BORDEAUX SAINT-EMILION
 
Dernière mise à jour: octobre 2016
 
**************************************************
 
CHÂTEAU ANGELUS
 
Août 2001
CHÂTEAU ANGELUS 1990 (****)
Le nez est très ample. Le fruit est mûr, accompagné de notes minérales et d'un côté animal-cuir. Le terroir est présent, avec un aspect un peu rustique qui rend le vin "vivant". En bouche, le fruit est très enrobé par le glycérol. Les tanins sont puissants, mais la concentration équilibre les différentes composantes. Un aspect iodé très agréable donne une complexité supplémentaire à ce vin très long, doté d'une grande personnalité.

Avril 2007
CHÂTEAU L'ANGELUS 1985 (***)
Belle complexité au nez: fruits mûrs dans l'opulence, floral sur la violette, boisé vanillé, humus... Le vin est rond et velouté: on frise même la sensation de douceur. Ce gras persiste longtemps en bouche avec des notes iodées. Une bienheureuse acidité finale donne du tonus au vin. La structure est très bonne.

Octobre 2009
MAGNUM CHÂTEAU ANGELUS 1990 (*****)
Arômes élégants très développés et exubérants, dans l'exotisme. On y retrouve des notes de bois de cèdre. Le vin est concentré. Il s'exprime sur la rondeur, avec une chair souple et voluptueuse. C'est l'archétype du St-Emilion fait pour plaire. Son équilibre et sa structure lui assurent un bel avenir.

Décembre 2011
CHÂTEAU ANGELUS 1990 (*****)
Vin de grande structure et de grande classe. Force, noblesse et élégance. Encore jeune.

Mars 2013
CHÂTEAU ANGELUS 2010 (***)
Arômes purs et droits. On devine uns sorte d'emprise oenologique sur la matière. Le vin est très extrait. Ses tannins sont saillants. L'ouverture accentue le fait.

Décembre 2015
CHÂTEAU L'ANGELUS 1982
(*****)
Arômes très amples et exubérants jusqu'au baroque. Notes de tabac et de bois exotique. Le fruit est presque confit, mais on ne ressent pas de vieillissement. La bouche est onctueuse et riche. Le fruit est à croquer. La finale est heureusement rehaussée par une belle acidité. Ce vin est un digne représentant de l'année 1982 avec ses chaleurs et ses excès. Certains l'ont dégusté à l'aveugle et n'ont pas deviné que c'était un Bordeaux à cause de sa "luxuriance".
 
-----------------------------------------
 

CHÂTEAU BEAUSEJOUR-DUFFAU-LAGAROSSE

 
1 et 15 juin 2009
CHÂTEAU BEAUSEJOUR-DUFFAU-LAGAROSSE 1990 (****)
Vin "actuel", tout en force et en concentration. Beaucoup de qualités qui doivent encore se développer pour s'harmoniser.

Novembre 2009
CHÂTEAU BEAUSEJOUR-DUFFAU-LAGARROSSE 1982 (****)
Nez ample avec un fruit bien mûr mais pas compoté. Vin corsé et riche, avec beaucoup de volume. Les tannins sont racés et forts. La finale est marquée par une étonnante acidité pour un vin de ce millésime. Ce vin a encore un beau potentiel.

Mai 2010
CHÂTEAU BEAUSEJOUR-DUFFAU-LAGARROSSE 1990 (*****)
Arômes de récolte quasi surmaturée. Tout est ample, velouté et rond. La structure est énorme. Vin impressionnant qui commence tranquillement à développer ses immenses capacités. (il était en tous les cas du même niveau que Pétrus 1989 et Haut-Brion 1989 dégustés aussi à l'aveugle en parallèle)

Décembre 2010
CHÂTEAU BEAUSEJOUR-DUFFAU-LAGARROSSE 2005 (****)
Une grande réussite, à coup sûr. La concentration et la pureté vont de pair. Mais il encore beaucoup trop jeune.

