BORDEAUX MARGAUX
 
Dernière mise à jour: août 2015
 
*************************************************
 
CHÂTEAU BOYD CANTENAC
 
Décembre 2006
CHÂTEAU BOYD-CANTENAC 1970 (***)
Vin extrêment agréable, au sommet de ses capacités à l'heure actuelle. Il est dans le style de l'époque, sans aucun artifice, ni aucune lourdeur. Un vrai Bordeaux classique comme on aimerait en retrouver plus souvent afin de boire avec délectation sans avoir à réfléchir si des pointages pharamineux lui ont été attribués par des grands critiques!
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU BRANE CANTENAC
 

Avril 1999
CHÂTEAU BRANE-CANTENAC 1904 (***)
Belle couleur rouge foncé. Les fruits étaient présents, mais avec les caractères des vieux vins de cette époque: côté humus, fumé, boisé... Le vin, bien qu'âgé, était très vaillant et a su exprimer une personnalité marquée. Les petits fruits noirs et les tanins stricts donnaient une finale sèche sans être dure.

Août 2007
CHÂTEAU BRANE CANTENAC 1982 (***)
Vin qui exprime bien le style voluptueux du millésime. Il n'a pas encore décliné. Vraiment un plaisir pour les épicuriens.

Octobre 2007
CHÂTEAU BRANE-CANTENAC 1979 (***)
Vin qui paraît déjà à l'heure actuelle d'une autre époque: la concentration n'est pas celle des vins modernes, mais l'équilibre compense, ainsi que le plaisir naturel qu'il procure lorsqu'on le boit. Ne peut plus s'améliorer.

 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU D'ISSAN
 
Septembre 2006
CHÀTEAU D'ISSAN 1961 (****)
Château d'Issan 1961 est un vin classique, d'une autre époque pourrait-on dire. Mais qu'il est plaisant avec ses fruits noirs très mûrs et ses tannins soyeux! Les arômes et goûts tertiaires d'humus et de sous-bois se sont développés avec bonheur avec les années. Il est parfaitement ouvert à l'heure actuelle. Il ne devrait donc plus s'améliorer. Deux superbes bouteilles bien conservées.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU GISCOURS
 
CHÂTEAU GISCOURS 1975 (****) CHÂTEAU GISCOURS 1970 (****)
J'ai eu l'occasion de déguster de nombreuses fois ces deux millésimes de Giscours, parfois séparément, parfois en verticales de 1986 à 1970. Ils se sont toujours montrés de loin au-dessus de tous les autres de par leur structure et leur force. Tout étonnant que cela puisse paraître, ces deux Giscours ont un caractère de Pauillac viril et concentré.

Janvier 2009
CHÂTEAU GISCOURS 1920 (**) (Mise Mahler)
Vin ancien de fort caractère. Pour compenser ses tannins et son acidité, il faudrait plus de chair.

Avril 2012
CHÂTEAU GISCOURS 1970 (****)
Superbe à tous les niveaux. Le vin a gardé toute son énergie et son fruit. Les tannins forts sont heureusement compensés par la concentration de la chair. Je pense que Giscours dépasse une bonne série de crus bien mieux classés que lui sur ce millésime.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU PALMER
 
CHÂTEAU PALMER
Château Palmer est souvent le plus sérieux rival des premiers crus sur certains millésimes. Par contre, il peut aussi se montrer assez moyen dans d'autres millésimes.

Juin 2002
CHÂTEAU PALMER 1989 (****)
Couleur rouge-rubis un peu tuilé. Arômes très mûrs sur le pruneau ou la cerise noire, le caramel au lait, le nougat. Le vin est charnu et velouté, avec un fruit à croquer. L'ensemble est volumineux et extrêmement agréable. Malgré des aspects presque surmûrs, la très longue finale est suffisamment vive pour laisser la palais frais. Vin de plaisir au plus haut point, très sensuel. Ce serait la "précisions" des composantes qui pourraient laisser à désirer.

CHÂTEAU PALMER 1982
(***)
CHÂTEAU PALMER 1976 (***) Vin souple et velouté.
CHÂTEAU PALMER 1975 (****) Vin remarquable de structure et de caractère. Les bouteilles ont été bues en 1984 et 1986. J'espère que ce vin a tenu le coup jusqu'à nos jours. Dans ce cas, il doit être l'un des beaux vins du millésime.

Septembre 1987
DOUBLE MAGNUM CHÂTEAU PALMER 1959 (*****)
Tout ce que peut donner Palmer se retrouvait dans cet énorme flacon qui nous procura le plaisir sensuel de boire à larges gorgées de grandes vagues fruitées et onctueuses. Sans aucun vieillissement.

Septembre 2003
MAGNUM CHÂTEAU PALMER 1945 (***)
Couleur rouge-rubis, légèrement tuilé, dense. Nez ample mais un peu strict, dominé par les arômes tertiaires, avec des touches de nougat, de boisé, de fumée et de goudron. Le vin est concentré dès l'attaque. Un aspect rafleux se mêle au fruit bien mûr. A l'évolution, la masse tannique et la forte acidité prennent le dessus. Le fruit est dominé par l'âge et la structure des tannins. Le vin est imposant dans son ensemble, mais son apogée est dépassée.

