement occultées par la qualité du vin (si la bouteille est parfaite et si l'on est en présence d'un grand cru).

J'indique le nombre de fois que j'ai bu un et quand je l'ai bu, cela permet au lecteur de mieux comprendre le sens de certains commentaires.