Mai 2011
CHÂTEAU BEAUSEJOUR DUFFAU-LAGARROSSE 1990 (*****)
Couleur d'une densité incroyable. Les arômes s'exhalent sans retenue. On y retrouve des fruits noirs extrêmement mûrs (gelée de cassis) et de la "terre noire juste remuée". C'est fin et élégant tout autant que volumineux et puissant. Le vin est une vraie masse onctueuse et ronde. Le gras persiste longtemps et enrobe des tannins qui indiquent bien son énorme structure. Bien que grandiose à boire maintenant, il démontre un fameux potentiel de vieillissement.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU CANON
 
CHÂTEAU CANON 1947 (****) (3 bouteilles de 1990 à 1995)
Vin riche et onctueux comme tous les grands Saint-Emilion de ce millésime.

Juillet 2011
CHÂTEAU CANON 1966 (****)
Superbe vin velouté et encore fruité. De la complexité et de l'équilibre.

Septembre 2011
CHÂTEAU CANON 1970 (***)
Saint-Emilion classique avec son côté rond et tendre. On est sur les fruits noirs et le tabac. Le vin donne grand plaisir, surtout au début. L'ouverture révèle quand même une structure un peu limitée.

Avril 2013
CHÂTEAU CANON 1982 (****)
Nez de Bordeaux classique avec des notes "cuir-animal". Vin ample, rond et charnu. Superbe. Le plaisir avant tout.

Mai 2013
CHÂTEAU CANON 1947 (***)
Au nez, on sent le style classique ancien un peu rustique, mais charmant: c'est une belle nature sans maquillage. Le vin est assez baroque. L'attaque est marquée par une certaine sucrosité qui a l'heur, en finale, d'atténuer les tannins stricts et l'acidité élevée. Je pense que d'autres bouteilles sont plus "équilibrées".
CHÂTEAU CANON 1959 (*****)
Vin élégant et fin avec une texture très serrée. Le fruit est encore très jeune. Une toute grande bouteille.

Novembre 2013

CHÂTEAU CANON 1982 (*****)
Quel magnifique vin! Il se donne sans retenue avec un charme tout particulier. Il est concentré mais pas pesant. Son fruit bien mûr est "juteux". Il semble en état de grâce à l'heure actuelle.

Février 2016
CHATEAU CANON 1982
(*****)
1982 reste un millésime exceptionnel malgré la relative grosse production et un fruit de récolte très mûr. Ce Château Canon est très ouvert et ample. L'élégance est là, comme une belle dentelle. Le fruit noir est accompagné par des notes de tabac et d'épices fines. La bouche est onctueuse à souhait. On dirait que tout "coule de source". Aucune lourdeur sans manquer de structure. Un vin de plaisir maximum qui est au sommet de ses possibilités à l'heure actuelle.
 
-----------------------------------------
 
CLOS FOURTET
 
Décembre 2014
CLOS FOURTET 1934
(****)
Arômes amples avec un beau caractère et de l'élégance. Le fruit noir, très mûr, est accompagné par des notes de tabac. Vin charnu et riche, mais sans lourdeur. Le gras onctueux enrobe des tannins forts. Tout est là, sauf la densité et la persistance.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU CORBIN MICHOTTE
 

Novembre 2002
CHÂTEAU CORBIN MICHOTTE 1961 (****)
Il n'est pas du tout sur la pente descendante. C'est un vin resplendissant qui regorge de fruits riches et onctueux. Pour moi, il se rapproche du style expansif du Cheval blanc (sans en être, attention).

Juillet 1999
CHÂTEAU CORBIN MICHOTTE 1990 (****)
Ce 1990 est issu d'une récolte ayant atteint des potentiels d'alcool très élevés. Le vin est d'une richesse et d'une onctuosité peu communes. Le fruit est charnu au point de laisser une impression quasi sucrée. L'alcool se ressent, mais les autres composantes sont assez structurées pour assurer l'équilibre. Un vin de plaisir pur.

Septembre 2007
CHÂTEAU CORBIN MICHOTTE 1990 (***)
Nez marqué par le Merlot. Beaucoup d'ampleur, sur les fruits rouges. Vin rond, souple, suave....C'est un plaisir sensuel que de la boire. On devine la récolte extrêmement mûre. La finale est marquée par le glycérol, mais aussi par l'alcool. Une belle nature exubérante.