Décembre 1996
CHÂTEAU PALMER 1914 (**)
Le vieillissement était intéressant. Vin de caractère avec une forte acidité et beaucoup de gras.

Novembre 2000
CHÂTEAU PALMER BLANC 1924 (****)
Et oui, Palmer a produit du vin blanc,....pour ses employés. Il était sec, comme les Graves, mais ne manquait ni de volume ni de fruit.

Avril 2007

CHÂTEAU PALMER 1985 (**)
Nez agréable mais assez simple. Notes végétales. Vin léger et facile. Le fruit n'est pas soutenu par le gras. La finale est courte. La notoriété du cru nous aurait fait imaginer un vin plus corpulent.

Juin 2009
CHÂTEAU PALMER 1982 (***)
Très agréable vin fruité, tendre et velouté. En plénitude à l'heure actuelle. On sent cependant une structure assez moyenne.

1 mars 2010
CHÂTEAU PALMER 1989 (*****)
Quel beau sujet! Une référence pour présenter ce qu'est la concentration et l'équilibre des composantes dans un grand Bordeaux. La trame est très serrée. Le fruit est parfait. La finale est marquée par des tannins virils et par une fraîcheur peu commune. Grand avenir. Il doit certainement être dans une phase de repli, car il n'est pas expansif.

7 mars 2010
CHÂTEAU PALMER 1989 (***)
Une bouteille bue il y a une semaine valait la note maximale. Celle-ci avait une dureté de tannins qui rendait le vin rustique et trop strict.

Avril et mai 2010
CHÂTEAU PALMER 1989 (****)
Un très grand vin en phase d'attente.

Septembre 2010
CHÂTEAU PALMER 1976 (****)
Vin resplendissant, agréable et équilibré.
Deux autres bouteilles ouvertes quelques mois après étaient mortes !!!

Décembre 2010
CHÂTEAU PALMER 1989 (*****)
Une splendeur. Vin concentré, voire puissant, mais noble et équilibré. Un des plus grands millésimes de Palmer que je connaisse.

Novembre 2010
CHÂTEAU PALMER 1983 (*****)
C'est reconnu que Palmer a produit un vin exceptionnel en 1983. Il est parfait maintenant et tiendra encore longtemps. Je serais curieux de le mettre à l'aveugle avec le Château Margaux du même millésime.

Septembre 2011
CHÂTEAU PALMER 1989 (***)
D'habitude resplendissant, équilibré et fantastiquement structuré, ce Palmer 1989 était remarquable, mais manquait un peu de pureté. Il était aussi un peu strict.

Novembre 2013
MAGNUM CHÂTEAU PALMER 1961
(*****)
Le nez, tout en finesse et pureté, nous fait penser au fruité d'un grand Bourgogne. Note de tabac et de cuir noble. En bouche, on a un beau jus, sans lourdeur. Il semble que tout est plutôt subtil que concentré. L'harmonie et la longueur sont remarquables. Je suis simplement étonné de ne pas y trouver la force et la densité que j'attendais, pour ce vin et pour ce millésime s'entend.

Juillet 2015
CHÂTEAU PALMER 1959
(*****)
C'est une mise en bouteille par l'acheteur. L'étiquette est la même que l'officielle mais avec un fond blanc crème. Les arômes ont la force, la classe et le caractère de l'époque. Il y a des fruits noirs, du cuir, des épices fines et du bois noble. La texture de bouche est serrée. Le vin semble un jeune athlète au sommet de sa gloire. Les composantes sont très structurées mais il n'y a aucune lourdeur. Très long. Très grand sujet.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU RAUZAN GASSIES
 
Mars 2011
CHÂTEAU RAUZAN GASSIES 1924 (**)
Vin d'une certaine tenue puisqu'on s'est trompé à l'aveugle de 60 ans sur son âge! Par contre, la substance charnue m'a semblé avoir lâché. L'adicité et les tannins anguleux ont pris le dessus. Il ne manquait cependant pas d'intérêt.
 
-----------------------------------------
 
CHÂTEAU RAUSAN-SEGLA
 
Juin 2002
CHÂTEAU RAUSAN-SEGLA 1986 (*****)
Superbe couleur rouge-rubis profond. Nez impressionnant de puissance contenue, aucunement marqué par l'âge. On y ressent un fruit plein et concentré, avec des notes florales (violette). Le vin est puissant et velouté. Les tannins sont encore dans leur jeunesse. La réputation de ce cru dans ce millésime n'est pas du tout usurpée: c'est un grand sujet, et pour longtemps!

Décembre 2014
CHÂTEAU RAUZAN SEGLA 1900
(**)
Les arômes sont très fruités (framboise, fraise, cerise). Mais il y a aussi une bonne dose d'acidité volatile. Le vin est vif et droit. L'acidité domine et resserre donc la finale de manière un peu trop violente. On devine malgré tout une récolte concentrée et pure.