AUSTRALIE
 
Dernière mise à jour: août 2016
 
L'Australie produit des vins rouges que j'aime beaucoup. Ils sont bien entendu riches et concentrés. Mais les meilleurs, souvent issus de très vieilles vignes, ont un potentiel de garde fantastique et peuvent se montrer d'une grande élégance (si on leur laisse le temps de mûrir durant un certain nombre d'années). Le sommet de la hiérarchie n'a certainement rien à envier aux meilleurs crus européens, même si le style est différent.
 
***********************************************
 
WOLF BLASS
 
Ce producteur ne fait pas partie des plus renommés auprès de certains grands critiques qui considèrent ses vins comme trop rustiques et faisant partie d'une vieille école. Pourtant la réussite est là.
Il faut reconnaître que son haut de gamme BLACK LABEL est parfois marqué par une certaine dose d'acidité volatile, mais c'est un vin "vivant", d'une personnalité marquante qui me plaît beaucoup. J'ai eu l'occasion de déguster une série de millésimes: 2000, 1999, 1995, 1993, 1992, 1991, 1986, 1984, 1983, 1978 et 1976. Les plus anciens étaient un assemblage de Cabernet, de Merlot et de Syrah. Avec le temps, la Syrah est devenue dominante et le Merlot a disparu. Les vignes produisant ce vin sont disséminées dans plusieurs vignobles distincts.
Je me souviens (septembre 1993) que le WOLF BLASS BLACK LABEL 1978 (****) était un vin rond et voluptueux, avec des tannins soyeux et un fruit mûr et riche. Le plaisir qu'il m'a procuré était intense. C'est le millésime qui m'a laissé le plus beau souvenir.
 
-----------------------------------------------------
 
Juin 2010
CABERNET PLATINUM WOLF BLASS 1998 (****)
Couleur presque noire. Les arômes sont extravagants et bien représentatifs des vins dits "internationaux" de forte extraction. Mais l'ensemble est plaisant car le fruit est onctueux.
 
--------------------
 

Avril 2014
BLACK LABEL, WOLF BLASS 2000
(***)
Arômes puissants et amples. On y ressent des fruits noirs (mûre, cassis), du cuir et un boisé assez toasté. Le vin est riche et corsé. Notes de réglisse. La structure est très forte, mais il est un peu déséquilibré par l'alcool en finale. A attendre, bien évidemment.
BLACK LABEL, WOLF BLASS 1998 (****)
Arômes de style classique Bordeaux avec de l'ampleur. On y retrouve un boisé vanillé et des notes un peu "médicinales" ou d'herbes aromatiques. Le fruit est si riche qu'il fait penser à du Porto. Le vin est velouté avec une grande concentration. Le fruit est quasi confit, mais bien soutenu en acidité. Beaucoup trop jeune.
BLACK LABEL, WOLF BLASS 1997 (**)
Arômes un peu fermés et rustiques. Notes végétales avec de la réglisse. Vin corsé mais déséquilibré.
BLACK LABEL, WOLF BLASS 1995 (****)
Arômes très ouverts avec un beau fruit et une certaine élégance. Notes de caramel et de nougat. Vin riche et rond avec une grande matière. Il est soutenu en alcool mais il a une belle fraîcheur en finale.
BLACK LABEL, WOLF BLASS 1994 (*****)
Nez très complexe, élégant et "sensuel". Fruité exotique avec du bois de santal. Notes de nougat, de cerise noire et de pruneau. Vin velouté et charmeur avec un petit sucre "positif". Grande matière mais grand équilibre aussi. Finale pure et fraîche.
BLACK LABEL, WOLF BLASS 1993 (****)
Nez de fruit très mûr avec des notes "cuir-animal" et des épices. L'élégance est cependant là. Vin riche et rond, même doux à l'attaque. Mais les tannins et l'acidité resserrent le palais en finale. Du potentiel.
BLACK LABEL, WOLF BLASS 1992 (*****)
Nez élégant, ample, noble et complexe. Notes de nougat, de kirsch, de coulis de sureau et d'humus. Vin ample et charnu, très construit. Grand sujet qui commence à s'ouvrir. Il procure un grand plaisir.

CONCLUSIONS
Black Label a au moins un point commun avec le célèbre Grange de Penfolds: au départ, les composantes de la "trop" puissante matière de base sont encore peu harmonisées et partent sur la rusticité et la lourdeur. On doit patienter de nombreuses années pour que les pièces s'assemblent avec bonheur et procurent un plaisir hédoniste.
En effet, il a fallu attendre les 1994, 1993 et 1992 pour que le sourire apparaissent sur les lèvres des convives.
Le Black Label semble toujours très structurés et puissant avec des doses d'alcool conséquentes. Le style est assez classique avec un caractère marqué qui n'est pas fait pour plaire à tous (cuir, tabac, graphite). En général, il me semble plus rustique que le Grange ou l'Astralis. Mais sa personnalité particulière me le rend attachant.
Le fait de le déguster seul, en verticale, le désavantage: une bonne pièce de viande rouge en accompagnement le rend bien plus enjôleur.