Décembre 2015
CHÂTEAU CORBIN MICHOTTE 1961
(*****)
Arômes amples avec un fruité très mûr et beaucoup de caractère. On devine une pointe d'acidité volatile. Le vin est corsé et riche. Il est même un peu baroque. L'alcool se ressent. Avec le temps, les aspects un peu rustiques ou démesurés disparaissent et le sujet rajeunit. La grandeur du millésime se ressent.

 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU CROQUE-MICHOTTE
 
Février 2015
CHÂTEAU CROQUE-MICHOTTE 1970
(***)
Une agréable nature avec un fruit un peu compoté et une structure moyenne. Belle harmonie.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU FIGEAC
 
Juin 2002
CHÂTEAU FIGEAC 1982 (****)
Couleur rouge-rubis un peu tuilé. Nez dans la dentelle, mais très ample, avec du bois doux, de l'humus et des champignons. Le vin est gras et tonique en même temps. On y ressent une fameuse matière première. Les tannins finaux, superbes, indiquent que l'ensemble peut encore rester vaillant plusieurs années encore.

Entre 1983 et 1990, j'ai dégusté quelques bouteilles de 1976 (***) et 1975 (****) . Les deux étaient excellents et reflétaient bien ce que l'on disait de ce vin qui devait attendre quelques années pour que le bois et la forte extraction se fondent. Les Figeac de ces millésimes se rapprochaient plus de la rive droite à cause de leur caractère fort et de leurs tannins masculins.

Un CHÂTEAU FIGEAC 1990 (****) bu en 2000 était superbe.

Mai 2009

CHÂTEAU FIGEAC 1990 (***)
Vin bien fait avec une structure moyenne. Encore jeune.

Juillet 2011
CHÂTEAU FIGEAC 1953 (****)
Les arômes n'ont pratiquement pas encore évolué sur le tertiaire: l'aspect fruité domine. Race et caractère. Grand Bordeaux classique, pur, fin et équilibré. On se demande s'il ne doit pas encore "prendre de la bouteille"!

Mai 2013
CHÂTEAU FIGEAC 1990 (****)
Un vin de classe avec une belle pureté de fruit. Un beau sujet dont l'équilibre est le principal atout.

Janvier 2014
CHÂTEAU FIGEAC MISE NEGOCE 1955 (****)
Une pure dentelle au nez, avec des notes d'humus et de champignons. Tout semble délicat, mais pas fragile. La bouche est d'une parfaite harmonie. Une petite sucrosité le rend charmeur au possible. L'acidité finale lui procure cependant une grande buvabilité.

Novembre 2015
CHÂTEAU FIGEAC 2000
(****)
Je mets 4 étoiles parce que tout est bien travaillé pour arriver à un vin charmeur qui "présente bien". Mais pour moi, ses rondeurs sont plus disgracieuses que sensuelles. Evoluerait-il trop vite?

Juillet 2016
CHATEAU FIGEAC 1979
(****)
Vin de plaisir qui a superbement bien tenu. Il est dense sans être lourd. Grande buvabilité.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU JEAN FAURE
 
Juin 2009
CHÂTEAU JEAN FAURE 1961, SAINT-EMILION AOC (****)
Une bouteille qui démontre bien la réussite de tout le bordelais dans ce millésime hors classe. La couleur est d'un rouge très foncé impressionnant. Les arômes partent sur de la pâte de fruits noirs (mûr, cassis) avec des notes terreuses très agréables. La bouche est marquante de richesse et d'onctuosité. L'ensemble semble être intemporel: on aurait de la peine à penser que ce vin a 48 ans! Certains amateurs "critiques" pourraient imaginer une "aide extérieure" bienvenue pour procurer un tel volume à ce vin.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU L'ARROSEE
 
Décembre 2009
CHÂTEAU L'ARROSEE 1961 (****)
Il fut présenté à l'aveugle après un fabuleux Lafleur 1961. Il fut vite reconnu comme un grand vin car il n'était pas du tout anéanti par le précédent. Il présente aussi des fruits mûrs, des tannins solides et une grande richesse. La concentration est remarquable. A côté du Lafleur 1961, il semble simplement un peu plus rustique. Quel plaisir il nous donna cependant!

