BORDEAUX SAUTERNES
 
Dernière mise à jour: août 2015
 
************************************************
 

CRU BARREJATS
 
Février 2008
CRU BARREJATS 1995 BARSAC (****)
Nez d'une grande pureté. Le vin est soyeux avec un fruit très mûr. L'équilibre est remarquable. Il réunit les qualités d'un Sauternes à "l'ancienne" par son exubérante "nature" et celles d'un Sauternes plus "moderne" par la qualité de l'élevage. Un vrai plaisir en tous les cas.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU CLIMENS
 
CHÂTEAU CLIMENS 1937 (*****)
CHÂTEAU CLIMENS 1929 (*****)
Climens 1937 et 1929 sont extraordinaires. Les bouteilles bues étaient toutes parfaites. Elles n'ont pratiquement rien à envier au Château d'Yquem des mêmes années. Elles s'en rapprochent en tous les cas aussi au niveau du style.
(2 bouteilles de 1929 en 1997 et 2000) (4 bouteilles de 1937 entre 1985 et 2001)
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU COUTET
 
Octobre 2009
CHÂTEAU COUTET 1971 (****)
Beau développement des arômes, avec beaucoup de race. Notes minérales et aromatiques très agréables. Le vin est droit et concentré. L'équilibre entre le sucre, le fruit et l'acidité est superbe. Caractère et élégance y sont réunis.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU D'ARCHE
 
CHÂTEAU D'ARCHE 1906 (*****)
Château d'Arche est un vin que tous les amateurs d'Yquem connaissent pour être son équivalent dans ce grand millésime 1906. Ils ont entièrement raison. (bu deux fois en 1988 et 2001)

CHÂTEAU D'A
RCHE 1929 CREME DE TETE (*****)
Château d'Arche entre indubitablement dans le peloton de tête des 1929. (bu deux fois en 1997 et 2000)

Octobre 1997
CHÂTEAU D'ARCHE 1983 (****)
Nez fermé au début. A l'ouverture il développe son fruit et devient complexe: rôti du botritys, liqueur d'orange, café, fruits exotiques. Attaque complexe et puissante, perfection dans l'équilibre, énorme corps, pur botrytis, finale très ample. Persistance olfactive et gustative explosive et extrêmement longue.

Considérant les millésimes de notre époque, Château d'Arche n'entre pas dans les meilleurs Sauternes. En 1997, j'ai pu goûter les millésimes de 1995 à 1983. Le 1983 est vraiment sorti du lot. Le 1990 était très bon.

Mars 2008
CHÂTEAU D'ARCHE CREME DE TETE 1906 (*****)
Tous les amateurs qui ont dégusté ce fameux Château d'Arche 1906 y ont retrouvé les qualités des plus grands Yquem. Sur ce millésime exceptionnel, ces deux vins semblent se côtoyer sur le même piédestal.

Mai 2009
CHÂTEAU D'ARCHE CREME DE TETE 1906 (*****)
Tous les connaisseurs admettent que ce vin est en tous les cas l'équivalent du grandiose Yquem du même millésime. Il est complexe et concentré en tout. Son équilibre est exceptionnel. La sucrosité est fabuleuse. Il n'est absolument pas marqué par l'âge.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU DE FARGUES
 
Septembre 2000
CHÂTEAU DE FARGUES 1990 (****)
Fargues 1990 semble encore plus riche et plus mûr de récolte qu'Yquem. Le botrytis est très présent. L'élevage se ressent encore fortement. Le vin est très vif et doux. Toutes les composantes ne sont de loin pas encore bien harmonisées.

CHÂTEAU DE FARGUES 1971 (****)
Fargues est un proche frère d'Yquem dans le millésime 1971. Il est très développé et élégant. Il a un fruit dense d'une douceur superbement agréable. Le rôti du botrytis est parfait.

Juillet 2007
CHÂTEAU DE FARGUES 1989 (****)
Alexandre de Lur Saluces utilise exactement les mêmes méthodes à Fargues qu'à Yquem. Le vin en a les mêmes qualités et caractéristiques, mais avec son terroir. La douceur est fine et équilibrée. Le volume de bouche est remarquable. L'harmonie de ce vin est son principal atout.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU DOISY-DAËNE
 
Mars 2009
CHÂTEAU DOISY-DAËNE 1971 (***)
Belle couleur or ambré. Arômes de fruits surmûrs plutôt que botrytisés. Petite touche minérale avec de la cire d'abeille. Le vin est très équilibré, avec une douceur moyenne. Sa complexité s'affirme avec l'ouverture.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU DOISY-VEDRINES
 