 
-----------------------------------------------------
 
BULLER
 
Décembre 2007
TOKAY SOLERA BULLER AUSTRALIE (****)
Couleur ambrée. Nez d'eau-de-vie de reine-claude et de pomme, très riche. Vin crémeux d'une énorme densité. Superbe acidité finale. Très marqué par l'alcool mais équilibré car tout est concentré. (vin renforcé à 18% d'alcool, cépage: muscadelle)
 
-----------------------------------------------------
 
DE BORTOLI
 
J'aime beaucoup les vins blancs liquoreux de cette maison fort connue de la Riverina dans le Sud-Est de l'Australie. Cette région jouit d'un climat particulièrement favorable à la botrytisation. Jusqu'en 1988, elle nommait son vin liquoreux "Sauternes"! Et oui! Ecartant la production du 1989, elle continua avec la dénomination "Noble One" pour les millésimes suivants. Le cépage est le Sémillon.
Ce liquoreux qui était en quelques sorte "hors la loi" quant à l'appellation "Sauternes", s'en rapproche fortement au niveau des arômes et des goûts.
 
-----------------------------------------------------
 
Août 2000
SAUTERNES DE BORTOLI 1985 (****)

La maison De Bortoli semble aussi être la seule au monde à produire un RARE DRY BOTRYTIS SEMILLON. La récolte est levée lorsque l'attaque du botrytis atteint environ 50% des raisins et que le potentiel d'alcool oscille etnre 13,5 et 15 degrés. Il peut rester jusqu'à 10 gr/l de sucre résiduel que l'on ne ressent pratiquement pas à la dégustation.

Juin 2006
RARE DRY BOTRYTIS SEMILLON DE BORTOLI 1996 (****)
Vin déroutant, c'est le moins que l'on puisse dire. Les arômes rappellent bien le raisin rôti par la pourriture noble, avec des notes de miel, de fruits confits de citron vert et de fleurs des champs. La complexité est vraiment remarquable. On est surpris au palais de retrouver un vin quasi sec alors que l'on s'était imaginé tout autre chose. La bouche est riche et voluptueuse. Il semble y avoir aussi un petit côté oxydatif pas du tout gênant. Le vin est plutôt gras que doux. Un vin à découvrir qui risque de plaire à beaucoup.
 
-----------------------------------------------------
 
LINDEMANS
 
Juillet 2008
BURGUNDY BIN 4703 LINDEMANS 1972 (***)
Un Pinot Noir australien d'une époque bien différente de celle que l'on connaît à l'heure actuelle. La nature de base domine. Le vin est d'une forte personnalité. Il est corsé et concentré, mais pas lourd. Il ne pourra plus s'améliorer, mais il donne encore bien du plaisir.
 
-----------------------------------------------------
 
PENFOLDS
 
PORTO GRANDFATHER PENFOLDS (****)
Penfolds produit aussi un très grand vin de style Porto dont il n'a absolument rien à envier: le GRANDFATHER. Je pense ne pas trop m'avancer en disant que c'est le meilleur vin de cette catégorie en Australie. C'est une sorte de Tawny très âgé d'une subtilité aussi grande que sa concentration. La douceur est parfaitement intégrée à l'alcool.

Janvier 2004
PORTO GRANDFATHER PENFOLDS 1945 (***)
Peut-être était-ce une bouteille pas parfaite, mais ce Vintage m'a moins marqué que le Tawny Grandfather.
 
-----------------------------------------------------
 
PETALUMA
 
Novembre 1987
CHARDONNAY PETALUMA 1984 (***)

Janvier 1998
CHARDONNAY PETALUMA 1996 (***)

Mars 1989
CABERNET COONAWARRA PETALUMA 1985 (****)

Mars 1990
CABERNET COONAWARRA PETALUMA 1982 (****)
 
-----------------------------------------------------
 
TORBRECK
 
Mars 2015
MAGNUM THE LAIRD TORBRECK 2008
(*****)
Cette Shiraz est incroyable de puissance et de volume. On est obligé d'avouer que c'est "quelque-chose". Rien n'y manque, c'est le moins que l'on puisse dire: fruit sur mûr (cassis, myrtille), tannins, alcool, glycérol et même l'acidité. Tout a été travaillé pour y arriver, bien entendu. Mais on peut aussi penser qu'il y a eu une technologie qui a dirigé une récolte dans un chemin choisi d'avance.
 
-----------------------------------------------------
 
VASSE FELIX
 
Mars 2011
RIESLING BOTRYTIS VASSE FELIX 1999 (****)
Nez un peu mentholé avec du caramel et du biomalt. Vin très doux avec une acidité suffisante pour assurer l'équilibre. L'aromatique un peu minéral du cépage se ressent positivement. Très long.
 
-----------------------------------------------------
 
WENDOUREE
 

Août 2016
CABERNET SAUVIGNON P.A. BIRKS WENDOUREE 1986
(*****)
La couleur est d'un magnifique rouge dense très limpide. Les arômes ont une pureté exceptionnelle. On sent tout simplement le raisin de la récolte. La finesse et le caractère sont remarquables. La notion garde un fruité très jeune et dynamique. L'âge ne se ressent pas. La texture est de cépage est dépassée par la qualité intrinsèque de la récolte et de son terroir. Le vin soyeuse mais ferme. Les tannins sont très construits, mais ils se fondent parfaitement dans la chair du fruit. L'ensemble n'est pas corpulent ou lourd, mais la densité est extrême. L'harmonie est géniale du début à la fin. Avec le recul, ce qui frappe le plus, c'est l'intemporalité que dégage ce vin et le fait d'avoir bu un sujet différent de tous les autres.

Un article de présentation de ce domaine hors du temps est présenté sous la rubrique "Articles".