20 octobre 2016
CHATEAU L'ARROSEE 1961
(*****)
Une bouteille parfaite. La couleur est restée dense, sur le rouge foncé. Les arômes sont concentrés avec beaucoup de noblesse. On y ressent de beaux fruits noirs avec des notes de tabac frais et d'épices orientales. La bouche suit sur la même ligne. Tout est dense, mais sans lourdeur. L'harmonie est sans défaut. La longueur est digne des meilleurs vins. Du haut de ses 55 ans, le dynamisme qu'il dégage démontre que 1961 demeurera au panthéon des millésimes. J'avance même que 1961 n'a pas été égalé depuis à Bordeaux, malgré l'avalanche de 100/100 accordés par certains ténors de la dégustation.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU LA GRÂCE DIEU
 
CHÂTEAU LA GRACE DIEU (LES MENUS)
Ce très bon Saint-Emilion dans les millésimes 1962 (***) et 1955 (***) est celui qui m'a aidé à me familiariser avec les vieux vins dans les années 1979 - 1983.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU LAMARZELLE FIGEAC
 
Janvier 2016
CHÂTEAU LAMARZELLE FIGEAC 1964
(****)
Arômes encore jeunes, sur le fruit. On sent le style classique de l'époque, avec des notes de cuir et de tabac, mais tout se présente délicatement. Le vin est très harmonieux. Il est basé sur l'élégance et la dentelle. Magnifique moment.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU PAVIE
 
Avril 2012
CHÂTEAU PAVIE 1961 (***)
Belle bouteille. Le caractère de l'époque se ressent avec un peu de fatigue.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU PONTET-CLAUZURE
 
Juillet 2008
CHÂTEAU PONTET-CLAUZURE ST-EMILION 1955 (**)
Vin agréable qui s'est fortement assagi. La structure est moyenne.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU SOUTARD
 
Octobre 2015
CHÂTEAU SOUTARD 1985
(****)
Vin très traditionnel avec du caractère et un côté très nature. On n'est pas dans le volume et la puissance, mais plutôt dans la dentelle et la pureté. Extrêmement agréable. Bu à côté de Figeac 2000 et Mouton-Rothschild 1990, il fut de loin mon préféré.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU TERTRE DAUGAY
 
Septembre 2010
CHÂTEAU TERTRE DAUGAY ST-EMILION 1940 (***)
Un classique de cette époque, avec le côté un peu râfleux et strict, donc avec beaucoup de personnalité. La tenue est remarquable.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU TROPLONG-MONDOT
 
Avril 2003
CHÂTEAU TROPLONG-MONDOT 1990 (***)
Couleur rouge-rubis profond. Nez racé et complexe, fruits noirs et rouges, vanille superbe. Le vin est concentré, et sa trame serrée accompagne le fruit longtemps en finale. Les tannins forts ressentis en rétro-olfaction indiquent un vin encore en phase d'évolution positive.

Octobre 2010
CHÂTEAU TROPLONG-MONDOT 1947 (****)
Le nez est immédiatement marqué par la maturité du millésime. Notes de fruits noirs, de pruneau d'Agen, de café et de chocolat noir. Une petite acidité volatile accentue positivement les composantes déjà bien volumineuses: on entre dans le baroque. Le vin est concentré et riche. La longueur est extrême.

Mars 2013
CHÂTEAU TROPLONG-MONDOT 2010 (****)
Vin équilibré et structuré, un peu marqué par le taostage en ce moment. Attendons la suite...
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU TROTTE VIEILLE
 
Avril 2013
CHÂTEAU TROTTE VIEILLE 1945 (*****)
Une très forte présence au nez. Classe et caractère. Notes terreuses. Vin quasi doux du début à la fin tant le fruit est onctueux. La finale est d'une grande finesse avec une belle fraîcheur. Incroyable longueur.