CHÂTEAU DOISY-VEDRINES 1989 (****)
Ce millésime de Doisy-Védrines a fait beaucoup parler de lui au début. Sa richesse et son onctuosité l'ont fait remarquer comme une grande réussite du millésime. Ce que je pouvais lui reprocher, c'était une certaine dose d'acétone. J'espère que le temps lui a permis de s'en débarasser.
(4 bouteilles bues entre 1992 et 1995)
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU FILHOT
 
Juillet 2011
CHÂTEAU FILHOT 1929 (*****)
Très belle couleur or ambré. Le nez est une pure dentelle. Le rôti du botrytis est accompagné par des notes de thé froid, de café, de caramel et de crème brûlée. La petite douceur est plutôt un gras onctueux qui enrobe l'acidité élevée du vin. Grand Sauternes plus fin et harmonieux que puissant et riche. L'âge ne lui est que favorable. On ne pourrait deviner qu'il est octogénaire!
(exactement le même commentaire sur une bouteille bue en décembre 2011)
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU GILETTE
 
Décembre 2008
CHÂTEAU GILETTE 1947 (****)
Couleur ambrée. Arômes fins avec des notes d'écorce d'orange et de menthe. On ressent l'aromatique des Riesling allemands. Le vin est équilibré et très frais. La douceur n'est pas pesante. On y retrouve des raisins de Corinthe, style Tokay.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU GUIRAUD
 
CHÂTEAU GUIRAUD 1937 (***)
Ce Sauternes a donné un 1937 (année exceptionnelle) excellent. D'une structure moyenne, il se présente en dentelle agréable et veloutée. Bu deux fois en 1989 et 1991, il n'était pas encore sur le déclin.

Octobre 2009
CHÂTEAU GUIRAUD 1949 (****)
Couleur or dense du plus bel effet. Les arômes confits du botrytis se ressentent bien, tout en élégance. On y retrouve l'abricot et la mirabelle. Le vin est pur plaisir. La fine douceur est équilibrée par une acidité citronnée. Resplendissant à l'heure actuelle.

Juillet 2011
CHÂTEAU GUIRAUD 1970 (****)
Vin encore vif et frais. Au côté confit se rajoutent des notes un peu minérales, de l'écorce d'orange et du quinquina. Le sucre n'est pas très marqué. Finale dynamique. Les accords gourmands peuvent être nombreux avec un tel vin.

Juin 2012
CHÂTEAU GUIRAUD 1937 (*****)
Arômes complexes, denses et nobles. Notes de caramel, de nougat, d'abricot confit, d'écorces d'agrumes et de cire de parquet. La bouche confirme les sensations olfactives. Le vin est fin et vif grâce à une acidité mordante mêlée à l'amertume d'écorce de mandarine. Très long. Le style est différent de celui de l'Yquem 1937.
 
-----------------------------------------
 
CLOS HAUT-PEYRAGUEY
 
Octobre 2009
CLOS HAUT-PEYRAGUEY 1994 (***)
Vin corsé et puissant, marqué par des notes fumées et minérales. Un certain brûlant d'alcool se ressent en finale.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU LA TOUR BLANCHE
 
CHÂTEAU LA TOUR BLANCHE 1937 (*****)
CHÂTEAU LA TOUR BLANCHE 1921 (*****)
1937 et 1921 sont connus pour leur perfection. La Tour Blanche n'a pratiquement rien à envier à Yquem sur ces deux millésimes.
CHÂTEAU LA TOUR BLANCHE 1927 (***) est de bonne tenue, mais n'a pas la structure des 1937 ou 1921.
CHÂTEAU LA TOUR BLANCHE 1976 (***) est très onctueux avec un fruit très confit.

Juin 2010
CHÂTEAU LA TOUR BLANCHE 1869 (*****) (bouchon d'origine)
La couleur est d'un ambre très sombre qui tire sur le noir. Les arômes sont très denses, fins et complexes. On y retrouve des fruits très confits mêlés à des notes de thé noir, de sucre brûlé, de figue fraîche, d'écorce d'orange et de raisin de Corinthe. L'extrême sucrosité du vin est équilibrée par une acidité quasi "affolante" pour les papilles. Toutes les perceptions olfactives se retrouvent dans les sensations gustatives avec une intensité fantastique. La longueur est extrême. C'est un petit frère du gigantesque Yquem du même millésime.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU LAFAURIE-PEYRAGUEY
 
CHÂTEAU LAFAURIE-PEYRAGUEY
1928 (***) 1929 (****) 1934 (**) 1937 (***)
Je n'ai bu que des anciens millésimes de ce cru. Ils me semblent excellents mais n'atteignent pas la splendeur des La Tour Blanche ou Climens dans les mêmes millésimes.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU NAIRAC
 
Mai 2004
CHÂTEAU NAIRAC 1998 (****)
Il est confirmé que ce cru donne de grandes réussites du sauternais ces dernières années. Il sent à plein nez le vrai botrytis, avec une grande ampleur et beaucou de finesse. Il est extrêmement agréable maintenant, mais il est taillé pour durer. Le Château Nairac est peu connu, mais il faut savoir qu'il peut atteindre des sommets.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU PAJOT
 
Juin 2008
CHÂTEAU PAJOT SAUTERNES 1953 (***)
Le nez est marqué par l'époque mais on sent un vin encore bien vivant. Belle complexité: coing et citron confits, chlorophile, écorce... Vin légèrement doux avec une bonne acidité. Une belle amertume d'agrumes apparaît en finale.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU PERNAUD
 
Juin 2012
CHÂTEAU PERNAUD, SAUTERNES 1937 (***)
Très intéressant vin doux qui bénéficie d'une récolte jugée depuis toujours comme l'une des plus fantastiques du 20ème siècle. L'âge est là cependant. L'acidité habituelle de cette période est accompagnée par des notes d'agrumes. Petit manque de "précision" dans les composantes.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU RAYNE-VIGNEAU
 
Mars 2006
CHÂTEAU RAYNE-VIGNEAU 1964 (**)
Ce millésime ne fut pas favorable aux vins liquoreux à Sauternes: Yquem ne produisit pas de vin cette année-là. Rayne-Vigneau nous fait profiter à l'heure actuelle d'un vin très agréable aux senteurs de raisins cueillis en surmaturité et de fruits confits. S'y mêlent un peu de nougat et de cire d'abeille. Bien que sans prétention, le vin est équilibré est de bonne tenue. Il nous a fait passer un fort beau moment.

mai 2007
CHÂTEAU RAYNE-VIGNEAU 1929 (*****)
Magnifique couleur or-ambré. Les arômes sont complexes, denses mais fins. On y retrouve de l'abricot confit, du massepain, du caramel au lait, des épices orientales,... La trame du vin est très serrée. La douceur pas trop marquée est parfaitement équilibrée par une belle acidité finale. Le temps lui a apporté complexité et caractère. Grand vin aucunement diminué par l'âge.

Septembre 2007
CHÂTEAU RAYNE-VIGNEAU 1950 (****)
Quelle belle liqueur! L'équilibre entre la sucrosité et l'acidité est remarquable. Une petite amertume de "cire de parquet" lui donne aussi une belle personnalité. Superbe aussi dans sa structure. La douceur n'est cependant pas aussi marquée que dans certains millésimes. Un grand vin.
Septembre 2008: une autre bouteille semblait de qualité équivalente, mais un peu plus évoluée. (***)

Septembre 2011
CHÂTEAU RAYNE-VIGNEAU 1970 (***)
Ce Sauternes n'est de loin pas aussi doux que ce que l'on aurait pensé. Il est marqué par une récolte surmûre, mais pas botrytisée (semble-t-il). Les arômes partent sur le noyau d'abricot. Le vin est assez fort en alcool et un peu strict.

Mai 2014
CHÂTEAU RAYNE-VIGNEAU 1955 (****)
Nez très délicat sur les raisins de Corinthe et le caramel. L'âge se devine plutôt qu'il ne se ressent. Le vin est harmonieux et très séduisant. Sa fraîcheur finale lui procure encore beaucoup d'énergie.

Juin 2014
CHÂTEAU RAYNE-VIGNEAU 1947 (****)
Magnifique vin liquoreux avec de la race. Le sucre n'est pas du tout dominant. Les notes caramélisées sont fort heureusement rehaussées par des notes d'écorce d'orange. La finale est encore très vive et jeune.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU SAINT-AMAND
 
Janvier 2011
CHÂTEAU SAINT-AMAND SAUTERNES 1949 (***)
Cru simple de Sauternes issu d'un grand millésime qui a magnifiquement tenu. Très équilibré.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU SIGALAS-RABAUD
 
Décembre 1996
CHÂTEAU SIGALAS-RABAUD 1921 (***)
Ce Sauternes, issu d'un millésime mythique dans sa région, était très fin et marqué par le Botrytis. On ne sentait pas son âge, et sa magnifique acidité procurait une bonne fraîcheur en bouche.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU SUDUIRAUT
 
Mai 2002
CHÂTEAU SUDUIRAUT 1928 (***)
Ce Sauternes, issu d'un très grand millésime, nous étonna. Les arômes étaient ceux d'une récolte fortement botrytisées, avec des aspects de confit, de caramel et de miel, tout en finesse. Mais la bouche révélait un vin presque sec, avec une trame très serrée. Ce grand vin avait des aspects si peu communs que de lui donner un âge aurait été fort difficile.

Décembre 2003
CHÂTEAU SUDUIRAUT 1900 (***)
Couleur or ambré limpide. Au nez: très fin avec une belle amplitude. Crème brûlée, caramel au lait, zeste d'orange. Vin très riche en alcool. Le sucre est moins marqué que prévu. L'acidité est élevée. Remarquable longueur.

Mai 2004
1/2 bt CHÂTEAU SUDUIRAUT 1820 (*****)
Couleur acajou, cuivre, oeil du tigre,...magnifique. Un rêve olfactif! Figue séchée, banane, abricot sec, caramel, crème brûlée à la vanille, sucre candi... Finesse et concentration réunies pour le meilleur. En bouche, si l'ambroisie existait... Du caramel et du thé noir avec le sucre le plus fin qui soit. Une perfection incroyable avec une densité qui affole les papilles, mais sans aucune lourdeur. Il réunit la finesse et l'acidité des TBA allemands et le raisin des Tokay hongrois au style des Sauternes! La rétro-olfaction est plus dense que la bouche et dure une éternité. Evénement fabuleux, exceptionnel!
Ce flacon provenait directement de la cave du château, semble-t-il. Michael Brodbent qui participait à cet événement fut tout autant impressionné par ce nectar que les autres convives!

Octobre 2009
CHÂTEAU SUDUIRAUT CUVEE MADAME 1982
(***)
Vin d'une forte sucrosité, très volumineux, tout en rondeur. Il est très agréable, mais on voudrait qu'il soit un peu plus tonique.
CHÂTEAU SUDUIRAUT 1967 (*****)
Quel grand millésime! Les arômes sont très complexes, denses et fins: crème brûlée, confits d'abricots et de mirabelle, sucre candi, mais aussi champignons et humus dans la discrétion. Le vin a une trame serrée avec une superbe acidité. La structure est formidable. Il tiendra encore longtemps.

Décembre 2009
CHÂTEAU SUDUIRAUT 1899 (*****)
Couleur ambre sombre. Arômes de sucre brûlé, de vanille et de zeste d'orange. Vin d'une rondeur parfaite: c'est une sphère qui roule dans notre palais. Bien qu'il y ait beaucoup de sucre, le palais est plus marqué par le quinquina et les écorces d'agrumes lors de la très longue finale. Ce Suduiraut 1899 n'est pas inférieur à l'Yquem du même millésime.

Mars 2010
CHÂTEAU SUDUIRAUT 1937 (****)
Le vin est fantastique de par sa tenue, sa finesse et sa concentration. Le sucre est parfait. On devine un géant digne d'être comparé à l'Yquem de la même année. Mais cette bouteille a subi l'outrage d'un bouchon très légèrement défectueux qui donne une toute petite amertume "moisie" en fin de bouche. (sans ce bouchon: *****)

Mai 2010

CHÂTEAU SUDUIRAUT 1937 (****)
Splendide couleur or ambré. Les arômes sont très complexes et fins. On y trouve des fruits confits, des écorces d'agrume, de la cire de parquet.... La douceur est compensée par une grande vivacité.

Avril 2011
CHÂTEAU SUDUIRAUT 1959 (****)
Arômes très complexes: fruits confits, nougats, massepain, rôti du botrytis, écorce d'orange... Le vin est concentré et riche. La sucrosité est moyenne, mais l'équilibre est remarquable. On note surtout la force et la longueur de sa persistance.

Juillet 2012
CHÂTEAU SUDUIRAUT 1937 (*****)
Nez très complexe: nougat, écorce d'orange, agrumes, cire de parquet, gingembre... On sent une récolte exceptionnelle de qualité. Le caractère est marquant. Le vin a une douceur moins élevée que d'habitude sur ce fabuleux millésime de Sauternes. La densité des composantes est fantastique. L'acidité citronnée soutenue est accompagnée par une étonnante amertume de quinquina, et cela lui donne une grande personnalité et une dimension supérieure.